Pourquoi le marché de Noël de Stuttgart est l’un des plus beaux d’Europe

Si on partait en Allemagne pour se plonger dans l’ambiance festive de Noël? A quelques heures de la Suisse, l’un des plus vieux marchés de Noël du pays a lieu chaque année à Stuttgart, dès la dernière semaine de novembre jusqu’à la fin de l’année. L’occasion de découvrir cette ville si particulière et de s’émerveiller devant les décorations et les lumières du centre-ville


Le train arrive dans une gare à l’apparence plutôt déconfite. J’apprends que le projet de rénovation Stuttgart 21 fut lancé en 1995, dans le but de transformer les plateformes actuelles en gare souterraine. Les habitants espèrent que les travaux termineront en 2021, mais notre guide, Marion, n’y croit pas trop. Détruite presque entièrement durant la seconde guerre mondiale, Stuttgart est depuis en constante évolution. Certains de ses quartiers et bâtiments sont d’une telle modernité qu’ils semblent tout droit sortir d’une troisième dimension…. Mais la ville a su garder une âme d’enfant, et son marché de Noël est une attraction magique qui arrive à nous faire oublier le froid et la grisaille de décembre. Voici les curiosités à ne louper sous aucun prétexte:

Marché de Noël

On raconte que le marché de Noël de Stuttgart est l’un des plus beaux d’Allemagne, et même peut-être d’Europe. La raison principale? Le toit de chaque stand est décoré et raconte une histoire. On peut se promener le nez en l’air pendant des heures en s’extasiant continuellement. Pour encore plus de féerie, direction Schlossplatz, où des statues de lumière s’animent lorsque la nuit tombe. Cette année, ces dernières rendent hommage aux symboles de la ville: les deux marques automobile qui font sa renommée ansi que la fameuse grande-roue de la Cannstatter Volksfest. Un spectacle magique à ne pas rater.

La bibliothèque

Voici sans conteste LA meilleure raison de visiter la ville. La bibliothèque de Stuttgart fut conçue par l’architecte coréen Eun Young Yi et inaugurée en 2011. Puis, on entre sans trop savoir à quoi s’attendre mais la magie est au rendez-vous. Un conseil: prenez l’ascenseur directement pour le dernière étage, l’effet de surprise sera d’autant plus grand. Immaculée et ultra contemporaine, la bibliothèque de la ville attire autant les curieux que les passionnés de littérature. Et on comprend pourquoi ! La nuit, ce grand bloc gris un peu austère s’illumine d’un bleu scintillant, et les inscriptions sur la façade rayonnent de plus belle.

Bibliothèque de la Ville de Stuttgart
Bibliothèque de la Ville de Stuttgart

Le musée Mercedes-Benz

Une “tour d’ivoire” en hommage aux inventions uniques de Gottlieb Daimler et Carl Benz, les précurseurs de l’automobile. Ce magnifique bâtiment à quelques minutes en train de Stuttgart (depuis la gare principale de Stuttgart, prendre le S-Bahn ligne 1 jusqu’à l’arrêt Neckarpark) relate les 130 années d’histoire de cette marque emblématique. On prend un ascenseur futuriste pour commencer la visite, puis en descend en serpentin, au gré des années et des inventions. Le musée est idéalement conçu et convient à tous, qu’on soit passionné de voiture ou simplement désireux de connaître un peu plus l’histoire de ce moyen de transport qui a révolutionné notre planète. Prévoir minimum 2h-3h pour visiter entièrement le musée.

Kunstmuseum

Surnommé le Cube (encore un!), ce bâtiment moderne et entièrement transparent abrite le musée des beaux arts de la ville. Inauguré en 2005, cet endroit est devenu une institution. On y vient pour boire un café au rez-de-chaussée, admirer la collection permanente qui compte notamment plus de 250 oeuvres de l’artiste expressionniste Otto Dix, ou encore pour goûter à la cuisine gastronomique du restaurant du dernier étage (la vue est superbe!). Le musée propose également plusieurs expositions temporaires tout au long de l’année.

Musée Mercedes Benz
Musée Mercedes Benz

Carnet d’adresses

Un hôtel pratique, facilement accessible à pied, à deux pas de la bibliothèque et de la gare centrale.

 The Gardener’s Nosh
The Gardener’s Nosh
 The Gardener’s Nosh
The Gardener’s Nosh brunch

Le Restaurant The Gardener’s Nosh

Lieu branché proche de Königstrasse. Avec Valentine, on a adoré le brunch et la déco.


Le marché de Noël de Ludwigsburg

Je profite de mon séjour dans la ville pour découvrir le marché de Noël baroque de Ludwigsburg. Plus petit que celui de Stuttgart, il ne manque toutefois pas de charme. Les stands joliment décorés sont tous regroupés sur la place principale de cette petite ville. L’ambiance est bon enfant et très villageoise. Au contraire de Stuttgart, les touristes se font ici bien plus rares. Ludwigsburg est l’endroit idéal pour dénicher des Räuchermännchen, ces petits personnages en bois traditionnels et typiques de Noël qui diffusent de l’encens. J’ai beaucoup aimé les grandes fées aux ailes illuminées qui entourent le village de Noël. Enchanteur et magique !

 Marché de Noël de Ludwigsburg
Ludwigsburg marché de Noël
 Marché de Noël de Ludwigsburg
Ludwigsburg Marché de Noël
 Marché de Noël de Ludwigsburg
Ludwigsburg la baroque

Marché de Noël de Ludwigsburg Marché de Noël de Ludwigsburg Marché de Noël de Ludwigsburg


Le marché de Noël d’Esslingen – unique en son genre !

Voilà un marché de Noël atypique à découvrir absolument ! Si tu adores comme moi les fêtes médiévales, le marché d’Esslingen sera totalement à ton goût. Cracheurs de feu, spectacles de rue, diseuses de bonne aventure, vendeurs de peaux de bêtes, carrousels d’un autre temps, l’expérience est hors du commun. De nombreuses personnes profitent de l’événement pour se déguiser en personnage du moyen-âge et la nuit tombée, les tavernes proposent hydromels, Stockbrots et autres Dinnende, les spécialités culinaires du marché. Il est même possible de siroter son vin chaud dans des sortes de grosses bassines en bois remplies d’eau chaude, de quoi se détendre après une longue journée à arpenter les villages de Noël.

 Marché de Noël Esslingen
Esslingen
 Marché de Noël Esslingen
Marché de Noë
Dinnende Esslingen
Dinnende Esslingen

Marché de Noël Esslingen Marché de Noël Esslingen Spécialité du Marché de Noël d’Esslingen: Le Dinnende


Un grand merci à Stuttgart Tourisme et à Germany travel pour l’organisation de ce voyage.

Cathédrale de Palerme coupole

Club Med Cefalù: Farniente, gastronomie et culture

La Sicile. Cette île italienne si vivante, dernière escale méditerranéenne avant de rejoindre les terres d’Afrique du nord, dont le vent et la poussière balayent les côtes et réchauffent les matins.

C’est à Cefalù que j’ai posé mes valises en novembre. Ce Club Med emblématique rouvrit ses portes au printemps 2018 après 12 années de fermeture et plusieurs mois de travaux. L’architecture du village a été conçue pour s’intégrer parfaitement aux particularités du paysage et rien ne laisse penser que 314 chambres, 3 restaurants et 3 bars habitent le haut des falaises.

Bienvenue au Club Med

Ici il n’y a pas de plages privatisées au sable fin où poser son parasol (pour cela il y a la longue plage publique de Cefalù), mais des transats parsemés un peu partout le long des criques, où la mer se jetant contre la roche volcanique a creusé grottes et lagunes. Si l’eau salée n’est pas à notre goût, on testera la piscine biologique sans chlore, régénérée uniquement par les plantes. Goûter à la vue spectaculaire est une raison suffisante pour passer l’après-midi au bord de cette piscine. L’infini devant soi.

Cefalu mer
Club Med Cefalu
Club Med Cefalu Villetta
Club Med Cefalu – Les Villettas du village
Village Club Med Sicile
Le village du Club
Village Club Med Cefalu Villetta
Club Med Cefalu – Les Villettas
Village Club Med Cefalu Exclusive Collection
Club Med Cefalu – bord de mer
Piscine biologique Club Med Cefalu
Piscine biologique
Morgane Schaller coucher de soleil Cefalu Club Med

Cefalù

La proximité avec la ville de Cefalù est un avantage non négligeable. Longer la plage une vingtaine de minutes. Tout droit, toujours tout droit. Puis franchir les anciennes portes un peu décrépies. On s’arrête à l’ancien lavoir, dissimulé dans une cour intérieure et l’on déguste un cappuccino devant la cathédrale aux fresques byzantines. En levant les yeux, on aperçoit La Rocca. Nous atteindrons son sommet le dernier jour de notre séjour. Une balade de deux heures environ qui offre une vue impressionnante sur les toits de Cefalù et la baie éclatante. Clairement la meilleure adresse « roof top ». Les ruelles servent d’étendoir à linge et la douceur du vent sèche les vêtements qui flottent au-dessus de nos têtes comme des petits fantômes. Pause gelato. Je choisis pistache et chocolat.

Escapade en Fiat 500

Le lendemain, c’est une ribambelle de Fiat 500 qui nous attend à la réception. On regrette un peu qu’elles ne soient pas vintages. On relativise après coup sur la route pentue et caillouteuse du vignoble que nous visiterons ce jour-là. Une belle mise en bouche. Là-bas nous rencontrons le guide qui nous accompagnera tout le long du séjour. On boit les paroles de Francesco et on le suit à la trace. Il a toujours quelques anecdotes passionnantes à raconter. Une vraie personnalité.

Castelbuono

Prochaine étape : Le village de Castelbuono. On raconte fièrement que le Panettone local est le préféré du Pape. Et justement, au centre du village ce jour-là nous aurons l’occasion de le déguster. Ici la tradition veut que l’on tartine ce pain d’une crème à la frênette (Crema Oro di Manna), une spécialité uniquement produite à Castelbuono. Un vrai régal. Outre la gastronomie, le village est pittoresque à souhait et le château ainsi que l’église matrice vecchia valent vraiment le détour.

Ville de Cefalu
Cefalu
Cefalu pistacchio gelato
Dégustation d’une gelato au port de Cefalu
Castelbuono Sicile
Castelbuono
Castelbuono Sicile
Castelbuono

Sicile, toujours !

L’excursion à ne pas manquer lorsqu’on séjourne au Club Med Cefalù, c’est bien évidemment la découverte de la ville de Palerme, la capitale de la Sicile. Notre arrivée est fêtée non pas en fanfare mais en pétard (!) Francesco nous explique en souriant que ces pétards signifient que la drogue est bien arrivée en ville. Personne ne le croit. Après vérification sur internet, on doit se rendre à l’évidence qu’il a bel et bien raison… Sicile un jour, Sicile toujours. Sa réputation la précède, même avant d’arriver au centre-ville.

La merveilleuse Chapelle Palatine

A première vue, cette ville n’a rien de sensationnel: le traffic est insupportable (c’est l’anarchie complète), les immeubles ont triste mine et les murs sont noirs de crasse. Pourtant, Palerme est sans nul doute l’une des villes à l’histoire la plus riche de toute la région méditerranéenne. La première visite nous le confirmera. Direction la Chapelle Palatine, située à l’intérieur du Palais des Normands. La magie opère à peine la lourde porte franchie. La Chapelle Palatine est absolument unique: construite au 12ème siècle, trois religions (christianisme, judaïsme et islam) sont présentes sur ses fresques et ses mosaïques. Le ciel étoilé islamique cohabite avec des représentations de la Genèse tandis que l’étoile de David se dessine dans les géométries murales. La lumière est fascinante et illumine les dorures du plafond.

Le centre-ville de Palerme

Nommée capitale de la culture italienne en 2018, le centre-ville de Palerme regorge de curiosités: la Cathédrale de Palerme (une ancienne mosquée convertie au catholicisme – la vue depuis sa coupole est splendide), le carrefour Quattro Canti (à l’intersection de via Vittorio Emanuele et via Maqueda – ces quatre façades racontent une histoire), la place Pretoria et sa fontaine aux statues, etc. Pour encore plus d’authenticité, direction le quartier du Ballarò et son marché légendaire où d’étranges légumes (à la taille quelques fois impressionnante) s’étalent sur les stands. Nous ne resterons qu’une demi-journée à Palerme, suffisamment longtemps pour s’imprégner de son ambiance hors du commun, mais trop peu de temps pour découvrir toutes les merveilles de la ville.

Le Club Med et son esprit farniente

Retour au Club Med pour profiter une dernière fois d’une matinée farniente. Je choisis de tester le paddle yoga. Le principe est simple: retrouver la sérénité à travers quelques exercices plutôt faciles de yoga, et tout cela sur un paddle. D’habitude le cours est proposé sur le mer (lorsque celle-ci n’est pas trop agitée, sinon c’est la piscine), afin d’intégrer les vibrations et les mouvements de l’eau aux exercices. J’ai trouvé ce concept particulièrement reposant et idéal pour commencer la journée. Pour une journée 100% farniente, on profite des soins proposés par le Spa by Carita et on se détend face à la baie, la chaleur du soleil caressant notre visage.

Plus d’infos: Club Med Cefalu

Cathédrale de Palerme
Cathédrale de Palerme
Dans les rues de Palerme
Dans les rues de Palerme
Quattro canti Palermo
Quattro Canti
Marché du Ballaro
Le marché du Ballaro
Marché du Ballaro
Le Marché du Ballaro
Chapelle Palatine Palerme
Chapelle Palatine de Palerme
Chapelle Palatine Palerme
Chapelle Palatine de Palerme
Palerme coupole duomo cathédrale
Vue depuis la cathédrale de Palerme

Test produit: Miele CM5

Test produit: Miele CM5

Depuis cet été, je teste la nouvelle machine à café de la marque Miele. Petite, féminine et design, la CM5 semble avoir les atouts nécessaires pour séduire une clientèle de plus en plus exigeante, qui souhaite que son électroménager soit aussi bien un objet décoratif qu’utilitaire. Est-ce que l’arôme parfait de son café est à la hauteur du prix de ce produit?

Voici mes commentaires et mon feedback:


Elle est compacte

Son atout charme c’est sa taille. Petite, elle se glisse parfaitement sur le buffet de la cuisine et on ne peut s’empêcher de la mettre en avant tant le design épuré est agréable à regarder (et à utiliser). Avec ce produit, on dit adieu aux machines à café de première génération qui, bien que performantes, nécessitent un emplacement stratégique et sont souvent trop encombrantes.

8 spécialités de boisson

Du simple café au latte macchiato, en passant par le cappuccino et l’expresso, la CM5 propose 8 spécialités de boissons différentes. Son confort d’utilisation et son écran tactile intuitif permettent de sélectionner une option rapidement et de goûter au plus vite à sa création. En bonus, la technologie intelligente AromaticSystem, intégrée à la machine, intensifie les arômes du café.

One touch for two

La grande nouveauté de la CM5 c’est la fonction OneTouch for Two, qui permet de préparer deux boissons identiques en une seule touche. Un gain de temps bienvenue, surtout le matin lorsque sa douce moitié (ou autre) prend le petit déjeuner à la même heure que toi. Après plusieurs mois d’utilisation, on ne peut plus se passer de cette option et elle devient même habituelle… quitte à boire le deuxième soi-même.

Les couleurs !

J’ai un vrai coup de coeur pour la gamme de couleurs de la CM5. Les plus classiques opteront pour la grise métallique ou la noire acajou, tandis que les plus téméraires choisiront la rouge bordeaux ou la couleur bronze. De mon côté, j’ai opté pour le dernier coloris et adore cette petite touche de féminité dans ma cuisine.

Point négatif: le nettoyage

Bien que facile de nettoyage et d’entretien, je déplore le besoin de vider son bac à eau quasiment après chaque utilisation. Mais c’est le prix à payer si l’on préfère investir dans une machine à café petite et compacte. Voyons le bon côté des choses, vider et nettoyer la machine quotidiennement nous oblige à l’avoir toujours  opérationnelle, même lors d’une visite inopinée.

La Miele CM5 est en vente sur le site de la marque pour le prix de CHF 1’285.00.

Test produit: Electrolux Pure F9

Test Produit: Electrolux Pure F9

2 déménagements en 2 semaines, c’est presque un record ! Heureusement j’avais l’atout nettoyage de mon côté. Reçu quelques semaines auparavant, l’aspirateur PureF9 est un petit bijou de technologie aussi agréable à manier qu’à ranger.

J’ai testé pour vous le dernier bébé de la marque Electrolux et j’ai adoré !

Voici mon feedback


Présentation

Presque insonore, l’objet est ultra polyvalent et facile d’utilisation. Il est sans-fil bien évidemment (c’est devenu un must…), adapte sa puissance en fonction des sols et son autonomie est sans égale (il aspire jusqu’à 80m2 en puissance maximale sans avoir besoin d’être rechargé). Bref, l’aspirateur Electrolux Pure F9 est un condensé d’ergonomie qui rend la vie bien plus facile. Voici pour la fiche descriptive du produit. Mais qu’en est-il vraiment ? Est-il aussi bien en vrai que sur le papier ? J’ai testé cet aspirateur plusieurs semaines après avoir reçu son concurrent direct en début d’année (oui parce que c’est mieux de pouvoir comparer), et voici mon avis:

Silencieux: OUI

Le gros désavantage des aspirateurs c’est le bruit. Pas la peine de vouloir être discret, c’est souvent tout bonnement impossible. Le Pure F9 n’est pas 100% silencieux, mais il est aussi bruyant qu’un sèche cheveux de nouvelle génération. La porte fermée, on ne l’entend quasiment pas, et ça c’est presque une prouesse technologique. Grâce à cela, je n’ai même plus peur de réveiller les voisins en voulant “passer un petit coup” juste avant d’aller me coucher…

Autonomie de la batterie

L’aspirateur se rechargeant sur son socle de maintien, l’objet est donc toujours chargé avant chaque utilisation. Largement suffisante pour le nettoyage d’un appartement standard de 80m2, je n’ai malheureusement pas testé la batterie sur une plus grande surface. L’indicateur soulignant la charge restante après chaque utilisation nous permet de juger si son autonomie est suffisante ou non. Parfaitement pertinent, on peut sans problème se fier aux estimations de l’aspirateur…

Rangement

Pas besoin de trouver de la place dans une armoire pour ranger l’appareil. L’aspirateur au design épuré se pose sur un socle aux dimensions ridiculement petites et se cache facilement derrière une porte ou dans le coin d’une pièce. Pour ma part, il a trouvé son emplacement à côté du buffet de la salle à manger et trône fièrement à côté d’une lampe de créateur. Seul petit bémol, il faut une prise à disposition.

En bonus: La lampe intégrée pour un nettoyage même dans le noir

Voilà une option que je croyais absolument inutile. Quelle personne censée voudrait passer l’aspirateur dans le noir… non mais! Et pourtant ! L’avantage de ce gadget, au contraire de mes préjugés, c’est d’aspirer la poussière même sous les meubles. La lampe intégrée éclaire parfaitement toutes les petites saletés et croyez-moi, après cela il est difficile de ne pas avoir un intérieur irréprochable.

Point négatif: Le prix

CHF 549.00, c’est le prix annoncé sur le site internet Manor (disponible depuis fin septembre). Si l’on veut acquérir un appareil de ce standing il faudra mettre un certain budget…. On se console à l’idée qu’un aspirateur aussi moderne est un investissement sur le long terme et que se procurer un Electrolux est déjà un gage de qualité. Pour les indécis, il y a possibilité de tester le produit durant 30 jours et de se faire rembourser intégralement son achat si l’on est insatisfait.

Pour plus d’infos: Electrolux Pure F9

Visiter la région du Cap d’Agde et environs en 3 jours

La région du Cap d’Agde en 3 jours

J’ai rencontré l’office du tourisme Cap d’Agde Méditerranée lors du salon WAT en avril de cette année, et quelques mois plus tard me voilà partie avec mon acolyte et travel buddy attitré awwway.ch pour un court séjour à la découverte de cette région de France.

Les premières réactions à vif sur les réseaux sociaux ressemblaient plutôt à ça: “Tu vas faire quoi chez les nudistes”? ou bien “Viens plutôt à Perpignan, c’est plus sympa!”. J’ai donc réalisé avant mon départ que le challenge allait être de présenter différemment une région à la réputation déjà bien forgée. Facile. Nature, gastronomie, culture, la région du Cap d’Agde est surprenante ! Une belle destination pour un week-end ou même trois jours.


Une plage noire

Une plage noire au beau milieu d’une des stations balnéaires les plus connues de France, dont la population est multipliée par 10 durant la saison estivale? Voilà l’image carte postale de mon arrivée. Cap d’Agde est une cité volcanique située à l’extrémité sud de la chaîne des volcans d’Auvergne. Son volcan, dont la dernière éruption remonte à 750’000 ans, a sculpté le paysage tel que nous le voyons aujourd’hui. La plage de la “Grande Conque” en est son plus beau témoignage et le dépaysement est tel qu’on a l’impression de marcher sur une plage d’Islande, surtout par temps pluvieux. On ne s’attendait vraiment pas à voir un tel décor au commencement du séjour! Et en parlant de pluie, nous serons servies ce jour-là. C’est la raison pour laquelle (malencontreuses inondations sur les lignes de chemin de fer) j’ai loupé la visite du patrimoine littoral avec le guide Arnaud Sanguy. Véritable amoureux de la région, il a séduit Valentine par ses anecdotes passionnantes et propose également des conférences et visites guidées. A bon entendeur…

De l’Huile d’Olive

La région jouit d’un climat méditerranéen tout au long de l’année et est extrêmement propice à la production de l’huile d’olive. Notre curiosité épicurienne légendaire nous a dès lors emmené à la découverte de la petite entreprise familiale “l’Huilerie du Mont Ramus”, qui propose des visites de son oliveraie ainsi qu’une dégustation complète de sa production. Et à l’heure de l’apéro, croyez-moi, on s’est fait plaisir ! Lucques, Picholines, les variétés d’olives sont nombreuses et les goûts sensiblement différents. La boutique offre une grande sélection d’artisanat local et dur dur ne pas se laisser séduire par toutes ces spécialités – la confiture d’olives, ça parle à quelqu’un ?

Pézenas

Première étape dodo: nous séjournons dans la chambre d’hôtes “Atout Pézenas”. Et surprise ! L’établissement est tenu par des compatriotes suisses. Daniel et Francine sont tombés amoureux de la ville de Pézenas après de multiples séjours dans la région et ont repris les rênes de la chambre d’hôte lorsque l’ancien propriétaire décida de vendre son affaire. En plus des chambres d’hôte, l’établissement propose également un espace bien-être (massages et hypnose, les spécialités de Francine, sont à l’honneur), des soirées dégustation de vin, des cours de cuisine, des journées guidées et accompagnées pour découvrir le patrimoine régional et même une escape room (dans la salle du petit-déjeuner) ! Un concept original à 360° qui donne vraiment envie de revenir dans cette jolie maison en pierre à quelques minutes à pieds de la vieille ville.

Pour bien terminer la soirée, l’office du tourisme avait réservé une table chez Maison Conti. Et WOW ! Les saveurs étaient au rendez-vous! Le restaurant s’entoure de naturopathes afin d’adapter ses assiettes à tous les régimes que vous soyez vegan, végétarien ou intolérant au lactose Une très belle adresse à retenir absolument.

Deuxième journée: Culture et nature

On se lève tôt le lendemain pour profiter de la jolie Pézenas. La ville est réputée pour ses hôtels particuliers et ses cours intérieures parfaitement conservées, et il ne faut pas hésiter à pousser des portes parfois bien cachées pour admirer les vestiges secrets de son passé. Au-delà de son architecture, on vient aussi à Pézenas pour chiner. On y compte de nombreuses brocantes et les professionnels du métier viennent souvent s’y procurer des pièces rares. Avec Valentine, on a pas pu s’empêcher de parcourir rapidement le Musée de Vulliod-Saint-Germain, surtout après avoir repéré à l’entrée de celui-ci des déguisements du 17ème siècle – et ceux qui suivent nos aventures sur les réseaux sociaux savent à quel point nous sommes très vite attirées par les costumes d’époque :)

On dit que Jean-Baptiste Poquelin est devenu Molière à Pézenas, car il y a résidé de nombreuses années et y a écrit plusieurs de ses pièces célèbres, dont Dom Juan et le Festin de Pierre et la fameuse Tartuffe.

Et la gastronomie ?

Deuxième orgasme gastronomique lors de la pause de midi. Y’a pas à dire, la région compte de très bonnes adresses ! Le restaurant BK à Montagnac avait ouvert exclusivement pour nous ce jour-là et nous permit de découvrir son univers culinaire à travers une cuisine régionale raffinée. Au menu: Burrata et poêlée de champignons, noix de joue d’Iberico confites en douceur (je meuuuurs), et pour finir un moelleux chocolat au lait de caramel et curry. Tout est dit.

Sentier terroir et nature

Pour digérer ce festin, direction le sentier terroir et nature. En raison de la mauvaise météo, nous choisirons le parcours le plus court: une promenade sympathique qui nous fit découvrir les vignobles, les terres rouges, les sculptures au bord du chemin qui racontent l’histoire du patrimoine régional et l’étendoir des fées, dont la légende raconte que les soirs de pleine lune, les fées viennent y faire sécher leur linge. Nadine Guirao, viticultrice et guide, est absolument indispensable à la balade ! Passionnée par les plantes, elle connaît parfaitement la flore de sa région et n’hésitera pas à partager ses connaissances.

Agde et ses trésors

Avant de déposer nos valises au Palmyra Golf hôtel, nous visiterons le Musée Agathois Jules Baudou en ville de Agde afin d’en savoir un peu plus sur la culture locale. Le musée est divisé en 27 salles et présente différentes collections en passant par le folklore, le rapport de la ville avec la mer et la navigation et le mouvement art nouveau, dont la Villa Laurens, une illustre maison de maître qui fut complètement transformée par le richissime Emmanuel Laurens, en est le principal symbole.

Pour en savoir plus sur la vie de l’excentrique Emmanuel Laurens, va faire un petit tour sur le blog archipel. L’article un peu décalé m’a bien fait rire.

 Dans les ruelles de Pézenas
Dans les ruelles de Pézenas

Troisième journée: Un aurevoir avec les oiseaux

Sous un ciel gris et pluvieux, nous partons en direction des Etangs du Bagnas, pour une ultime activité avant de repartir. Après une courte présentation du site, c’est armées de nos lunettes d’approches et de nos bottes (déjà) couvertes de boue que nous franchissons le portail bien gardé de la réserve naturelle. L’étang est parsemé de cygnes, foulques et autres pélicans. Seul l’envol des oiseaux réveille soudainement cette nature silencieuse.

Un dernier aurevoir à Agde depuis le Mont Saint-Loup, et nous voilà reparties chacune de notre côté: Valentine dans le TGV pour Lausanne et moi en direction de la frontière espagnole…

Carnet d’adresses

Transport : En TGV depuis la Suisse (environ 6h de train)

Où dormir:

Où manger:

 Pézenas
Pézenas
 Cour intérieure Pézenas
Cour intérieure Pézenas
 Les Etangs du Bagnas
Les Etangs du Bagnas
 Les Etangs du Bagnas
Les Etangs du Bagnas
 La plage de la Grande Conque
La plage de la Grande Conque
 La Grande Conque
La Grande Conque
 Un hôtel particulier à Pézenas
Un hôtel particulier à Pézenas
 Menthe poivrée
Menthe poivrée
 Sentier terroir et nature
Sentier terroir et nature
 Sentier terroir et nature
Sentier terroir et nature
 Sentier terroir et nature
Sentier terroir et nature
 Sentier terroir et nature
Sentier terroir et nature

Falconeri hiver 18/19

Falconeri FW18/19


Couleurs pimpantes, pièces confortables, cachemire moelleux, voici la recette magique de la collection automne-hiver 2018/19 de la marque italienne. Falconeri a choisi le thème de l’aviation et du voyage pour mettre en avant des silhouettes prêtes à affronter l’hiver avec style et élégance.

Mesdames, Messieurs, accrochez vos ceintures, le départ est imminent.


C’est un parterre presque exclusivement constitué de stars du digital qui fit le déplacement pour assister au défilé de la marque premium du groupe Calzedonia. Il faisait 30 degrés ce jour-là à Vérone, mais tout le monde avait revêtu ce textile si agréable qui fait la réputation de Falconeri: le cachemire. Pour l’occasion, je portais une paire de leggings noirs de la même matière ainsi qu’un haut semi-transparent qui se combine très bien avec des pièces plus casuals. Pour une première invitation, j’ai carrément eu les honneurs de ce fameux “front row”, celui dont seules les personnes les plus influentes dans l’univers de la mode se partagent lors des fashion weeks de Paris, Londres, Milan et New York.

Quelle chance de pouvoir admirer d’aussi près le spectacle coloré du défilé. Parce que oui, le cachemire ne rime pas uniquement avec couleurs austères et froides, et Falconeri a fait le pari de superposer les couches aux tonalités contrastées pour créer un veritable arc en ciel de sophistication et de gaieté. “See-now-buy-now” oblige, les pièces de la collection étaient directement en vente sur place et impossible de ne pas résister à la tentation de voir d’un peu plus près les nouvelles créations.

 Sandra Bauknecht, Valentina Nessi, Sister’s from another Mother rocking the front row
Sandra Bauknecht, Valentina Nessi, Sister’s from another Mother rocking the front row

Pour la deuxième partie de la journée, Falconeri avait prévu une visite de ses ateliers dont les locaux sont situés à 30 minutes de route de Vérone, à Avio (région de Trente). En quelques mots, la marque fut fondée en 1999 et rachetée 10 ans plus tard par le groupe Calzedonia (qui détient également Intimissimi, Tezenis, Signorvino et Atelier Emé), acteur majeur de la mode en Europe, qui compte actuellement plus de 2000 points de vente à travers le monde.

Fière de ses origines, Falconeri prône le Made In Italy en surfant sur la tendance de la transparence des matières premières. Son cachemire provient principalement de Chine et de Mongolie, après avoir pendant de longues années tout misé sur le textile italien. La demande grandissante a obligé la marque a trouver de nouveaux fournisseurs, et cette dernière a finalement opté pour le cachemire asiatique.

Le processus de fabrication est méticuleusement contrôlé, comme pour l’horlogerie, et la marque ne fait bien sûr pas l’impasse sur les tests de qualité. Dès son arrivée dans les ateliers, le textile subit une inspection minutieuse afin d’éliminer les pièces qui ne sont pas conformes aux standards de Falconeri. Par la suite, les prototypes seront “mis en situation” et l’on reproduira les mouvements types de l’humain dans le but d’étudier l’évolution de la matière dans la vie de tous les jours… une immersion fascinante dans le savoir-faire de toute une région !

Tu peux découvrir l’univers Falconeri dans la boutique de Berne, Spitalgasse 28, ou prévoir un petit voyage en Italie pour dévaliser l’outlet de Avio.

Merci à mailysfortune.com pour le shooting photo. Toutes les pièces sont disponibles actuellement dans les boutiques en Suisse.

Mes curiosités d’octobre

Mes curiosités d’octobre

Octobre et ses feuilles mortes, sa pluie tiède et incessante, ses journées a deux saisons… On rêve de s’emmitoufler dans un grosse couverture, une tasse de thé à la main, le regard creux mais curieux. J’adore le mois d’octobre car il est rebel et imprévisible. Il n’en fait qu’à sa tête.


A VOIR

Non, les films en noir et blanc ne sont pas dépassés. Et je les apprécie d’autant plus car les personnages sont souvent d’une clarté étonnante et leurs émotions démultipliées. C’est le cas pour Cold War, le dernier chef d’oeuvre du réalisateur polonais Pawel Pawlikowski. L’histoire raconte la vie de deux amants dans un décor d’après-guerre. Un voyage de plus d’une décennie qui transporte le spectateur à travers la Pologne détruite, la France bohème et même la Croatie. D’une justesse incroyable, impossible ne pas s’attacher aux personnages principaux: Zula et Wiktor, tous les deux victimes de cet amour impossible. On pleure parce que c’est beau… et triste.

La bande annonce de Cold War

 Cold War poster
Cold War poster

A ADOPTER

Ma meilleure amie de novembre à mars. Un appel à l’hibernation. Testée l’hiver passé, j’ai passé le plus clair de mon temps à m’envelopper dans les plumes douces de sa doublure. Résolument à la mode, la veste Nobis se décline en plusieurs coupes et couleurs. Moi j’ai choisi de porter la Carla. La longueur est optimale (elle couvre les hanches) et offre un confort ultra premium. Créée en 2007, cette marque canadienne experte en protection thermique propose chaque saison des créations au design tendance et contemporain. Le point positif, les tissus utilisés sont 100% imperméables, on peut donc porter sa veste aussi bien dans la rue que sur les pistes des ski. Choisis ton modèle pour cet hiver sur nobis.ch

 Veste Carla par Nobis
Veste Carla par Nobis

A TESTER

La Garde-Robe.ch, c’est un concept innovant mis en place par Nadia, ancienne tradeuse de la place financière genevoise, début 2018. Résolument tournée vers le mouvement minimaliste et le “consommer responsable”, elle a tout quitté pour vivre de sa passion et ses convictions. Ses clientes sont reçues dans un magnifique appartement-showroom du centre-ville de Genève et ont la possibilité de louer pour une journée ou un événement spécial la robe de soirée de leurs rêves. Fendi, Nina Ricci, Azzedine Alaïa, il y en a pour tous les goûts et toutes les tailles. Il vous suffit simplement de retourner la robe après 4 jours, La Garde-Robe s’occupant du nettoyage. Le concept permet également aux personnes à l’armoire bien fournie, et autres blogueuses mode, de louer certaines pièces, et ainsi donner une seconde vie à leurs produits. Le gros point positif: On profite des conseils mode de Nadia qui s’avère être une experte en la matière.

 Robe Nina Ricci prêtée par la Garde-Robe
Robe Nina Ricci prêtée par la Garde-Robe

J’ai testé le remodelage par Martine de Richeville !

J’ai testé le remodelage par

Martine de Richeville

Quand on m’a proposé des séances de remodelage afin de réduire ma cellulite, j’étais plutôt perplexe. J’ai la chance d’avoir une très légère peau d’orange et accepter un tel traitement impliquait de vouloir changer mon aspect corporel, ou du moins l’améliorer. Je n’ai pas un corps parfait, mais je suis de loin complexée, ou à plaindre. Finalement j’ai dit oui. Par pure curiosité et par envie de faire découvrir à toi, lectrice, une alternative intéressante aux crèmes remodelantes et aux cours de sport intensifs.


J’ai eu la chance de commencer mon traitement par une séance avec la déesse du remodelage: Martine de Richeville en personne, dans son institut de Genève. Cette psychologue de formation a développé cette technique en associant deux philosophies plutôt opposées: celle qui consiste à croire que l’esprit et le corps ne font qu’un et l’approche plus occidentale où beauté et minceur vont de pair. Vous l’aurez compris, la psychologie fait partie intégrante du soin, et le thérapeute s’adapte aux particularités émotionnelles ET physiques de chacun.

Le remodelage amincissant consiste à libérer le patient de ses toxines et donc d’alléger son corps. A la différence du palper-rouler, la technique développée par Martine de Richeville agit en profondeur sur les tissus et les amas graisseux. Chaque séance débute par le même rituel, celui de la respiration et le thérapeute s’assure que le patient soit relaxé avant de commencer le massage. Pas de chichi, ici on assume son corps et le traitement s’effectue poitrine à l’air et vêtu d’un simple slip à jeter…

Chaque zone du corps où la graisse s’amasse – c’est-à-dire le ventre, les bras, les cuisses, les fesses, les mollets – sera massée de manière circulaire afin d’oxygéner les tissus dans le but d’activer le drainage lymphatique. Alors oui, ça fait mal, voire très mal tout dépend des zones. Mais le résultat est là, même après la première séance et ça c’est vraiment motivant !

Mon avis

Dès la première séance je me suis sentie plus légère. J’ai surtout vu un changement au niveau des cuisses – où j’ai perdu quelques légers centimètres. Elles sont également beaucoup plus souples et aérées. C’est une sensation assez particulière, comme si tous les tissus à l’intérieur de ma peau s’étaient décollés. Evidemment, la cellulite a presque entièrement disparu. Les jours qui suivent un massage, on ressent des courbatures et des douleurs liées au palpage. Tout s’estompe très vite. J’avais peur de voir apparaître des bleus à la surface de ma peau car la thérapeute n’y va pas de main morte, mais évidemment ça n’a jamais été le cas. Le technique est parfaitement rodée. Pour des résultats encore plus convaincants, il ne faut pas oublier l’équilibre alimentaire, l’exercice quotidien, et surtout la santé émotionnelle.

CONCOURS

Toi aussi tu auras peut-être la chance de tester le remodelage Martine de Richeville ! 5x séances à l’institut de Genève sont à gagner. Pour participer, il te suffit de:

  • Liker la page Instagram @martinedericheville

  • Liker la page Instagram @morganeschaller et taguer 1 ami dans les commentaires (post insta)

  • Répondre à la question suivante en commentaire de cet article: “Quelle est la différence entre le palper-rouler et le remodelage Martine de Richeville” ?

Les gagnants seront tirés au sort lundi 15 octobre. Bonne chance !

Bellinzona la rebelle

Bellinzona la rebelle

On connaît le lac de Lugano, le festival de Locarno, les îles Brissago, mais qu’en est-il de Bellinzone? Nichée aux confins d’une vallée oubliée, cette ville du Tessin à priori bien moins attrayante que ses voisines, a choisi de tout miser sur sa sympathie, ses traditions et ses productions locales pour attirer de nouveaux visiteurs. Découverte de cette cité rebelle au sortir de l’ombre…

A chaque fois c’est le même constat. Il suffit de quelques heures de train pour qu’une fois arrivé au Tessin on se sente complètement dépaysé, et Bellinzone n’échappe pas à cette règle. Nous séjournons à l’hôtel « La Tureta » à Giubiasco, une des nombreuses communes à avoir accepté le regroupement avec la ville en avril 2017. Nous rencontrons Bettina Doninelli, maîtresse des lieux. Elle racheta avec son époux architecte le Palazzo Scalabrini et le transforma, après quelques pénibles travaux, en un bel hôtel. Les 42 chambres accueillent fréquemment les cyclistes en promenade mais l’atout majeur est sans nul doute la cave magnifiquement aménagée en restaurant gastronomique. Le chef prometteur Simone Lacaria propose des mets régionaux accompagnés d’une très belle carte des vins – une excellente adresse !

La ville vit les choses en grand pour accueillir ses premiers journalistes ! La soirée fut rythmée par une conférence sur l’architecture des caves à vin présentée par le maître Mario Botta dans le cadre de la fête des vendanges annuelle “PerBacco”, puis, l’habituel « standing dinner » nous permit de rencontrer d’importantes personnalités bellinzoneses et de goûter à trois variations de la fameuse polenta (qui a déjà goûté à la polenta noire ?).

La pluie incessante ce jour-là fut en parfaite harmonie avec le thème du parcours prévu pour la 2ème journée du press trip: “la voie de la soif”, un circuit historique original qui nous en apprit un peu plus sur la ville et sa relation avec la bière, la torréfaction du café, le vin, tout en suivant le chemin de l’eau…  Mais niveau gastronomique, Bellinzone a de multiples cordes à son arc, et nos estomacs furent victimes de tous les excès. Petit tour d’horizon:

La Chocolaterie Stella

Fondée en 1928, Stella est un acteur majeur de l’industrie du chocolat en Suisse. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: 300 clients dans 50 pays du monde entier, 85% de la production dédiée au private label et 65% entièrement bio et issue du commerce équitable, un catalogue référençant 1’500 produits différents sans aucune trace d’OGM. Sa force c’est bien évidemment sa flexibilité et sa capacité à s’adapter à presque toutes les demandes. Chocolat casher, halal, sans lactose, tous les challenges sont bons à prendre. Une prise de risque qui lui réussit car son chocolat vegan au nectar de noisettes a gagné le Sofi Award 2018 – et j’ai goûté ! Il est à tomber !

(Psssst… Chocolat Stella est également le fournisseur officiel des chocolats de l’armée suisse ;)

L’étrange laboratoire du professeur BUletti

Si le titre de ce paragraphe était un film, Franco Buletti serait sans nul doute l’interprète idéal. Depuis 25 ans, il s’implique corps et âme dans ses créations et adore surprendre sa clientèle avec de nouvelles gourmandises, quitte à tenter les mélanges les plus fous ! Son panettone est une référence et on peut même le trouver, durant les fêtes de fin d’année, dans plusieurs boutiques de Romandie. Mais sous ses airs de professeur Tournesol, Franco Buletti met un point d’honneur à mettre en avant les produits du terroir et s’approvisionne aussi souvent que possible dans la région.

La brasserie urbaine “Il Fermento”

Repenser le concept de la brasserie et remettre au goût du jour l’authenticité, l’amitié & le goût du terroir, telle était l’idée derrière “Il Fermento” lors de sa création en 2015. Aujourd’hui 4 brasseries partagent ces valeurs: celle de Bellinzone évidemment, mais aussi à Mendrisio, Lugano et Andermatt. “Il Fermento” c’est un endroit chaleureux où l’on déguste des bières 100% artisanales & Made in Switzerland. J’ai beaucoup aimé son ambiance bon enfant/très communautaire et les bières sont excellentes.


On l’a bien compris, Bellinzone et la gastronomie ne font qu’un. Pourtant l’art lui aussi est très présent et merveilleusement mis en scène par la Villa Dei Cedri, un édifice historique abritant un musée et entouré d’un jardin luxuriant. Situé au milieu de la ville, l’espace fut rénové et aménagé pour offrir au visiteur une expérience complète. On se promène à travers les différentes chambres de la Villa en prenant le temps d’admirer les oeuvres – la collection permanente couvre l’art de la seconde moitié du 19ème siècle à aujourd’hui. Ici on occupe et on ressent l’espace. C’est une invitation à écouter ses pensées, à (re)trouver la sérénité.

Un petit détour par le marché du samedi matin très animé avant de repartir. Dans le train je recevrai un message de Sara m’invitant à revenir à Bellinzone pour la fête d’automne en octobre. Je répondrai que je promets de revenir bientôt, peut-être en décembre pour le marché de Noël, ou en février pour fêter le roi du carnaval, ou peut-être simplement un jour de printemps ou d’été, une visite spontanée lors d’un moment d’accalmie.  

Pour planifier ta visite: Bellinzone tourisme

 Giubiasco
 Villa Dei Cedri
 Giubiasco
 Bellinzona
 Villa Dei Cedri
 Musée Villa Dei Cedri
 Bellinzona

Giubiasco Villa Dei Cedri Giubiasco Bellinzona Villa Dei Cedri Musée Villa Dei Cedri Bellinzona

Manchester & Lisbonne

Escapade Week-end

Manchester & Lisbonne

La grande saison touristique terminée, on peut enfin partir l’esprit tranquille, sans que notre vol Easyjet et notre AirB&B ne nous coûtent un bras… Adepte des courts séjours ici et ailleurs, je vous emmène dans cet article à la découverte de deux villes au tempérament profondément opposé: Manchester la gothique, au lourd passé industriel, et Lisbonne la blanche, la ville la plus trendy du moment.


Manchester 

« J’y reviendrai ». C’est par ces mots que je quittai Manchester ce jour-là. Je n’avais aucune attente à mon départ, et je découvris l’une des villes les plus charmantes de Grande-Bretagne. Idéale pour une courte escapade, visiter Manchester est simple et agréable. L’itinéraire proposé le matin même par le concierge de l’hôtel me donna un excellent aperçu des différents quartiers. Je commence ma balade par l’impressionnant Town Hall et poursuis à travers les rues animées, en croisant quelques beaux bâtiments historiques tels que St Ann’s Church (posée là entre deux avenues marchandes), la cathédrale de Manchester (on dirait une cathédrale miniature…), le Corn Exchange (la structure du bâtiment est superbe), etc. Entre deux ruelles, je discute avec un local, il semble étonné de voir une jeune Suissesse visiter sa ville… Pourtant populaire, Manchester ne fait pas l’unanimité dans mon pays, et sa réputation de ville industrielle peu attrayante subsiste encore actuellement. Quel dommage !

Chose étonnante, je remarque des abeilles un peu partout. Ce symbole qui représente l’arrivée en masse de travailleurs lors de la révolution industrielle, est omniprésent sur les murs de la ville et même sur les poubelles publiques. Après avoir traversé un quartier moderne à l’allure d’un parc d’attractions, j’arrive au but de ma promenade: Northern Quarter. Au premier coup d’oeil, je trouve l’endroit assez glauque et plutôt sale… Mais en regardant mieux, je vois cette librairie de livres d’occasion à la vitrine surchargée, je découvre une boutique qui vend les plus belles robes vintages (sans l’odeur déplaisante des secondes mains…) et je m’arrête pour le repas dans un adorable café au menu plutôt déconcertant (j’ai choisi de manger du chou fleur pané…). Dans le même quartier, coup de coeur pour le Manchester Craft & Design Center, un complexe qui abrite de petits ateliers d’artistes & designers locaux. Cette petite escapade se termine beaucoup trop vite et je me promets de revenir bientôt. 

Quel hôtel choisir ? 

Great John Street Hôtel est idéalement situé au centre ville, à l’abri et au calme des rues commerçantes. Le bâtiment en briques est typique de l’architecture de la ville et les chambres, des duplex à la taille impressionnante, ressemblent à de petits cottages anglais. Cheminée dans la chambre, baignoire d’autrefois et petit-déjeuner gargantuesque sont les points forts de cet hôtel. Bonus: la terrasse sur le toit, l’endroit idéal pour siroter un gin en regardant le coucher de soleil ! 

Plus d’infos: Great John Street Hotel

 Manchester au coucher du soleil 
Manchester au coucher du soleil 
 Manchester en noir et blanc
Manchester en noir et blanc
 Great John Street Hotel réception 
Great John Street Hotel réception 
 Great John Street Hotel petit déjeuner
Great John Street Hotel petit déjeuner
 Town Hall
Town Hall
 Manchester en noir et blanc 
Manchester en noir et blanc 
 Folk & Soul restaurant 
Folk & Soul restaurant 
 Craft and Designer Center
Craft and Designer Center
 Corn Exchange
Corn Exchange

Lisbonne 

On l’appelle la ville blanche car la lumière là-bas est aussi claire et douce que son atmosphère. La capitale portugaise jouit d’une forte popularité en ce moment et j’ai bien compris pourquoi. Les rues sont animées, le climat est propice aux visites tout au long de l’année et les azulejos qui habillent les façades dessinent des cieux contrastés à chaque coin de rue. Pour m’imprégner pleinement de l’ambiance du centre-ville, j’ai choisi de résider au 81, Rua dos Fanqueiros, une maison connue sous le nom de Baixa House. Idéalement situé à quelques minutes de marche de Praça do Comércio, ce boutique hotel exclusif propose 13 appartements à la décoration délicate et minimaliste, inspirée par les jardins de Lisbonne. Le matin, le petit-déjeuner est accroché à la porte et on commence la journée comme à la maison, au rythme de la clochette caractéristique des vieux trams jaunes qui traversent la ville. 

A la recherche d’un peu de fraîcheur, j’arpente les ruelles du Bairo Alto et arrive devant le grand portail du jardin botanique. Les plantes tropicales se mélangent à la faune étonnement nombreuse pour un lieu si centré dans la capitale. Non loin du parc se trouve le concept store Embaixada. Niché dans le palace Ribeiro da Cunha, ce magasin un peu particulier met en avant des créateurs et artistes portugais dans un décor prestigieux. Une halte bien méritée, mais un peu trop tentante pour le porte-monnaie… 

Il y a du monde ce jour-là à Lisbonne. L’été bat son plein. C’est en marchant à contre-courant de la horde touristique (attroupée devant la Tour de Belém), que je découvre ce grand bâtiment immaculé aux fenêtres ovales. La Fondation Champalimaud ne fait pas partie du circuit standard. En dehors de la foule, je ressens le vide, et admire cette architecture quasi galactique. Un endroit connecté à la terre, au ciel et au Tage, ce fleuve qui ne fait qu’un avec la ville. Pour finir en beauté, direction le Kais restaurant, toujours près des quais. Un gigantesque entrepôt nous accueille. A l’intérieur: une carcasse de bougies consumées trône en plein milieu, une chute d’eau bruyante, et ces tables qui se répandent à l’infini…

Quelques bonnes adresses: 

Restaurant Geographia 

La Boulangerie 

Dear Breakfast 

LX Factory

 Baixa House
Baixa House
 Le petit-déjeuner à Baixa House 
Le petit-déjeuner à Baixa House 
 Baixa House
Baixa House
 Baixa House
Baixa House
 Embaixada Concept Store
Embaixada Concept Store
 Embaixada concept store
Embaixada concept store
 Vue de la villle
Vue de la villle
 Dans le jardin botanique 
Dans le jardin botanique 
 Les jolies rues de Lisbonne 
Les jolies rues de Lisbonne 
 Restaurant Geographia
Restaurant Geographia
 LX Factory
LX Factory