Glenmorangie Allta private edition

Glenmorangie Allta: Interview sans limite

Cette année encore, j’ai eu l’occasion de découvrir, en primeur, la Private Edition Glenmorangie lors d’une soirée virtual tasting 100% écossaise !

Mais le virtual tasting, c’est quoi? Cette question m’avait été posée l’année passée lors d’un événement similaire et comme j’ai eu la chance de revivre l’expérience, voici pour la petite explication: le virtual tasting consiste à participer à une séance de dégustation avec des experts du whisky Glenmorangie à travers des écrans interposés, dans le but de vivre cette expérience à Londres (là où les experts sont physiquement) et dans d’autres villes du monde. Un moment super convivial qui permet de profiter des connaissances ultra pointues en la matière du Dr Bill Lumsden, « Director of Distilling & Whisky creation », et de son acolyte Brendan Mccarron, « Head of Maturing Whisky Stocks ».

Glenmorangie Allta, qui signifie « sauvage » en gaélique écossais, rend hommage à un ingrédient clé du whisky: la levure, dont l’impact sur le goût a longtemps été mise de côté au profit d’autres aspects de la fabrication du whisky. Vous l’aurez compris, cette dernière Private Edition est destinée aux amateurs et pour vous en parler, j’ai préféré donner la parole à Salim, amoureux de ce savoir-faire, fondateur du site www.whiskyisthelimit.ch, et présent ce soir-là à Londres.


Interview – Whisky is the limit

Glenmorangie Allta marque le 10ème anniversaire de la Private Edition. Par quelle édition as-tu été le plus séduit ? 

Salim: J’ai eu la chance d’en goûter plusieurs et même si j’ai été séduit par la plupart des éditions, mon coeur balance entre ce nouvel Allta qui est diamétralement différent de ce que nous connaissons de Glenmorangie, et la seconde édition nommée Finealta, elle aussi différente par ses notes tourbées et fumées. 

En quoi cette dernière édition est-elle différente des précédentes ?

Pour comprendre sa différence, il faut préciser qu’un Single Malt whisky est techniquement une sorte de bière que l’on distille dans des alambics et qui est ensuite mise en tonneau pendant plusieurs années. Les trois ingrédients sont donc l’eau, le malt d’orge et la levure. Si la qualité et l’origine de ces ingrédients sont souvent passés sous silence au profit de la qualité et l’origine des tonneaux, cette édition met à l’honneur la levure. Elle a été sélectionnée dans les champs d’orge à proximité de la distillerie Glenmorangie. Cette édition est donc le symbole fort que le tonneau – malgré son impact indéniable – n’est pas le seul à créer la saveur du whisky.

Raconte-nous ta rencontre avec Bill Lumsden, le très charismatique « Director of Distilling & Whisky creation ».

J’ai eu le plaisir de le rencontrer lors de la soirée de lancement dans un cadre festif puis le lendemain pour une interview (à retrouver ici). J’ai découvert une personne charismatique, qui racontait des anecdotes toujours plus croustillantes à mesure que nous dégustions du Glenmorangie Allta et des cocktails (nooon ce n’est pas un crime les cocktails au whisky !).

Lors de l’interview, j’ai enfin pu entendre Dr. Bill dans son exercice favori: parler de whisky et de science. Ses connaissances semblent infinies et comme la plupart des écossais, il n’a pas sa langue dans sa poche.  

Je tiens à préciser que j’ai également eu la chance de rencontrer Brendan McCarron, très présent sur Instagram. Si ce dernier est « sous l’aile » de Bill Lumsden, il n’en reste pas moins que leurs avis divergent parfois, ce qui rend l’interview beaucoup plus intéressant. 

En quoi Glenmorangie se différencie-t-elle de ses concurrents? 

Sur le plan gustatif, un terme récurrent permet de définir Glenmorangie : l’élégance. S’agissant plus d’un concept, d’une texture que d’un arôme en particulier, il faut le boire pour le croire. Cette élégance n’est nullement due au hasard. C’est le résultat d’une distillation dans les alambics les plus haut d’Ecosse. Souvent comparés au cou d’une girafe, ces alambics permettent un degré de pureté du distillat reconnaissable dans la plupart des expressions de Glenmorangie. 

En tant que passionné de whisky, tu connais déjà beaucoup de choses à ce sujet.. mais qu’as-tu appris de nouveau lors de ce voyage à Londres ? 

Le whisky est un univers qui balance entre innovation et tradition. Le marché étant en pleine expansion, les créateurs comme Bill Lumsden et Brendan McCarron sont constamment à la recherche de nouvelles idées mais la loi ecossaise en matière de whisky n’autorise pas tout. Il a été intéressant pour moi de découvrir que Glenmorangie a mandaté un archiviste – Iain Russell – pour dénicher des « précédents ». S’il peut prouver que certaines pratiques ont déjà été faites par le passé alors il est possible d’à nouveau explorer ces méthodes. En conclusion, innovation et tradition ne sont pas antonymes mais plutôt étroitement liés. 

Quels sont les éléments indispensables pour apprécier un verre de whisky ?

Je dirais que le goût n’est qu’une étape. Il faut considérer la dégustation comme une expérience multi-sensorielle. En commençant par les yeux: observer la robe, sa couleur, sa texture. Viennent ensuite les senteurs. Les apprécier délicatement et longuement. C’est à cette étape que l’on pourra déjà juger de la complexité d’un whisky. Comme en amour, s’il se révèle trop vite l’intérêt retombe. Il faut prendre le temps de sentir les différentes couches. Enfin, on mérite d’y tremper ses lèvres par petite gorgée pour ni se brûler ni se précipiter, puis laisser le whisky quelques secondes en bouche pour le laisser s’épanouir. La dégustation se termine quand les dernières vapeurs de whisky disparaissent du palais, alors une goût reste en bouche qui réserve aussi son lot de surprises, c’est ce qu’on appelle le « finish ». 

Et comme je le dis souvent lors de mes whisky tastings: le meilleur whisky est celui que l’on partage !

Quel est selon toi le whisky le plus féminin de la collection Glenmorangie et pourquoi?

Selon moi la féminité à mille visages et j’ai la chance de connaître des femmes qui aiment des whisky légers comme des tourbés bien trempés. Il n’en reste pas moins que la marque Glenmorangie, par son élégance, a su convaincre son public féminin. En tête de proue je citerais le Glenmorangie Nectar d’Or. Il a été vieilli en partie dans des fûts ayant contenu du Sauternes. Son bouquet sur les agrumes et les épices suivi de sa bouche soyeuse et épicée, chauffant légèrement le palais, fini par s’adoucir et termine sur le citron et le miel.  

Un petit mot au sujet de ton site www.whiskyisthelimit.ch et quels services proposes-tu?

Mon projet Whisky Is The Limit a démarré il y a un peu plus de 2 ans sur Instagram. Un an plus tard est née ma société. Je vends sur mon site des whisky classiques et de collection. J’organise des dégustations et je viens de fonder mon Club pour qui je fournirai des whisky exclusifs provenant de tonneaux que j’aurai moi-même sélectionné en Écosse. Ma mission est de démocratiser ce produit qui véhicule une image de luxe à laquelle je souhaite ajouter celle de l’amitié, du plaisir et du partage. Les néophytes et amateurs peuvent me retrouver sur Instagram @whiskyisthelimit.

Les meilleurs moment de la soirée sont à retrouver dans la vidéo ci-dessous !


Hotel klosterbräu seefeld village

Hôtel Klosterbräu à Seefeld: Une histoire de famille


La semaine précédant notre voyage, Seefeld était recouverte de trois mètres de neige. Du jamais vu depuis de nombreuses années. Nichée au cœur du Tyrol autrichien, à quelques kilomètres des frontières suisses et allemandes, cette petite station traditionnelle qui accueillit à deux reprises les jeux olympiques (1964 et 1976) est devenue très populaire parmi les amateurs de sports d’hiver et surtout ceux du ski de fond (246.5 kilomètres de piste sont à disposition des sportifs). Cette année, l’ascension sera d’autant plus fulgurante car Seefeld accueillera du 19 février au 3 mars les championnats du monde de ski nordique. Un événement très attendu par les habitants du village, et dont se réjouit particulièrement la famille Seyrling, propriétaire de l’hôtel le plus chic (et ancien) de la station : Le Klosterbräu.

seefeld 2019 fis nordic ski championsship
Seefeld in tirol austria village
Klosterbräu seefeld in tirol morgane schaller hôtel

Un peu d’histoire…

L’histoire du Klosterbräu remonte au XVIème siècle. A cette époque, en 1516, ce monastère érigé suite à la demande du Kaiser Maximilian Ier était l’un des seuls édifices de la région. Au XIXème siècle, la famille Seyrling, sentant le potentiel touristique du lieu, rachète le monastère pour le convertir en hôtel. 6 générations plus tard, c’est Alois Seyrling qui reprend le flambeau et perpétue la tradition familiale.

Chaque semaine, c’est Alois en personne qui se charge de présenter l’hôtel aux clients. Une visite à ne pas manquer. Passionné et enjoué, il nous parle de l’histoire de la région et celle du lieu, en ajoutant toujours quelques détails amusants. Nous traverserons l’un des halls d’origine (plusieurs parties ont été rajoutées au bâtiment principal au fil des années), qui expose des fresques parfaitement conservées. La visite se termine autour d’un verre de vin dans une cave gigantesque illuminée de mille bougies. Tout le monde semble apprécier la bonne humeur contagieuse du directeur de l’hôtel.


Gastronomie, bien-être et activités hivernales

La gastronomie fait partie des points fort du Klosterbräu. Étonnement raffinée pour une région de montagnes, la cuisine du restaurant principal Vital-Gourmet propose une nourriture saine et élaborée pour tous les régimes, aussi bien le soir que pour le petit-déjeuner (un festin !). Nous avons également testé le restaurant ouvert aux non-résidents de l’hôtel, le Bräukeller & Grill, qui réjouira les amateurs de viande et de burgers.

Depuis 2018, l’hôtel propose également des cures détox de 5 ou 8 jours, suivant les préceptes de la médecine chinoise. Vos journées seront rythmées par le Yin et la Yang et l’organisme sera nettoyé grâce à une alimentation saine et des exercices/massages soigneusement pensés.

Body, Mind et Detox

Le deuxième jour, après une matinée à se prélasser au Spa (la piscine extérieure offre une vue spectaculaire sur les montagnes enneigées), nous rejoignons Clemens, le cousin d’Alois pour une balade à la découverte de Seefeld. Manque de chance ce jour-là, le temps est couvert, et nous opterons pour un aller simple en télé-siège afin d’admirer la vue depuis le sommet et une descente à pieds avec à la clé un délicieux punch à l’orange chaud.

Mais la balade à ne pas manquer lorsqu’on séjourne à Seefeld, c’est le tour du Wildsee, un joli lac facilement accessible depuis le centre du village et qui fait la fierté des habitants de cette petite commune. Nous nous promènerons presque deux heures autour de ce lac gelé et recouvert de neige. L’endroit héberge notamment de nombreux écureuils, très heureux de trouver quelques graines laissées par les locaux dans les petites maisons en bois accrochées aux arbres.

Plus d’infos: Hôtel Klosterbräu

spa hotel klosterbräu seefeld in tirol outdoor pool
Seefeld in tirol sunset
Seefeld in tirol wildsee promenade morgane schaller

Mes curiosités d’octobre

Mes curiosités d’octobre

Octobre et ses feuilles mortes, sa pluie tiède et incessante, ses journées a deux saisons… On rêve de s’emmitoufler dans un grosse couverture, une tasse de thé à la main, le regard creux mais curieux. J’adore le mois d’octobre car il est rebel et imprévisible. Il n’en fait qu’à sa tête.


A VOIR

Non, les films en noir et blanc ne sont pas dépassés. Et je les apprécie d’autant plus car les personnages sont souvent d’une clarté étonnante et leurs émotions démultipliées. C’est le cas pour Cold War, le dernier chef d’oeuvre du réalisateur polonais Pawel Pawlikowski. L’histoire raconte la vie de deux amants dans un décor d’après-guerre. Un voyage de plus d’une décennie qui transporte le spectateur à travers la Pologne détruite, la France bohème et même la Croatie. D’une justesse incroyable, impossible ne pas s’attacher aux personnages principaux: Zula et Wiktor, tous les deux victimes de cet amour impossible. On pleure parce que c’est beau… et triste.

La bande annonce de Cold War

 Cold War poster
Cold War poster

A ADOPTER

Ma meilleure amie de novembre à mars. Un appel à l’hibernation. Testée l’hiver passé, j’ai passé le plus clair de mon temps à m’envelopper dans les plumes douces de sa doublure. Résolument à la mode, la veste Nobis se décline en plusieurs coupes et couleurs. Moi j’ai choisi de porter la Carla. La longueur est optimale (elle couvre les hanches) et offre un confort ultra premium. Créée en 2007, cette marque canadienne experte en protection thermique propose chaque saison des créations au design tendance et contemporain. Le point positif, les tissus utilisés sont 100% imperméables, on peut donc porter sa veste aussi bien dans la rue que sur les pistes des ski. Choisis ton modèle pour cet hiver sur nobis.ch

 Veste Carla par Nobis
Veste Carla par Nobis

A TESTER

La Garde-Robe.ch, c’est un concept innovant mis en place par Nadia, ancienne tradeuse de la place financière genevoise, début 2018. Résolument tournée vers le mouvement minimaliste et le “consommer responsable”, elle a tout quitté pour vivre de sa passion et ses convictions. Ses clientes sont reçues dans un magnifique appartement-showroom du centre-ville de Genève et ont la possibilité de louer pour une journée ou un événement spécial la robe de soirée de leurs rêves. Fendi, Nina Ricci, Azzedine Alaïa, il y en a pour tous les goûts et toutes les tailles. Il vous suffit simplement de retourner la robe après 4 jours, La Garde-Robe s’occupant du nettoyage. Le concept permet également aux personnes à l’armoire bien fournie, et autres blogueuses mode, de louer certaines pièces, et ainsi donner une seconde vie à leurs produits. Le gros point positif: On profite des conseils mode de Nadia qui s’avère être une experte en la matière.

 Robe Nina Ricci prêtée par la Garde-Robe
Robe Nina Ricci prêtée par la Garde-Robe

J’ai testé le remodelage par Martine de Richeville !

J’ai testé le remodelage par

Martine de Richeville

Quand on m’a proposé des séances de remodelage afin de réduire ma cellulite, j’étais plutôt perplexe. J’ai la chance d’avoir une très légère peau d’orange et accepter un tel traitement impliquait de vouloir changer mon aspect corporel, ou du moins l’améliorer. Je n’ai pas un corps parfait, mais je suis de loin complexée, ou à plaindre. Finalement j’ai dit oui. Par pure curiosité et par envie de faire découvrir à toi, lectrice, une alternative intéressante aux crèmes remodelantes et aux cours de sport intensifs.


J’ai eu la chance de commencer mon traitement par une séance avec la déesse du remodelage: Martine de Richeville en personne, dans son institut de Genève. Cette psychologue de formation a développé cette technique en associant deux philosophies plutôt opposées: celle qui consiste à croire que l’esprit et le corps ne font qu’un et l’approche plus occidentale où beauté et minceur vont de pair. Vous l’aurez compris, la psychologie fait partie intégrante du soin, et le thérapeute s’adapte aux particularités émotionnelles ET physiques de chacun.

Le remodelage amincissant consiste à libérer le patient de ses toxines et donc d’alléger son corps. A la différence du palper-rouler, la technique développée par Martine de Richeville agit en profondeur sur les tissus et les amas graisseux. Chaque séance débute par le même rituel, celui de la respiration et le thérapeute s’assure que le patient soit relaxé avant de commencer le massage. Pas de chichi, ici on assume son corps et le traitement s’effectue poitrine à l’air et vêtu d’un simple slip à jeter…

Chaque zone du corps où la graisse s’amasse – c’est-à-dire le ventre, les bras, les cuisses, les fesses, les mollets – sera massée de manière circulaire afin d’oxygéner les tissus dans le but d’activer le drainage lymphatique. Alors oui, ça fait mal, voire très mal tout dépend des zones. Mais le résultat est là, même après la première séance et ça c’est vraiment motivant !

Mon avis

Dès la première séance je me suis sentie plus légère. J’ai surtout vu un changement au niveau des cuisses – où j’ai perdu quelques légers centimètres. Elles sont également beaucoup plus souples et aérées. C’est une sensation assez particulière, comme si tous les tissus à l’intérieur de ma peau s’étaient décollés. Evidemment, la cellulite a presque entièrement disparu. Les jours qui suivent un massage, on ressent des courbatures et des douleurs liées au palpage. Tout s’estompe très vite. J’avais peur de voir apparaître des bleus à la surface de ma peau car la thérapeute n’y va pas de main morte, mais évidemment ça n’a jamais été le cas. Le technique est parfaitement rodée. Pour des résultats encore plus convaincants, il ne faut pas oublier l’équilibre alimentaire, l’exercice quotidien, et surtout la santé émotionnelle.

CONCOURS

Toi aussi tu auras peut-être la chance de tester le remodelage Martine de Richeville ! 5x séances à l’institut de Genève sont à gagner. Pour participer, il te suffit de:

  • Liker la page Instagram @martinedericheville

  • Liker la page Instagram @morganeschaller et taguer 1 ami dans les commentaires (post insta)

  • Répondre à la question suivante en commentaire de cet article: “Quelle est la différence entre le palper-rouler et le remodelage Martine de Richeville” ?

Les gagnants seront tirés au sort lundi 15 octobre. Bonne chance !

Mes curiosités de l’été

 The New Renegade 
The New Renegade 

Mes curiosités de l’été

Attention, attention, voici une immersion totale dans ma vie de blogueuse. Dans cet article je vous parlerai de trois expériences vécues cet été: un voyage à Milan pour tester les nouveautés de la marque Jeep, un court séjour relaxant à Genève et quelques jours absolument mémorables passés en compagnie de la marque Phyto en Corse. Bref, bientôt une année après avoir quitté mon job et ma routine, je savoure ma liberté et mes curiosités à pleines dents. 

Bonne lecture !   


En Italie avec Jeep

En juin, j’ai été invitée à un press trip pas comme les autres: tester les nouveautés de la marque Jeep. Quelques minutes après avoir posté mes premières stories sur Instagram, je recevais déjà les commentaires envieux (de la gente masculine principalement ;) au sujet de cette excursion. Et oui, ce n’est pas donné à tout le monde de tester les nouveautés de la marque sur le très respecté (et secret) circuit Balocco, près de Milan. En quelques mots, le « Centro Sperimentale Balocco » est le terrain de jeu du groupe Fiat. C’est là où les différents prototypes sont développés et testés. L’espace est gigantesque et la sécurité est de mise. Evidemment, aucune des marques ne souhaite que des informations au sujet des futurs modèles ne soient dévoilées, c’est pourquoi il n’est pas rare de croiser des voitures zébrées, et pour le moins étranges, afin de flouter une éventuelle prise de vue. 

Pour en revenir à Jeep, ma première expérience avec cette marque remonte à l’enfance. Mes parents ont conduit une Cherokee couleur lie-de-vin pendant quelques années et j’adorais le confort de ses sièges en cuir. Partir en vacances à bord d’un 4X4 était un réel bonheur et être un peu surélevée, ça change tout, surtout quand on est gosse. 

Deux modèles étaient présentés ce jour-là: 

Jeep Renegade

Modèle lancé en 2014, restylé en 2018, la Renegade c’est l’entrée de gamme de Jeep. Simple et pratique, c’est une voiture tout-terrain pour la campagne et la ville. J’ai testé cette voiture sur la route et sur un circuit aux multiples épreuves (terrain bosselé, montées & descentes ultra-raides, eau jusqu’à hauteur des pneus, etc.), et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette jeep est à la hauteur de son succès (800’000 exemplaires vendus dans le monde depuis son lancement!). J’ai adoré l’option Hill Descent Control, qui freine la voiture automatiquement lors d’une pente raide. Le design intérieur est extrêmement simple mais doté tout de même d’une technologie moderne. 

Jeep Grand Cherokee Trackhawk

Un gros bolide qui impressionne, doté de 710 chevaux (ne voyant pas mon air étonné, on m’a alors expliqué que 710 chevaux c’est la puissance d’une Ferrari, tout de suite on change de tête ;), cette Grand Cherokee toute puissante au moteur vrombissant impressionne plus à l’extérieur qu’à l’intérieur. La voiture est lourde mais semble tout de même très bien assimiler le circuit de Balocco et ses virages chaotiques (estomacs sensibles s’abstenir). Son intérieur est aéré et sophistiqué, ses finitions sensibles à l’esthétique italienne. Une voiture tout de même très citadine qui ne passe pas inaperçue. 

Plus d’infos: https://www.jeep.ch/fr

 The new Jeep Renegade
The new Jeep Renegade
 Grand Cherokee 
Grand Cherokee 

En Corse avec Phyto – PhytoSummerFestival

Partir sur « l’Île de Beauté » avec une des marques les plus innovantes dans les soins capillaires était presque trop beau pour être vrai. Et pourtant, en juin je me suis envolée en Corse pour en apprendre un peu plus sur ces produits français qui m’étaient, je l’avoue, presque inconnus à mon départ. 

J’ai vite remarqué que ce voyage n’allait pas être comme les autres. Seule Européenne occidentale de la foulée (ou presque, la groupe comptait tout de même deux britanniques), j’étais entourée par une magnifique diversité de blogueurs venant principalement d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient. Normal, sachant que le pays number one de la marque c’est l’Iran. 

 Toutes les filles réunies, parmi elles: Lana El Sahely du Liban, Bahar Fashion Sandwich d'Iran, Blersworld du Kosovo, etc. 
Toutes les filles réunies, parmi elles: Lana El Sahely du Liban, Bahar Fashion Sandwich d’Iran, Blersworld du Kosovo, etc. 

Chouchoutées du début à la fin, l’organisation avait mis la barre très haute: Hôtel de luxe face à la mer, croisière sur un catamaran, souper sur la plage à la lumière des bougies et bien sûr présentation des produits de la gamme. En quelques mots, Phyto fut créée par Patrick Alès, l’inventeur du brushing. Ce dernier développa la marque dans le but de soigner les cheveux par les plantes, d’où le nom phytoterathrie. On notera quelques produits cultes de la marque: Phyto 7 (crème de jour, hydratation brillance aux 7 plantes), phytokératine (spray réparateur thermo actif), phytopolléine (élixir végétal stimulant du cuir chevelu), et la star de l’été phytoplage (voile protecteur !

Mes updates « produits » sont sur Instagram

 Hotel Marinca
Hotel Marinca
 La plage de sable ocre 
La plage de sable ocre 
 La piscine avec vue sur mer
La piscine avec vue sur mer
 Phytoplage, le produit idéal pour l'été 
Phytoplage, le produit idéal pour l’été 
 Premier repas avec l'équipe Phyto 
Premier repas avec l’équipe Phyto 
 La plage illuminée de bougies
La plage illuminée de bougies
 Dernière soirée avec Phyto 
Dernière soirée avec Phyto 

A Genève avec La Mer

Le spa La Mer, situé entre le 1er et le 2ème étage de l’hôtel Président Wilson, est sans doute le plus atypique de Genève. Pas de lumière feutrée, ni de musique lancinante, mais une vue imprenable sur la magnifique piscine de l’hôtel. Fan des produits La Mer, j’ai testé le soin signature de la marque (en exclusivité dans l’unique spa La Mer de Suisse).

Mais au préalable, une présentation de l’histoire des produits s’imposa. J’appris que le fondateur, Dr Max Huber, physicien de métier, se brûla lors d’une expérience en laboratoire et c’est suite à cela qu’il décida d’enquêter sur la meilleure façon de guérir ses blessures. Il fut donc le premier à utiliser les algues marines pour des soins du visage. Ce procédé appelé bio-fermentation dure 3 à 4 mois et implique le mélange de composants naturels tels que des algues marines, du calcium, du magnésium, du potassium, des vitamines, des huiles essentielles d’agrumes, d’eucalyptus, etc., bref, un concentré ultra-puissant qui a le pouvoir de transformer l’apparence de la peau, et que l’on trouve encore aujourd’hui dans le Miracle Broth, le produit phare de la marque. Et justement, mon soin signature ce jour-là intégra ce prestigieux composant et après une heure d’un rituel précis et délicat, ma peau fut aussi douce que celle d’un bébé. 

Conseil beauté: On se laisse séduire par le Gel Rafraîchissant génération intense, un must pour cet été, et on teste la lotion pré-soin, reçue il y a quelques jours seulement mais qui a déjà sa place dans ma trousse de toilette.

 Les produits utilisés lors du soin signature 
Les produits utilisés lors du soin signature 

AVA Women – Test & feedback

AVA Women

Test & Feedback

Il y a bientôt deux ans, j’ai choisi d’arrêter la pilule. Ne plus m’administrer cette dose quotidienne d’hormones nocifs fut l’une des meilleures décisions de ma vie. J’ai réalisé que la pression sociale et la culture du « fais comme tout le monde » était la seule raison pour laquelle j’avais commencé de prendre ces médicaments. Aucune des personnes rencontrées lors des fameuses visites au planning familial organisées par l’école n’avait si ce n’est évoqué, à l’époque (il y a moins de 10 ans) l’utilisation d’un autre contraceptif sur le long-terme. Puis, pour les plus tête en l’air d’entre nous (oui, parce que comme tout le monde, je suis passée par la case « pilule du lendemain », – plus d’une fois malheureusement – j’espère que mon corps me pardonnera), il fallut choisir entre l’implant ou le stérilet – et personnellement, j’étais plutôt réfractaire à l’idée d’avoir un corps étranger à l’intérieur de moi.

Comment a-t-on pu en arriver là alors que la pilule était un symbole de l’émancipation de la femme lorsqu’elle apparut dans les années 60-70?

Je ne contrôlais plus mon propre corps. J’avais l’impression d’être anesthésiée de partout: libido inexistante, aucune sensation liée à mon cycle naturel, j’étais devenue un robot, une poupée en plastique, alors j’ai dit non. Bien sûr, il m’a fallu du temps pour retrouver un cycle normal, et de ça, personne ne m’avait prévenu. 6 mois furent nécessaire pour saigner à nouveau ! J’ai alors compris la souffrance de mon corps durant toutes ces années et j’ai patiemment réussi à rassembler mécanique et esprit pour enfin vivre d’une seule pièce. Deux ans plus tard, je suis redevenue une femme aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Mes seins deviennent plus durs à l’approche de mes règles, je suis un animal en rut lors de mon ovulation (no joke!) et j’ai cette sensation si plaisante de comprendre ce qu’il se passe en moi. 

J’ai choisi de tester AVA, car c’est le compagnon idéal pour toutes les femmes qui souhaitent appréhender leur corps. On porte le bracelet la nuit uniquement, et les capteurs détectent les signes permettant d’indiquer quand la période de fertilité commence et d’en confirmer la fin. 

AVA fait également office de « montre connectée » et l’on peut, s’informer sur son sommeil, son niveau de stress et son rythme cardiaque au repos. Il suffit de synchroniser le bracelet à son portable et les informations seront directement transmises à l’application. 

Attention, AVA n’est pas un contraceptif, cependant il peut être utilisé comme complément ou servir simplement à titre informatif. 

Les +

– Produit de qualité, développé en Suisse

– Bracelet ergonomique et confortable 

– Interface de l’application facile d’utilisation 

– On sent que l’on fait partie d’une vraie communauté ! 

– Communication transparente et intelligente 

Les – 

– Contraignant pour certaines de porter un bracelet la nuit 

– Le prix est relativement élevé 


Globalement, je trouve le produit très séduisant et d’excellente qualité. Le fait qu’il soit développé en Suisse est selon moi un gage supplémentaire d’excellence. Ava fait preuve de transparence et n’hésite pas à publier sur le fonctionnement du bracelet (https://www.avawomen.com/fr/comment-ava-fonctionne/). J’aime beaucoup l’idée de faire partie d’une communauté et je trouve que les réseaux sociaux AVA (il existe un compte pour chaque pays) sont utilisées de manière intelligente. 

Le prix de CHF 249.- peut effectivement poser problème. Mais en réfléchissant, un paquet de pilules pendant 12 mois te coûtera presque exactement la même chose… A toi de choisir ! 

L’utilisation est extrêmement simple. Il suffit de télécharger l’application, de charger le bracelet, de le porter durant la nuit et de le synchroniser à son réveil. Toutes les informations sont présentées clairement et permettent d’avoir un rapide aperçu de son cycle. 

Bref, il suffit d’avoir une certaine discipline (porter le bracelet régulièrement) afin qu’AVA devienne le parfait compagnon du quotidien. 

Plus d’infos: AVA WOMEN


Toi aussi, deviens une AVA WOMAN: 

20 CHF de réduction avec le promo code morgane20

Swiss tour – my local curiosities

Swiss tour

Looking for Easter break destination ideas ? What better than spring to discover or rediscover the beauty of Switzerland. I braved the cold weather of February to write about places that you might have never thought to experience.

Let’s get back to basics and explore local ! 


ZURICH

What I like the most about Zurich is its contrast between classical architecture and the modern/design twist omnipresent in the popular and newest spots. One of my favorite hotel to spend a weekend in the city offers the right comprise. 

Nestled on top of a hill in kreis 2, B2 Boutique Hotel is an old brewery (former Hürlimann brewery, one of the oldest of Switzerland), recently converted to a modern hotel. Such a blend of urban design, style and elegance yet mixed with history is something rare and very unique to see in Switzerland. Old beer production lines have been converted to create probably one of the highest rated boutique hotels in Zurich. 

SLEEP – in one of the 80 rooms, each one named and designed with love and care. Don’t forget to enjoy the complimentary Hürlimann beers of the mini bar. 

EAT – at the lobby restaurant, surrounded by more than 30,000 books and enjoy this unique atmosphere ! 

ENJOY – the thermal baths in gigantic wooden basins and the fabulous view over the city from the rooftop pool. 

Nearby:

CAFE HENRICI: Indulge yourself with a delicious coffee in the heart of the old town. The place is cosy and ideal for an afternoon get together or a late breakfast/brunch. 

CAFE FRANZOS: A tiny cafe that you can’t miss ! This french inspired place is the perfect spot to enjoy a tasty crêpe or a tarte tatin. No excuse for a stylish quick lunch option. 


INTERLAKEN

Continue your journey through Switzerland by taking the train on the way to the very touristic Interlaken. Touristic but rarely explored by locals. What a pity, Thoune’s lake is probably one of the most amazing wonder of central Switzerland. Take a break and enjoy the emerald green color of its water as well as its unique « Belle Epoque » atmosphere. 

Victoria Jungfrau Grand Hotel & Spa

Sitting close to the edge of the lake is the Victoria Jungfrau Hotel. If there ever was a place to put the next movie version of  « Shining” or “And Then There Were None” then this is the one. Decorated in « Belle Epoque » style, this 150 years old hotel is more than just a beautiful building, it offers a wide selection of recreational facilities such as pools, spa, sauna, billard and even tennis courts. 

SLEEP – in one of the deluxe junior suite VJ club rooms overlooking the Alps. Recently renovated, these rooms are spacious & cosy, and the elegant white and grey interior is a bliss for design lovers. 

EAT – in one of the two hotel’s restaurants: the prestigious « La Terrasse » restaurant (15 Gault Millau points) or the newly opened Italian restaurant « Sapori ». 

ENJOY – the 5,500-square-meter spa ranked as one of the most beautiful of Switzerland. For having tested it, it truly deserves its recognition. 

Nearby:

The region of Interlaken offers a wide range of activities such as cruises on either Thoune’s or Brienz’s lake, visiting the mysterious St Beatus caves or enjoying the view over the three world-famous summits Eiger, Mönch & Jungrau, from the easily accessible Harder Kulm. 


BERN – FRIBOURG

Last stop of your swiss trip: the capital city and its sister, Fribourg, located only 20 minutes away by train. Both cities are true architectural gems and easily explorable in one day. Spend time to admire the fascinating medieval arcades of Bern’s old town, as well as the unique gothic atmosphere of these two mystical cities. 

Book a room at Schweizerhof hotel in Bern. This historical place where numerous of celebrities stayed at is ideally located right next to the train station. Known for its first-classe service, this prestigious hotel is the perfect spot for a practical and relaxing stay. 

SLEEP – in one of the 99 stylish rooms. The warm design and furniture make you feel at home. 

EAT – at Jack’s brasserie, the legendary restaurant of the hotel. Breakfast time is your chance to fully enjoy the vintage ambience of this old-time brasserie.

ENJOY – the spa facilities or the wonderful view over the city’s roofs from the sky terrace. 

Nearby in Bern: 

EINSTEIN CAFE : One of my favorite cafe in Bern’s old town. You might even have the chance to visit Einstein’s former apartment in the same building… 

In Fribourg: 

LES TRENTENAIRES: I tried the brunch and I loved it ! Excellent value for money and a great choice of local beers ! One of the best place in Fribourg. 

CAFE DU BELVEDERE: Located in one of the oldest building of Fribourg’s old town, this secret spot offers a breathtaking view over the city, as well as a great selection of local beers and other handmade sweet indulgences.

Looking for a fun activity in Fribourg ? The chocolate factory « Fleur de Cacao » organizes customized workshops in various languages. I made my own Easter bunny and learned a lot about chocolate making. Definitely a must if you wish to spend a good time with your loved ones. More infos: Fleur de Cacao

J’ai conduit une Maserati sur la neige et voici ce qu’il s’est passé….

Avec Maserati à St Moritz

Les Grisons en hiver c’est le désert version Alaska. Une étendue impressionnante de blanc qui se mêle aux nuages gorgés de neige. Et c’est dans ce paysage apaisant que je me suis adonnée à mon premier winter drive. Par winter drive comprenez « la conduite de voitures sur une surface enneigée et glissante », et cela à bord d’une Maserati s’il vous plaît ! J’avais déjà eu l’occasion de tester quelques voitures de la marque lors d’une escapade au Tessin l’année passée (l’article se trouve ici: Promenade en Maserati) mais cette fois-ci la promenade fut d’une nature beaucoup plus excitante…

Attention, attention, séquence émotions: 


C’est le ventre noué que je me suis rendue ce matin-là au centre de conduite, à quelques minutes du village de St Moritz. Un alignement de Maserati nous attendait déjà, reluisantes à souhait, narguant les journalistes présents avec leurs clignotants. Evidemment la première pensée qui vient à l’esprit d’une personne censée, c’est d’imaginer une éventuelle perte de contrôle du véhicule aux conséquences dramatiques (pas besoin de vous faire un dessin… vous connaissez tous la valeur de ces voitures). Résolue à trouver un partenaire à l’aise avec l’exercice, je fis équipe avec Luciano, journaliste chevronné, avec trois winter drives à son actif. Idéal. 

La matinée fut divisée en deux parties. La première ayant pour but de se familiariser avec les engins, apprendre à « sentir » la voiture et ses réactions sur la neige. Un exercice facile à priori mais qui requiert tout de même quelques compétences techniques de base. Pour faciliter la conduite, l’instructeur nous conseilla de toujours garder les mains à 3 et 9 heures sur le volant, une suggestion pratique qui simplifia grandement mon interaction avec la voiture. Et puis aussi surprenant que cela puisse paraître, lorsque mon tour arriva et qu’il fallut accélérer sur la neige et slalomer le plus rapidement possible entre les cônes sans perdre le contrôle de sa Maserati, l’adrénaline remplaça la peur. S’ensuivirent de belles émotions, de gros fous rires et évidemment plusieurs inévitables tête-à-queue (!). 

La deuxième partie testa nos aptitudes sur un terrain non seulement enneigé mais aussi gelé, une surface difficilement négociable qui nécessita plusieurs « tours d’échauffement » et l’aide de mon super coéquipier.

Finalement, c’est grâce à ce lâcher prise que j’ai réussi à profiter à fond de cette matinée et à apprendre comment réagir en cas de route glissante. Cela m’a aussi permis de tester plusieurs options bien spécifiques, certaines même surprenantes, prouvant que la mécanique dans les Maserati n’est pas prise à la légère, bien au contraire. 

Bref, si vous avez l’occasion de participer à un winter/snow drive, allez-y !  C’est un très bon moyen d’apprendre à gérer son stress tout en passant un excellent moment.

Plus d’infos: MASERATI

SIHH 2018 – Nouveautés et tendances pour elle

SIHH 2018 pour elle

L’édition 2018 du SIHH s’est achevée sur un franc succès. Résolument tourné vers le digital, le salon de la haute horlogerie a choisi de se moderniser en proposant cette année différentes formules, tel que le « SIHH Live » qui proposait des conférences et des rencontres dans un auditorium semblable à un plateau TV, et retransmis notamment sur l’app SIHH2018, une autre nouveauté, qui servait également d’agenda pour mes rendez-vous presse. Les réseaux sociaux et le fameux hashtag #SIHH2018 furent largement sollicités durant toute la durée du salon, prouvant que le digital est un média de communication toujours plus important. 

Mais le SIHH c’est avant tout le rendez-vous incontournables des acteurs de la haute horlogerie, et une opportunité, pour nous rédacteurs, de découvrir en avant-première les produits des nouvelles collections ainsi que les multiples innovations qui, pour la plupart, ont nécessité plusieurs mois, voire plusieurs années de développement. Des aboutissements qui rendent hommage au savoir-faire de tout un pays et qui repoussent chaque année les limites de cet art si particulier. 

Consciente que l’horlogerie s’adresse avant-tout à un public masculin, j’ai souhaité partager avec vous mes créations féminines préférées. Car oui, il existe également de très belles pièces qui allient élégance, raffinement et technicité pour nous les filles ! Voici ma sélection: 


PANERAI LUMINOR DUE 3

Panerai nous avait habitué aux pièces imposantes, qui conviennent, il faut le dire, difficilement aux poignets féminins. Cette année, la maison nous surprend en dévoilant ce modèle de la Luminor Due en taille 38mm. Une mécanique automatique au cadran ivoire luminescent (l’effet pailleté est irrésistible), agrémentée d’un bracelet bleu layette. Ma pièce coup de coeur de ce salon.

Plus d’infos: Panerai Luminor Due 38 mm

PIAGET EXTREMELY LADY

Délicatement féminine, la montre-bijou Extremely Lady de Piaget est d’un ravissement pur. La boîte ovale rappelle les tendances des années 60 tandis que le bracelet en or façon martelé est l’exemple parfait du savoir-faire de la maison en la matière. On craque par ailleurs pour la campagne fraîche & glowy de la marque pour cette saison, qui met en scène le mannequin Doutzen Kroes au milieu de couleurs estivales. 

Plus d’infos: Piaget Extremely Lady

A. LANGE & SÖHNE – LITTLE LANGE 1

Fidèle à sa sobriété et classe légendaire, la marque allemande propose en ce début d’année trois nouvelles versions pour compléter sa collection Little Lange 1. Des pièces soignées au cadran guilloché avec toutes les fonctions propres à la haute horlogerie: un mouvement automatique, un indicateur de réserve de marche, une phase de lune et une grande date avec chiffres sautants. 

Plus d’infos: A. Lange & Söhne

PARMIGIANI KALPARISMA NOVA GALAXY 

On se noie presque à l’intérieur de son cadran tant la profondeur de son aventurine est remarquable. Un bleu nuit, parsemé d’éclats cuivrés, orné d’une lunette sertie de diamants (totalisant plus de 2.2 carats), Kalparisma Nova Galaxy est une pièce qui ne passe pas inaperçue. Sa forme « tonneau » lui confère un look résolument vintage et son mouvement automatique prouve qu’elle est non seulement raffinée mais également compliquée. 

Plus d’infos: Parmigiani

IWC COLLECTION DES 150 ANS

Pour fêter les 150 ans de sa manufacture, célébrés en grande pompe lors du gala annuel de la marque (avec la présence de nombreuses célébrités telles que Bradley Cooper, James Marsden, Cate Blanchett, Adriana Lima, etc.), IWC Schaffhausen a révélé 27 pièces en édition limitée provenant des différentes collections. Ma préférée: le modèle Da Vinci automatic phase de lune et son magnifique cadran laqué (qui fait penser à de l’email) doté de discrètes aiguilles bleues. Le mariage or rose et cuir noir lui confère un charme délicieusement nostalgique. 

Plus d’infos: IWC Schaffhausen 

CARTIER LIBRE

Cartier libre c’est une collection de 5 modèles métamorphosés, qui rendent hommage à la classique « Baignoire », dessinée en 1906. Des gardes-temps artistiques, aussi excentriques que les oeuvres de Dali, qui flirtent avec la haute-joaillerie. Interdite, étoilée, infinie, débordante ou même écrasée (crash radieuse), chaque pièce interpelle de par sa créativité. Une originalité qui fait du bien ! J’ai adoré découvrir également la superbe montre Panthère, qui fait le buzz depuis cet été. Une pièce ultra-féminine dont le bracelet enrobe le poignet à la perfection. 

Plus d’infos: Cartier

Un grand merci à Florence Jacquinot, qui a joué son rôle de « grande soeur » à la perfection durant le SIHH en partageant sa passion pour l’horlogerie avec moi, et qui figure sur l’image principale de cet article :) 

IWC, ou la passion de l’aviation

Bar les aviateurs par IWC

Fin de l’année passée, j’ai eu le plaisir de participer à un évènement unique: L’inauguration du premier bar de la marque schaffhousoise IWC à Genève. Et la célébration a été à la hauteur du prestige de la Maison. Privatisation de l’étage supermarché du centre commercial Globus, stands de tapas à différentes thématiques, ambiance dansante jusqu’au bout de la nuit, sans oublier la découverte de la star de la soirée: Le bar Les Aviateurs. Retour sur une soirée riche en émotions. 


Passionnée par l’univers de l’aviation et par ses mécanismes depuis plus de 80 ans, IWC a décidé de rendre hommage à sa fameuse collection de Montres d’Aviateurs à travers un espace lounge, en face de sa boutique de la Rue du Rhône, qui a récemment réouverte. Reprenant les codes de ses garde-temps épurés et design, le bar Les Aviateurs présente une décoration soignée et invite les convives à se laisser transporter dans l’époque passionnante des pionniers de l’aviation, à travers de nombreuses photos et cartes d’origine. Rien n’est laissé au hasard, et l’on se croirait presque de retour dans les années 1920-30, tant l’esprit gentlemen’s club a été respecté. Les canapés en cuir, aussi confortables qu’élégants, se fondent à merveille dans le décor vintage et on ne rêve que de déguster l’un des cocktails inspirés des modèles de la collection de la marque, tels que le « R.J. Mitchell », du nom du concepteur du Supermarine Spitfire, ou le « Rose », inspiré bien évidemment de la célèbre rose du « Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry. 

Rien de mieux qu’une soirée d’inauguration inoubliable pour rendre l’expérience du premier bar IWC extraordinaire. Et ça, la marque l’a très bien compris. Les personnes présentes ce soir-là furent premièrement invitées à s’acclimater à l’univers de la boutique, pour ensuite être conviées à descendre au sous-sol de Globus ! Et surprise ! Tout l’étage alimentaire du centre commercial était privatisé ! Le boucher, le poissonnier et les produits laitiers furent mis de côté pour laisser place à de mini stands de tapas, élaborées avec des produits de qualité. L’ambiance festive a été assurée par le groupe de musique suisse « Klischée », qui était en parfaite harmonie avec le thème de la soirée, façon « années folles ». 

Retrouvez l’univers passionnant du monde de l’aviation à travers les collections IWC en cliquant ici: https://www.iwc.com/fr/home.html


BONUS

Attention attention, voici en exclu quelques photos du shooting réalisé avec IWC dans l’une des suites du Beau-Rivage de Genève. L’idée était surtout de marier la « masculinité » et la mécanique des pièces choisies avec l’élégance des tenues et du lieu. Le résultat me plaît énormément et la touche temporale apporte, selon moi, une note de caractère à une attitude !