J’ai conduit une Maserati sur la neige et voici ce qu’il s’est passé….

Les Grisons en hiver c’est le désert version Alaska. Une étendue impressionnante de blanc qui se mêle aux nuages gorgés de neige. Et c’est dans ce paysage apaisant que je me suis adonnée à mon premier winter drive. Par winter drive comprenez « la conduite de voitures sur une surface enneigée et glissante », et cela à bord d’une Maserati s’il vous plaît ! J’avais déjà eu l’occasion de tester quelques voitures de la marque lors d’une escapade au Tessin l’année passée (l’article se trouve ici: Promenade en Maserati) mais cette fois-ci la promenade fut d’une nature beaucoup plus excitante…

Attention, attention, séquence émotions: 


C’est le ventre noué que je me suis rendue ce matin-là au centre de conduite, à quelques minutes du village de St Moritz. Un alignement de Maserati nous attendait déjà, reluisantes à souhait, narguant les journalistes présents avec leurs clignotants. Evidemment la première pensée qui vient à l’esprit d’une personne censée, c’est d’imaginer une éventuelle perte de contrôle du véhicule aux conséquences dramatiques (pas besoin de vous faire un dessin… vous connaissez tous la valeur de ces voitures). Résolue à trouver un partenaire à l’aise avec l’exercice, je fis équipe avec Luciano, journaliste chevronné, avec trois winter drives à son actif. Idéal. 

La matinée fut divisée en deux parties. La première ayant pour but de se familiariser avec les engins, apprendre à « sentir » la voiture et ses réactions sur la neige. Un exercice facile à priori mais qui requiert tout de même quelques compétences techniques de base. Pour faciliter la conduite, l’instructeur nous conseilla de toujours garder les mains à 3 et 9 heures sur le volant, une suggestion pratique qui simplifia grandement mon interaction avec la voiture. Et puis aussi surprenant que cela puisse paraître, lorsque mon tour arriva et qu’il fallut accélérer sur la neige et slalomer le plus rapidement possible entre les cônes sans perdre le contrôle de sa Maserati, l’adrénaline remplaça la peur. S’ensuivirent de belles émotions, de gros fous rires et évidemment plusieurs inévitables tête-à-queue (!). 

La deuxième partie testa nos aptitudes sur un terrain non seulement enneigé mais aussi gelé, une surface difficilement négociable qui nécessita plusieurs « tours d’échauffement » et l’aide de mon super coéquipier.

Finalement, c’est grâce à ce lâcher prise que j’ai réussi à profiter à fond de cette matinée et à apprendre comment réagir en cas de route glissante. Cela m’a aussi permis de tester plusieurs options bien spécifiques, certaines même surprenantes, prouvant que la mécanique dans les Maserati n’est pas prise à la légère, bien au contraire. 

Bref, si vous avez l’occasion de participer à un winter/snow drive, allez-y !  C’est un très bon moyen d’apprendre à gérer son stress tout en passant un excellent moment.

Plus d’infos: MASERATI

5 raisons d’adorer Los Angeles

Aussi longtemps que je m’en souvienne, personne ne m’avait encore vanté les mérites de la Cité des Anges. Tout ce que j’avais entendu avant cette année, c’était: « Los Angeles c’est vraiment moche », « Los Angeles ne vaut absolument pas le détour, San Diego et San Francisco sont des villes bien plus intéressantes » ou encore « 2 jours suffisent largement, il n’y a rien à voir à Los Angeles ». Mais ça c’était avant. Avant que je ne découvre La La Land au cinéma en janvier de cette année et avant qu’il soit consacré à la cérémonie des oscars un mois plus tard. 

Encore sous le charme de la musique du film, je me suis alors persuadée que Los Angeles valait la peine d’être non seulement visitée, mais également vécue. Billets d’avion dans la poche (Swiss proposait de super tarifs cet été), je me suis envolée début septembre à la conquête de la Californie pour la toute première fois de ma vie. 

A contrario de tous tes potes « voyageurs » qui se sont empressés de quitter la ville après avoir visité les studios Universal et pris la fameuse photo sur les étoiles de Hollywood Boulevard, j’ai essayé de trouver et de réunir les quartiers qui symbolisent au mieux l’énergie unique de Los Angeles, dont la population dépasse largement celle de la Suisse tout entière. Mission accomplie. Voici 5 raisons qui vont te donner envie de passer tes prochaines vacances dans la ville du cinéma. 


Raison 1: Parce qu’explorer la ville se mérite

Non, ne t’attends pas à arriver avec tes baskets et ton appareil photo autour du cou, et te laisser émerveiller par l’architecture du centre ville en te promenant tranquillement dans les ruelles pavées. Non. Non. Tout simplement parce que le concept de « centre-ville » que nous retrouvons dans toutes les capitales européennes (ou presque) est quasiment inconnu aux Etats-Unis, mais également parce que Los Angeles est une ville à taille inhumaine et qu’elle regroupe en elle-même plusieurs villes au caractère bien distinct. La clé pour visiter la ville, c’est d’arriver O-R-G-A-N-I-S-E et de choisir son quartier pour la journée. Il m’a fallu du temps pour bien comprendre la dimension de la ville et surtout pour mettre en place des itinéraires « sans perdre trop de temps », car qui dit grande ville, dit évidemment beaucoup de traffic, et en ce qui concerne Los Angeles, c’est clairement un euphémisme.

Avant de partir, j’ai opté pour le guide « Lost In: Los Angeles » qui m’a permis de trouver de super adresses par quartier, recommandées par les locaux (son petit format est également facilement transportable) et bien sûr, je suis toujours friande d’articles de blog qui offrent une vision un peu différente du circuit touristique trop commun. Voici ma sélection: 

Culture Trip: Un blog qui est gentiment en train de devenir LA référence pour les épicuriens et voyageurs curieux… moi je l’ai déjà adopté. 

LA Downtowner: Découvert un peu par hasard, ce blog made in LA propose des adresses situées exclusivement dans le quartier de Downtown. J’adore le design du site et grâce à lui j’ai découvert quelques bons restos. 

The Guardian: J’ai toujours trouvé quelques adresses intéressantes dans les articles de ce journal et je vous conseille d’aller jeter un coup d’oeil. Ils sont mis à jour régulièrement. 

Quant au moyen de transport à privilégier, moi j’ai opté pour Uber, et c’était à mon avis la meilleure décision. Les trajets en Uber Pool sont bon marché et on ne perd pas de temps à se parquer. Attention aux heures de pointe. 

Raison 2: Los Angeles regorge de quartiers charmants

Pour les premiers jours, nous avons opté pour un AirB&B dans le quartier de Venice Beach, afin de profiter de la plage située à quelques pas de là. Mais l’endroit que j’ai préféré dans ce quartier c’est le boulevard Abbot Kinney, un quartier tendance à l’architecture complètement asymétrique qui abrite cafés, restos et boutiques. L’endroit idéal pour profiter de l’atmosphère très californienne de cette partie de la ville. 

Si vous êtes à la recherche du repère des hipsters de la ville, Silver Lake est un incontournable. Ici, tout le monde est digital nomade ou artiste, s’habille avec des pièces vintage et prône l’authenticité, autant dans le look que dans la personnalité. Un esprit bohème et rebelle qui se ressent à tous les coins de rue. On s’y sent bien ! J’ai adoré me promener dans la partie de Sunset Junction

J’ai également beaucoup apprécié l’atmosphère de Melrose Avenue, l’endroit idéal pour une virée shopping. On y trouve un mélange de marques connues internationalement et boutiques vintage à l’offre incroyablement qualitative. C’est l’endroit des bonnes affaires ! Pour une expérience unique, rends-toi le dimanche au marché aux puces Melrose Trading Post, sur le parking de Fairfax High School. 


Raison 3: L’offre artistique est sans égal  

Bien que tournée initialement vers le cinéma, la ville a développé au cours de ces dernières années une offre artistique très attractive. A côté des traditionnelles galeries d’art qui offrent une belle visibilité aux artistes en devenir, Los Angeles propose également des musées à l’architecture impressionnante. On ne se sent même pas coupable d’y passer un après-midi, voire une journée complète, tant le lieu vaut la peine d’être exploré. 

LACMA: Un endroit connu, surtout sur les réseaux sociaux, grâce à l’oeuvre d’art « Urban Light » créée par Chris Burden en 2008, offerte au musée en 2015 pour célébrer son 50ème anniversaire, et qui consiste en un alignement de 202 vieux lampadaires restaurés datant des années 1920-1930. Outre cette création, qui symbolise le nouveau Los Angeles, le LACMA propose 10 pavillons d’expositions à différentes thématiques. 

Getty Center: Perché sur une colline qui domine la ville, ce somptueux bâtiment réalisé par l’architecte Richard Meier est sans conteste un des endroits les plus impressionnants de la ville. On peut notamment y admirer la gigantesque collection de son mécène Jean Paul Getty, milliardaire passionné de culture qui avait fait fortune dans le pétrole. 

Griffith Observatory: Ce magnifique bâtiment blanc de style art déco construit en 1935 offre un panorama exceptionnel sur Los Angeles. L’endroit parfait pour admirer l’étendue gigantesque de la ville… Réouvert en 2006 après 4 ans de travaux, on peut également y visiter l’intéressant planétarium et surtout admirer le coucher de soleil depuis son toit. 

Neutra VDL House: Un must pour les amateurs d’architecture, cette maison réalisée par l’architecte Richard Neutra en 1932 se situe dans le quartier de Silver Lake et se visite le samedi uniquement. Malheureusement fermée lorsque je souhaitais m’y rendre, la maison est sur ma liste pour mon prochain voyage. 


Raison 4: La ville des Véganes (même si tu ne l’es pas…)

La religion à Los Angeles c’est le véganisme ! Une culture qui s’est fortement développée ces dernières années un peu partout dans la ville. Le point positif avec cela, c’est la recherche de la créativité dans la cuisine et l’utilisation d’aliments sains et locaux dans le menu de tous les jours. Même les mexicains, friands de viande et sauces diverses, se sont mis à la cuisine végane, avec l’ouverture des excellents restaurants Gracias Madre que l’on retrouve maintenant un peu partout en Californie. Si vous voyagez avec des personnes sans régime particulier, pas de panique, la plupart des restaurants trendy proposent un mix qui convient à tout le monde.

A ne pas rater: le brunch chez Sqirl.

Pour les sushis, direction downtown chez Kazu Nori (ils sont à tomber!)


Raison 5: Pour son énergie ! 

Probablement la raison la moins évidente, si tu ne prends pas le temps de vivre Los Angeles pleinement… L’énergie dans cette ville est bluffante et je suis encore sous le charme. La ville est habitée par des rêveurs, des artistes, des designers, des personnes du monde entier qui mettent leur destin dans les mains de la City of Stars. Ils vivent (ou survivent) grâce à des petits boulots mais ils partagent un positivisme et un esprit de création hors du commun. Pour continuer ou commencer à rêver, on s’envole avec Lalaland


LOS ANGELES VUE PAR LAURIANE GILLIERON (Actrice et Miss Suisse 2005)

Un plaisir coupable: Le carrot cake vegan de Veggie Grill

Un endroit romantique: Laguna Beach 

Un endroit unique à LA: Le Getty Center, pour combiner l’art et la vue époustouflante

Meilleur restaurant vegan: Café Gratitude / Gracias Madre

Une boutique où dépenser tout son budget shopping: World Market 

Où boire le meilleur café: La boutique Nespresso à Beverly Hills

Le brunch le plus tendance: Le Pain Quotidien à Melrose / Urth Caffé  

Une échappée belle pour un jour ou un weekend: Santa Barbara 

Un spot pour repérer une star: Restaurant Catch 

Un endroit coup de coeur: Cinema Cinespia

Une musique: T-Pain – Buy u a drank

Un livre: All the lights we cannot see par Anthony Doerr

Un film: La Môme (Lauriane a rencontré Marion Cotillard lorsqu’elle a gagné l’oscar de la meilleure actrice)

Retrouvez Lauriane Gilliéron dans la série Quartier des Banques, bientôt diffusée sur la RTS

Et si on parlait de l’épilation définitive ?

Voilà un sujet que je voulais aborder depuis un petit moment déjà, et qui, j’en suis certaine, intéressera bon nombre d’entre vous : L’épilation définitive au laser (ou lumière pulsée – je vous expliquerai la différence par la suite). Après quatre séances, dont la première débuta en décembre dernier, je me sens enfin prête à vous donner un feedback précis sur mon expérience ainsi qu’un petit bilan de la situation actuelle.

Mais avant de vous lancer dans ce traitement long (et coûteux), voici quelques « facts » à ce sujet: 

  1. L’épilation définitive peut être réalisée au laser ou à la lumière pulsée ; le résultat est exactement le même ! La technique utilisée dépend principalement de la couleur de peau et celle du poil. La lumière pulsée étant recommandée pour les peaux claires à poils foncés, tandis que le laser est plus souvent utilisé sur les peaux foncées.
  2. La lumière pulsée est en principe un peu moins douloureuse que le laser, étant donné qu’il cible de plus petites surfaces.
  3. Il est nécessaire d’attendre entre 4 à 6 semaines entre les séances – le cycle de repousse des poils peut différer d’un mois à l’autre.
  4. Il ne faut pas oublier de se raser avant chaque séance et d’arrêter l’épilation à la cire environ un mois avant la première séance.
  5. Environ 5-6 séances sont nécessaires pour éliminer 80% des poils.

J’ai choisi de confier ma peau aux professionnels de la clinique « Entourage » à Lausanne, spécialisée dans les techniques et traitements esthétiques divers. Dès le premier rendez-vous, j’ai été prise en charge par le Dr Francesco de Boccard, qui a calmement répondu à toutes mes questions et inquiétudes. Il est nécessaire de prendre tout son temps avant de commencer les séances, d’une part pour se rassurer, et d’autre part pour comprendre exactement comment cette technique fonctionne.

De mon côté, j’ai choisi d’éliminer 3 zones : les jambes, les aisselles et une partie du maillot. Eliminer les poils de cette dernière a évidemment engendré davantage de questions, surtout au sujet d’un éventuel risque de stérilité par exemple (… on ne sait jamais !). Une inquiétude qui n’a finalement pas lieu d’être car le laser ou la lumière pulsée impactent le derme uniquement (jusqu’à 1-2mm sous la peau) et ne peuvent donc avoir aucune conséquence sur le fonctionnement de nos organes.

La séance en elle-même dure environ 1h. Afin d’atténuer la douleur on vous appliquera de la glace sur la zone visée dans le but d’ « anesthésier » les sensations désagréables… mais évidemment, ne vous attendez pas à un miracle, l’épilation du maillot reste tout de même relativement douloureuse (les deux autres zones sont presque une promenade de santé en comparaison).

Après la séance, la peau est sensibilisée (légère sensation de brûlure, surtout au niveau des aisselles), mais cela disparaît très rapidement. La grande surprise réside dans les semaines qui suivent, lorsque, comme par magie, les poils ont totalement disparu et ne repoussent plus durant quelques semaines. Ils réapparaissent cependant lorsque le nouveau cycle commence à pointer le bout de son nez…

Arrivant gentiment à terme du traitement, je remarque évidemment une grande différence au niveau de la repousse, qui est, actuellement, quasi inexistante. Je croise les doigts pour le résultat final, en espérant m’être débarrassée à vie de la grande majorité de ma pilosité corporelle! Affaire à suivre… 

Toutes les infos sur la Clinique Entourage se trouvent sur le site web: http://www.entourage.ch/fr/

Entourage propose également un programme esthétique sous forme d’abonnement mensuel pour une durée d’une année:  http://www.entourage.ch/fr/oneyear/

Hôtel Eden Roc – Un paradis à portée de main

Fermez les yeux. Imaginez un endroit ensoleillé, réchauffé par les prémices de l’été, où le bleu du ciel se reflète dans le lac qui le borde. Imaginez que vous montiez dans un bateau, doucement bercé par l’eau pure des glaciers, et approcher gentiment d’une île à l’allure d’un petit paradis, où l’exotisme de sa flore se mélange à une faune plus ou moins ordinaire. Et si cet endroit se trouvait à quelques heures de train de chez vous ?

Un intérieur atypique

L’hôtel Eden Roc n’est pas un établissement comme les autres. A première vue, ce bâtiment à l’architecture brutale typique des années 70 n’est pas des plus accueillants. Et pourtant, s’aventurer à l’intérieur rend l’expérience spectaculaire :  une décoration opulente, fortement influencée par un baroque italien rehaussé d’un twist moderne, osé et affirmé.

Un intérieur original, à l’image du designer Carlo Rampazzi (que nous avons eu la chance de rencontrer lors du blogtrip), qui officie depuis plusieurs années en tant qu’architecte d’intérieur officiel du Tschuggen Hotel Group (propriétaire de l’établissement d’Ascona, ainsi que du Tschuggen Grand Hotel et du Carlton à St Moritz notamment). Il proclame haut et fort qu’il ne suit aucune tendance et aucune mode. Son seul mot d’ordre est la créativité, quitte à en faire des tonnes !

A contrario, les chambres, elles, sont d’une sobriété presque relaxante. Les tons beiges que l’on retrouve un peu partout sont subtilement mis en valeur par des objets art déco aux nuances acidulées. Une touche de gaité bienvenue qui nous rappelle que le Tessin est un canton un peu à part du reste de la Suisse, où la douceur du climat est omniprésente toute l’année.

La beauté des jardins

Mais l’établissement est maître d’un secret bien gardé : Des extérieurs à rendre vert de jalousie les plus belles demeures de la région ! Deux piscines, dont une chauffée lors des saisons plus fraîches (le top du top), et une panoramique, offrant une vue exceptionnelle sur le lac de Lugano. On peut profiter également du spa parfaitement aménagé, qui comprend jacuzzi, sauna, douches bien-être, etc.

Excursion sur les Îles Brissago

Interdiction cependant de quitter l’hôtel sans une excursion sur les splendides Îles de Brissago, qui se trouvent à quelques minutes seulement du port d’Ascona (possibilité de partir depuis l’hôtel également). Immense coup de coeur pour ce petit îlot au milieu du lac au microclimat exceptionnel (il y fait toujours un peu plus chaud qu’au Tessin en général), qui abrite 1700 espèces subtropicales provenant du Mexique, d’Afrique du Sud, d’Australie ou d’Asie. J’ai adoré me promener au milieu de la petite forêt tropicale aux bambous géants et rêvasser devant le magnifique palais construit au milieu du parc… Un endroit intemporel, presque magique, qui invite à d’interminables flâneries. 

Et pour les gastronomes, l’offre est également très sympathique. En effet, l’hôtel possède quatre restaurants, dont trois très bien notés au GaultMillau: La Brezza (17 points), L’Eden Roc (15 points) et le Marina (14 points). Mais un séjour n’est jamais parfait sans un petit-déjeuner réussi ! Et pour le coup, j’ai été très satisfaite. Le buffet est grand et varié, et propose un choix intéressant de produits régionaux! Cerise sur le gâteau: Se faire servir le petit-déj’ en chambre et profiter de la vue sur la lac ! Un moment de toute beauté, idéal pour commencer la journée avec le sourire. 

Découvrir le Tessin ! 

On termine son séjour par une petite promenade dans les rues colorées d’Ascona (le centre est accessible en quelques minutes à pieds). Possibilité d’emprunter à l’hôtel de superbes Vespa au look vintage ! Mais le Tessin regorge également de nombreuses autres excursions, telles que la Vallemaggia ou le Val Verzasca (sur ma liste pour cet été !). Bref, une région dépaysante et exotique, à découvrir absolument ! 

Pour plus d’infos: 

Hôtel Eden Roc

Îles Brissago 

Ascona – Locarno Tourisme