Mes curiosités de l’été

 The New Renegade 
The New Renegade 

Mes curiosités de l’été

Attention, attention, voici une immersion totale dans ma vie de blogueuse. Dans cet article je vous parlerai de trois expériences vécues cet été: un voyage à Milan pour tester les nouveautés de la marque Jeep, un court séjour relaxant à Genève et quelques jours absolument mémorables passés en compagnie de la marque Phyto en Corse. Bref, bientôt une année après avoir quitté mon job et ma routine, je savoure ma liberté et mes curiosités à pleines dents. 

Bonne lecture !   


En Italie avec Jeep

En juin, j’ai été invitée à un press trip pas comme les autres: tester les nouveautés de la marque Jeep. Quelques minutes après avoir posté mes premières stories sur Instagram, je recevais déjà les commentaires envieux (de la gente masculine principalement ;) au sujet de cette excursion. Et oui, ce n’est pas donné à tout le monde de tester les nouveautés de la marque sur le très respecté (et secret) circuit Balocco, près de Milan. En quelques mots, le « Centro Sperimentale Balocco » est le terrain de jeu du groupe Fiat. C’est là où les différents prototypes sont développés et testés. L’espace est gigantesque et la sécurité est de mise. Evidemment, aucune des marques ne souhaite que des informations au sujet des futurs modèles ne soient dévoilées, c’est pourquoi il n’est pas rare de croiser des voitures zébrées, et pour le moins étranges, afin de flouter une éventuelle prise de vue. 

Pour en revenir à Jeep, ma première expérience avec cette marque remonte à l’enfance. Mes parents ont conduit une Cherokee couleur lie-de-vin pendant quelques années et j’adorais le confort de ses sièges en cuir. Partir en vacances à bord d’un 4X4 était un réel bonheur et être un peu surélevée, ça change tout, surtout quand on est gosse. 

Deux modèles étaient présentés ce jour-là: 

Jeep Renegade

Modèle lancé en 2014, restylé en 2018, la Renegade c’est l’entrée de gamme de Jeep. Simple et pratique, c’est une voiture tout-terrain pour la campagne et la ville. J’ai testé cette voiture sur la route et sur un circuit aux multiples épreuves (terrain bosselé, montées & descentes ultra-raides, eau jusqu’à hauteur des pneus, etc.), et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette jeep est à la hauteur de son succès (800’000 exemplaires vendus dans le monde depuis son lancement!). J’ai adoré l’option Hill Descent Control, qui freine la voiture automatiquement lors d’une pente raide. Le design intérieur est extrêmement simple mais doté tout de même d’une technologie moderne. 

Jeep Grand Cherokee Trackhawk

Un gros bolide qui impressionne, doté de 710 chevaux (ne voyant pas mon air étonné, on m’a alors expliqué que 710 chevaux c’est la puissance d’une Ferrari, tout de suite on change de tête ;), cette Grand Cherokee toute puissante au moteur vrombissant impressionne plus à l’extérieur qu’à l’intérieur. La voiture est lourde mais semble tout de même très bien assimiler le circuit de Balocco et ses virages chaotiques (estomacs sensibles s’abstenir). Son intérieur est aéré et sophistiqué, ses finitions sensibles à l’esthétique italienne. Une voiture tout de même très citadine qui ne passe pas inaperçue. 

Plus d’infos: https://www.jeep.ch/fr

 The new Jeep Renegade
The new Jeep Renegade
 Grand Cherokee 
Grand Cherokee 

En Corse avec Phyto – PhytoSummerFestival

Partir sur « l’Île de Beauté » avec une des marques les plus innovantes dans les soins capillaires était presque trop beau pour être vrai. Et pourtant, en juin je me suis envolée en Corse pour en apprendre un peu plus sur ces produits français qui m’étaient, je l’avoue, presque inconnus à mon départ. 

J’ai vite remarqué que ce voyage n’allait pas être comme les autres. Seule Européenne occidentale de la foulée (ou presque, la groupe comptait tout de même deux britanniques), j’étais entourée par une magnifique diversité de blogueurs venant principalement d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient. Normal, sachant que le pays number one de la marque c’est l’Iran. 

 Toutes les filles réunies, parmi elles: Lana El Sahely du Liban, Bahar Fashion Sandwich d'Iran, Blersworld du Kosovo, etc. 
Toutes les filles réunies, parmi elles: Lana El Sahely du Liban, Bahar Fashion Sandwich d’Iran, Blersworld du Kosovo, etc. 

Chouchoutées du début à la fin, l’organisation avait mis la barre très haute: Hôtel de luxe face à la mer, croisière sur un catamaran, souper sur la plage à la lumière des bougies et bien sûr présentation des produits de la gamme. En quelques mots, Phyto fut créée par Patrick Alès, l’inventeur du brushing. Ce dernier développa la marque dans le but de soigner les cheveux par les plantes, d’où le nom phytoterathrie. On notera quelques produits cultes de la marque: Phyto 7 (crème de jour, hydratation brillance aux 7 plantes), phytokératine (spray réparateur thermo actif), phytopolléine (élixir végétal stimulant du cuir chevelu), et la star de l’été phytoplage (voile protecteur !

Mes updates « produits » sont sur Instagram

 Hotel Marinca
Hotel Marinca
 La plage de sable ocre 
La plage de sable ocre 
 La piscine avec vue sur mer
La piscine avec vue sur mer
 Phytoplage, le produit idéal pour l'été 
Phytoplage, le produit idéal pour l’été 
 Premier repas avec l'équipe Phyto 
Premier repas avec l’équipe Phyto 
 La plage illuminée de bougies
La plage illuminée de bougies
 Dernière soirée avec Phyto 
Dernière soirée avec Phyto 

A Genève avec La Mer

Le spa La Mer, situé entre le 1er et le 2ème étage de l’hôtel Président Wilson, est sans doute le plus atypique de Genève. Pas de lumière feutrée, ni de musique lancinante, mais une vue imprenable sur la magnifique piscine de l’hôtel. Fan des produits La Mer, j’ai testé le soin signature de la marque (en exclusivité dans l’unique spa La Mer de Suisse).

Mais au préalable, une présentation de l’histoire des produits s’imposa. J’appris que le fondateur, Dr Max Huber, physicien de métier, se brûla lors d’une expérience en laboratoire et c’est suite à cela qu’il décida d’enquêter sur la meilleure façon de guérir ses blessures. Il fut donc le premier à utiliser les algues marines pour des soins du visage. Ce procédé appelé bio-fermentation dure 3 à 4 mois et implique le mélange de composants naturels tels que des algues marines, du calcium, du magnésium, du potassium, des vitamines, des huiles essentielles d’agrumes, d’eucalyptus, etc., bref, un concentré ultra-puissant qui a le pouvoir de transformer l’apparence de la peau, et que l’on trouve encore aujourd’hui dans le Miracle Broth, le produit phare de la marque. Et justement, mon soin signature ce jour-là intégra ce prestigieux composant et après une heure d’un rituel précis et délicat, ma peau fut aussi douce que celle d’un bébé. 

Conseil beauté: On se laisse séduire par le Gel Rafraîchissant génération intense, un must pour cet été, et on teste la lotion pré-soin, reçue il y a quelques jours seulement mais qui a déjà sa place dans ma trousse de toilette.

 Les produits utilisés lors du soin signature 
Les produits utilisés lors du soin signature 

J’ai dormi dans un ancien pénitencier à St Gall

Pop-up hôtels par Suisse Tourisme

Tu rêves de découvrir la Suisse autrement? De séjourner dans une cabane de pêcheur au bord du Rhin ou dans une ancienne station de tram de la capitale? Cet été, tout est possible! Suisse Tourisme propose jusqu’à fin août 2018, une série de 11 pop-up hôtels dispersés dans quelques villes de notre pays. J’ai eu la chance de séjourner dans celui de St-Gall, situé dans la tour d’un ancien pénitencier.

Une expérience unique ! 


Les bains de Dreilinden – Un retour dans le passé 

Je rêvais d’explorer St-Gall ! Cet endroit situé aux confins du territoire dont l’histoire si riche influença même, à une certaine époque, le développement économique de tout un pays m’avait toujours fasciné. 3 heures de train plus tard, j’arrivai dans le ville, apercevant déjà les pâturages verts des collines qui entourent la cité. Sa topologie peut surprendre… et sa largeur aussi. La 8ème ville de Suisse par sa population est en parfaite harmonie avec la nature. Les rosiers fleurissent de partout, le parc de la cathédrale est l’endroit idéal pour pique-niquer lors de sa pause de midi et pour un peu de fraîcheur en fin journée, il suffit de grimper les longs escaliers qui relient le centre ville aux étangs artificiels qui font office de piscine en été. 

Après une rapide visite de la vieille ville, Dreilinden (surnommé également Drei Weihern) fut ma prochaine étape. A l’époque, les femmes, les hommes et les garçons se baignaient dans des endroits séparés pour préserver l’intimité de chacun. De nos jours, les noms subsistent (Frauenweiher, Buebenweiher, Mannenweiher) mais les eaux sont évidemment accessibles à tout le monde. Les étangs du haut de la ville sont empreints d’élégance et de douceur. Un vrai havre de paix, très belle époque ! 

On peut profiter des dernières heures du soleil au Restaurant Dreilinden, qui propose une cuisine terroir étonnamment originale – les végétariens et vegans seront ravis !  

 Dreilinden 
Dreilinden 
 Dreilinden 
Dreilinden 
 Restaurant Dreilinden - Vegan burger 
Restaurant Dreilinden – Vegan burger 
 Walk by night 
Walk by night 

Swiss Urban Sleeping

En plus de la visite touristique, le but de mon séjour à St Gall était bien sûr de tester l’un des 11 pop-hôtels proposé par Swiss Tourisme pour cet été. Mon choix s’est porté sur la tour d’un ancien pénitencier du 19ème siècle, actuellement propriété de l’hôtel Einstein. Situé dans le bâtiment des congrès, la chambre est ultra spacieuse et offre une vue à couper le souffle sur la vieille ville – on se sent presque seul au monde. Quelle chance de pouvoir dormir dans cet endroit où se déroulent d’habitude réceptions et banquets ! Le personnel de l’hôtel fut aux petits soins et fit le nécessaire pour assurer un service sur mesure, car qui dit hôtel unique, dit expérience différente. Ne nous attendez donc pas à un séjour normal. 

 Einstein Hotel - Tower view 
Einstein Hotel – Tower view 
 Einstein Hotel - Room tower
Einstein Hotel – Room tower
 Einstein Hotel - Tower room 
Einstein Hotel – Tower room 
 Einstein Hotel - details 
Einstein Hotel – details 

La visite guidée – Un must ! 

Après un petit-déjeuner gargantuesque, je fus d’attaque pour une visite guidée matinale. Ursula me raconta toute l’histoire (ou presque) et me révéla quelques petits secrets St Gallois: Comment le ville se développa grâce au commerce du lin, pourquoi la bibliothèque abrite la plus grande collection d’ouvrages irlandais, pourquoi les habitants ornent leur sapin de Noël d’une étrange saucisse grillée (!) J’appris également à admirer les magnifiques bâtiments de style Art Nouveau dont les symboles racontent des histoires passionnantes ainsi qu’à comprendre la raison pour laquelle une place rouge fut érigée dans un quartier du centre récemment rénové. 

Impossible de quitter la ville sans visiter la musée du textile afin d’en savoir un peu plus sur ce savoir-faire qui fit sa renommée – Une visite ultra intéressante! 

Authenticité, modernité, singularité, St Gall est une ville contrastée que j’ai adorée découvrir, et un passage obligé si toi aussi tu veux en savoir plus sur l’histoire de la Suisse. 

Plus d’infos:

Liste des Pop-Up hôtels

St Gall Tourisme

Einstein Hôtel

 St Gall - Cathédrale 
St Gall – Cathédrale 
 St Gall - Flea Market 
St Gall – Flea Market 
 St Gall - Les rosiers 
St Gall – Les rosiers 
 St Gall - La Place Rouge 
St Gall – La Place Rouge 
 St Gall
St Gall
 St Gall - Musée du textile 
St Gall – Musée du textile 
 St Gall - Place Rouge 
St Gall – Place Rouge 
 Dans les rues de St Gall 
Dans les rues de St Gall 

5 conseils pour réussir son salon des blogueurs de voyage

WAT18

Au mois d’avril, j’ai eu la chance de participer à mon tout premier salon des blogueurs de voyage. Connu sous le nom de WAT (We Are Travel), ce salon organisé chaque année depuis 5 ans dans une région de France (cette année c’était en Aveyron, l’année passée à St Malo… l’année prochaine: surprise?), permet aux blogueurs de voyage francophones de se réunir et de rencontrer les offices du tourisme invités afin de discuter d’éventuels partenariats à travers des « speed-datings » organisés.

Voilà en bref à quoi tu peux t’attendre… Mais le WAT, c’est également: un blog trip pour découvrir la région, des surprises monumentales, des conférences pour t’aider à optimiser ton blog et tes réseaux sociaux, des rencontres, des super moments, etc. 

Toi aussi tu es blogueur voyage ? Alors lis attentivement cet article et prépare-toi pour l’édition de l’année prochaine ! 


Conseil n° 1: PREPARATION

Pour bien réussir ce salon, le plus important c’est la préparation. Pendant 4 jours tu rencontreras de possibles nouveaux partenaires avec lesquels tu organiseras peut-être une collaboration et tu dois d’être professionnel. Voici quelques conseils pour optimiser ce séjour et ne pas perdre ton temps: 

1) Planifier

L’organisation du WAT te donnera la possibilité de planifier tes rendez-vous speed-datings à l’avance. Même si l’offre et les destinations lointaines sont tentantes, prépare des projets concrets (itinéraire, concept, etc.) pour environ 10 destinations. Les offices du tourisme apprécient les idées et préfèrent discuter avec des blogueurs dynamiques qui savent ce qu’ils veulent. 

2) Cartes de visite & mini media kit

Un speed dating dure 10 minutes. C’est peu et le temps passe encore plus vite sur place. Oublie la présentation power-point. Prépare des mots clés qui te définissent, un petit mot sur ta communauté, et la raison pour laquelle l’office du tourisme devrait travailler avec toi. Ensuite, tu peux exposer rapidement le concept que tu souhaites mettre en place. Prépare à l’avance de jolies cartes de visite personnalisées (!) et un mini media kit ultra synthétisé. 

Conseil n° 2: pars avec un travel buddy

Si tu n’as pas de partenaire blog ou IG-husband, trouve-toi un travel buddy ! Cette année je suis partie avec Valentine du blog awwway.ch et l’expérience fut des plus sympathiques. Tu rencontreras de nombreuses personnes sur place, mais il est toujours plus facile d’avoir un buddy sur qui tu peux compter pour t’aider à prendre de jolies photos et autres vidéos. D’autant plus qu’il faut être au taquet car le blog trip te laisse très (trop) peu de temps pour créer du contenu… 

Conseil n° 3: sois curieux ! 

Tu auras l’occasion de découvrir pendant 4 jours une magnifique région et de goûter aux saveurs locales ! Profites-en pour faire de nouvelles expériences! Ecoute et prends note des conseils et récits d’autres blogueurs, c’est une occasion unique de faire le point et d’améliorer certains aspects de ton business. 

Conseil n° 4: utilise les outils à disposition

Depuis 5 ans, le WAT ne cesse de s’améliorer et propose à chaque édition de nouveaux outils pour optimiser l’expérience du salon. Cette année, les participants avaient la possibilité de remplir une biographie en ligne afin que les destinations invitées prennent connaissance, à l’avance, des blogueurs qu’ils rencontreraient lors des speed-datings. Prends un peu de temps avant l’événement pour compléter tes informations et ajouter une photo.

L’application du site web permettait cette année d’avoir accès à l’agenda de nos rendez-vous ainsi qu’aux conférences organisées. Le groupe Facebook est également un MUST et permet surtout de garder contact avec les participants. 

Conseil n° 5: le follow-up après salon

Probablement le conseil le plus utile, mais le plus difficile à mettre en pratique. Tu as rencontré les destinations avec lesquelles tu souhaites collaborer prochainement? Les offices du tourisme ont apprécié ton concept et ta personnalité? N’abandonne surtout pas maintenant ! Attends quelques semaines et écris à toutes les personnes avec qui tu as eu un bon feeling. Va droit au but. Explique en quelques lignes ton projet, ce que tu peux offrir et ce que tu attends en échange. Envoie avec cela un média kit complet avec tes dernières statistiques. Politesse et empathie sont évidemment toujours très appréciées. 


Plus d’infos sur le salon: WAT

Un grand merci à la région de l’Aveyron pour son hospitalité et sa chaleureuse organisation ! Longue vie à l’aligot ;) 

Visite toi aussi la région: Tourisme Aveyron


Ruinart révèle l’invisible

Ruinart révèle l’invisible

Il y a deux semaines, j’ai eu la chance de découvrir l’univers du champagne Ruinart, lors de la présentation à la presse de la collaboration artistique entre le Maison et l’artiste chinois Liu Bolin. Des Crayères de Reims au Grand Palais à Paris, retour sur un séjour d’épicurien. 


Née en 1729, Ruinart est la plus ancienne Maison de Champagne. Elle s’est imposée à travers les siècles comme une entreprise innovante et créative. Résolument tournée vers l’art, Ruinart fut l’une des premières à vanter les mérites de son champagne à travers une publicité. Une affiche singulière publiée en 1896 qui fit scandale à l’époque car la femme sur le dessin était légèrement dénudée. 

122 ans plus tard, c’est Liu Bolin qui a été choisi par Ruinart comme artiste de l’année. Et c’est à travers 8 créations que l’artiste chinois décida de révéler l’atmosphère si particulière du domaine de la marque. 

Pour mieux comprendre la démarche créative de Liu Bolin, nous avons été plongés toute une matinée dans les Crayères presque mystiques de la Maison, des cathédrales de craie souterraines qui peuvent atteindre 40 mètres de profondeur (!), utilisées pour conserver les bouteilles au frais jusqu’à maturation de ces dernières.  

La visite nous emmena également à travers les ateliers de production et la magnifique demeure familiale, véritable musée, qui présente les collaborations artistiques des années précédentes. 


C’est le soir-même, dans le somptueux Grand Palais à Paris que fut révélé le travail de Liu Bolin, après avoir résidé plus de dix jours au sein de la Maison Ruinart à Reims. Reconnu mondialement pour ses performances de camouflage, l’artiste a décidé de rendre hommage au savoir-faire de la plus ancienne Maison de champagne en révélant tous les acteurs de la chaîne de production, même les plus invisibles d’entre eux. 

Caché dans les Crayères, les gyropalettes, les vignes et même dans une ligne de dégorgement, l’artiste chinois présente une autre facette de Ruinart, aussi ludique que réaliste.

Et cerise sur le gâteau, pour compléter ses 8 créations, Liu Bolin s’adonna a une impressionnante performance live au milieu des convives réunis ce soir-là (dont l’actrice Charlotte Lebon et l’animateur Nikos Aliagas qui avaient fait le déplacement…). 

Imprévisible et spectaculaire, ma première expérience avec Ruinart fut sans aucun doute absolument mémorable. Vivement l’année prochaine pour découvrir la nouvelle collaboration artistique. 

Plus d’informations: 

https://www.ruinart.com/fr-fr/ruinart-et-l-art/collaborations-artistiques/liu-bolin

J’ai conduit une Maserati sur la neige et voici ce qu’il s’est passé….

Avec Maserati à St Moritz

Les Grisons en hiver c’est le désert version Alaska. Une étendue impressionnante de blanc qui se mêle aux nuages gorgés de neige. Et c’est dans ce paysage apaisant que je me suis adonnée à mon premier winter drive. Par winter drive comprenez « la conduite de voitures sur une surface enneigée et glissante », et cela à bord d’une Maserati s’il vous plaît ! J’avais déjà eu l’occasion de tester quelques voitures de la marque lors d’une escapade au Tessin l’année passée (l’article se trouve ici: Promenade en Maserati) mais cette fois-ci la promenade fut d’une nature beaucoup plus excitante…

Attention, attention, séquence émotions: 


C’est le ventre noué que je me suis rendue ce matin-là au centre de conduite, à quelques minutes du village de St Moritz. Un alignement de Maserati nous attendait déjà, reluisantes à souhait, narguant les journalistes présents avec leurs clignotants. Evidemment la première pensée qui vient à l’esprit d’une personne censée, c’est d’imaginer une éventuelle perte de contrôle du véhicule aux conséquences dramatiques (pas besoin de vous faire un dessin… vous connaissez tous la valeur de ces voitures). Résolue à trouver un partenaire à l’aise avec l’exercice, je fis équipe avec Luciano, journaliste chevronné, avec trois winter drives à son actif. Idéal. 

La matinée fut divisée en deux parties. La première ayant pour but de se familiariser avec les engins, apprendre à « sentir » la voiture et ses réactions sur la neige. Un exercice facile à priori mais qui requiert tout de même quelques compétences techniques de base. Pour faciliter la conduite, l’instructeur nous conseilla de toujours garder les mains à 3 et 9 heures sur le volant, une suggestion pratique qui simplifia grandement mon interaction avec la voiture. Et puis aussi surprenant que cela puisse paraître, lorsque mon tour arriva et qu’il fallut accélérer sur la neige et slalomer le plus rapidement possible entre les cônes sans perdre le contrôle de sa Maserati, l’adrénaline remplaça la peur. S’ensuivirent de belles émotions, de gros fous rires et évidemment plusieurs inévitables tête-à-queue (!). 

La deuxième partie testa nos aptitudes sur un terrain non seulement enneigé mais aussi gelé, une surface difficilement négociable qui nécessita plusieurs « tours d’échauffement » et l’aide de mon super coéquipier.

Finalement, c’est grâce à ce lâcher prise que j’ai réussi à profiter à fond de cette matinée et à apprendre comment réagir en cas de route glissante. Cela m’a aussi permis de tester plusieurs options bien spécifiques, certaines même surprenantes, prouvant que la mécanique dans les Maserati n’est pas prise à la légère, bien au contraire. 

Bref, si vous avez l’occasion de participer à un winter/snow drive, allez-y !  C’est un très bon moyen d’apprendre à gérer son stress tout en passant un excellent moment.

Plus d’infos: MASERATI

IWC, ou la passion de l’aviation

Bar les aviateurs par IWC

Fin de l’année passée, j’ai eu le plaisir de participer à un évènement unique: L’inauguration du premier bar de la marque schaffhousoise IWC à Genève. Et la célébration a été à la hauteur du prestige de la Maison. Privatisation de l’étage supermarché du centre commercial Globus, stands de tapas à différentes thématiques, ambiance dansante jusqu’au bout de la nuit, sans oublier la découverte de la star de la soirée: Le bar Les Aviateurs. Retour sur une soirée riche en émotions. 


Passionnée par l’univers de l’aviation et par ses mécanismes depuis plus de 80 ans, IWC a décidé de rendre hommage à sa fameuse collection de Montres d’Aviateurs à travers un espace lounge, en face de sa boutique de la Rue du Rhône, qui a récemment réouverte. Reprenant les codes de ses garde-temps épurés et design, le bar Les Aviateurs présente une décoration soignée et invite les convives à se laisser transporter dans l’époque passionnante des pionniers de l’aviation, à travers de nombreuses photos et cartes d’origine. Rien n’est laissé au hasard, et l’on se croirait presque de retour dans les années 1920-30, tant l’esprit gentlemen’s club a été respecté. Les canapés en cuir, aussi confortables qu’élégants, se fondent à merveille dans le décor vintage et on ne rêve que de déguster l’un des cocktails inspirés des modèles de la collection de la marque, tels que le « R.J. Mitchell », du nom du concepteur du Supermarine Spitfire, ou le « Rose », inspiré bien évidemment de la célèbre rose du « Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry. 

Rien de mieux qu’une soirée d’inauguration inoubliable pour rendre l’expérience du premier bar IWC extraordinaire. Et ça, la marque l’a très bien compris. Les personnes présentes ce soir-là furent premièrement invitées à s’acclimater à l’univers de la boutique, pour ensuite être conviées à descendre au sous-sol de Globus ! Et surprise ! Tout l’étage alimentaire du centre commercial était privatisé ! Le boucher, le poissonnier et les produits laitiers furent mis de côté pour laisser place à de mini stands de tapas, élaborées avec des produits de qualité. L’ambiance festive a été assurée par le groupe de musique suisse « Klischée », qui était en parfaite harmonie avec le thème de la soirée, façon « années folles ». 

Retrouvez l’univers passionnant du monde de l’aviation à travers les collections IWC en cliquant ici: https://www.iwc.com/fr/home.html


BONUS

Attention attention, voici en exclu quelques photos du shooting réalisé avec IWC dans l’une des suites du Beau-Rivage de Genève. L’idée était surtout de marier la « masculinité » et la mécanique des pièces choisies avec l’élégance des tenues et du lieu. Le résultat me plaît énormément et la touche temporale apporte, selon moi, une note de caractère à une attitude ! 

Le charme désuet de la Flandre: Bruges et Gand

Visite de la Flandre

Pourquoi voyager loin alors que de magnifiques destinations se trouvent à une heure de vol de chez soi ? Cet automne j’ai testé le HI BELGIUM PASS, une offre mise en place par les principaux acteurs du tourisme belge qui propose une expérience complète sans prise de tête, et inclut le vol (depuis Genève ou Bâle), les trajets en train ainsi qu’un pass d’activités pour découvrir deux villes à choix. Idéal pour les curieux en quête d’un séjour culturel et gastronomique. 


La première étape de mon voyage me mène dans la magnifique ville de Bruges, située au nord de la Belgique, à quelques kilomètres de la frontière hollandaise. Surprenante à bien des niveaux, la ville semble figée dans le temps. Grâce à sa proximité avec la mer, Bruges, dont le nom signifie « Brügge » (ponts en allemand) a connu un essor économique sans précédent durant le Moyen âge. Les Ducs de Bourgogne, qui privilégiaient la ville pour leurs séjours, ont fortement influencé son développement culturel et artistique et Bruges est encore à ce jour reconnue pour son implication dans la création de l’école des Primitifs Flamands, dont les oeuvre peuvent être admirées au Musée Groeninge. Mais son charme, elle le doit surtout à la longue période de trois siècles où la ville fut mise de côté au profit de cités plus accessibles, ce qui lui permis d’échapper aux guerres et changements architecturaux inévitables. Préservée des affres du temps, Bruges est fière de son patrimoine atypique et de son petit centre-ville idéal pour des visites à pieds. 

En se promenant dans les rues étroites, on remarque vite qu’en plus de son architecture, la ville est dotée d’un goût prononcé pour la décoration et le design intérieur. Des petites échoppes aux hôtels particuliers parfaitement restaurés, l’offre est impressionnante. 

Chanceuse, je loge lors de mon séjour dans une splendide demeure rénovée avec goût. La Maison Zenasni, c’est un travail de longue haleine accompli par son propriétaire Djamil Zenasni. Passionné par la décoration d’intérieur, il a également ouvert une boutique de garnissage de fauteuils dans la même rue. Le petit-déjeuner se prend chaque matin avec les hôtes qui logent également dans la maison. Un moment très convivial qui permet d’échanger sur les découvertes touristiques brugeoises de chacun. 

La ville est un véritable musée à ciel ouvert et chaque bâtisse raconte une histoire, que ce soit la plus ancienne chocolaterie de la ville, située un peu à l’écart du centre et de ce fait presque uniquement connue des locaux, ou la fameuse tour du Beffroi, qui symbolisait à l’époque l’indépendance communale de Bruges, et qui offre une vue absolument irrésistible depuis son sommet. 

Mais Bruges n’est pas uniquement une ville romantique, elle est également une des capitales de la dentelle, au même titre que Calais en France ou St Gall en Suisse. Son musée passionnant ainsi que son école au premier étage m’ont permis de me familiariser avec cette technique si particulière qui nécessite une concentration intense. 

A visiter absolument hors-saison pour profiter au mieux de ses petites ruelles sans se sentir oppressé par les touristes. Fin octobre était idéal. 


Mes adresses à Bruges 

Où loger:

Maison Zenasni: Mon coup de coeur à Bruges. Une maison d’hôte dans une demeure historique magnifiquement rénovée. Djamil, le propriétaire, est une personne passionnante et passionnée qui émerveillera votre séjour Brugeois. 

Où manger: 

Restaurant Patrick Devos: La salle à manger art déco est unique (un plaisir de prendre l’apéro au coin du feu…) et la gastronomie, créative et fraîche, offre un délicieux moment de découverte culinaire. 

Restaurant Bij Lieven: A deux pas de la Maison Zenasni se trouve ce petit restaurant au design épuré. La cuisine est tendance et les produits authentiques. J’ai adoré. 

A ne pas manquer: 

Musée Groeninge: Pour admirer les peintures si réalistes des Primitifs Flamands.

Centre de la Dentelle: Un musée interactif et super intéressant. A ne pas louper ! 

Chocolaterie Spegelaere: Le secret le mieux gardé de Bruges et des prix défiant toute concurrence ! 


A trente minutes en train au sud-est de Bruges se trouve Gand. Deuxième étape de mon séjour en Flandres. Contrairement à sa petite soeur, Gand, qui compte actuellement 250’000 habitants (deux fois plus grande que Bruges), a vécu une histoire bien plus mouvementée. En effet, au moyen-âge elle était l’une des plus grandes villes d’Europe (plus grande que Londres et surpassée de justesse par Paris) et s’est battue durant des siècles pour conserver ses libertés et privilèges, d’où sa réputation d’être extrêmement obstinée et têtue. Elle s’est même rebellée contre son propre prince héritier, l’empereur Charles Quint, qui, pour punir les Gantois, décida de retirer la cloche Roeland du Beffroi, qui était alors le symbole d’indépendance de la ville…

Mais malgré son passé agité, Gand n’a jamais perdu de sa splendeur. Elle s’est si bien développée qu’elle est reconnue à présent comme étant la destination la plus « verte » d’Europe et son authenticité est une étape clé pour les amateurs d’histoire et de culture. 

J’ai adoré suivre le parcours recommandé par « Visit Gent », qui propose de rayonner à travers la ville en visitant les attractions majeures, telles que Le Château des Comtes, Le Beffroi, les maisons du Quai aux Herbes, le quartier moyenâgeux du Patershol, etc. 

Cerise sur le gâteau, de nuit, Gand offre un spectacle d’illuminations absolument magnifique qui permet de voir la ville sous un angle totalement différent. Un jeu d’ombres et de lumières qui créent une ambiance unique et féérique. 


Mes adresses à Gand 

Où loger:

Hôtel Marriott: Situé dans un bâtiment historique, son emplacement est idéal pour découvrir la ville. 

Où manger: 

Belga Queen: Un des plus beaux restaurants de Gand. Le cadre est fabuleux (c’est un ancien entrepôt à grains sur le Graslei), le design/la lumière sont en parfaite harmonie avec l’authenticité de ce vieux bâtiment, et les spécialités de la mer proposées par la cuisine sont délicieuses. Y aller les yeux fermés (en réservant au préalable). 

Supérette: Un café bobo à la déco vintage fréquenté par les hipsters de la ville. Le brunch est une merveilleuse découverte. Complètement atypique. 

A faire: 

La Maison D’Aljin: Un musée qui recrée des scènes de vie du 20ème siècle. Un vrai retour dans le passé ! 

Le Musée du Design: On y va avant tout pour s’émerveiller devant sa magnifique façade du 18ème siècle, mais aussi parce que le design fait partie intégrante de l’histoire de Gand


Pour plus d’informations: 

http://www.visitflanders.com/fr/

Hi Belgium Pass

J’ai testé: être touriste dans son pays !

96

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:Calibri;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Vous avez probablement déjà pu constater ma passion pour la Suisse. Depuis l’ouverture de mon blog, j’ai eu la chance de découvrir de nombreuses régions de mon pays qui m’étaient encore inconnues et j’apprécie tout particulièrement sa diversité dans les paysages, dont la beauté est appréciable autant en été qu’en hiver. Octobre et ses couleurs orangées m’ont donc convaincu de goûter aux plaisirs de la charmante ville de Montreux et de son Palace pour deux petites journées.

Séduite par la cuisine andalouse du célèbre chef espagnol étoilé Dani Garcia venu spécialement à l’hôtel pour deux soirées exclusives, j’ai débuté mon séjour en goûtant à l’exceptionnelle énergie dont fait preuve le Fairmont Montreux Palace pour proposer et organiser des évènements originaux tout au long de l’année. Mais l’établissement est également réputé pour son temple du bien-être, un espace SPA de plus de 2000m2 idéal pour un weekend détente. Le soin revitalisant aux huiles essentielles testé ce jour-là fut particulièrement bénéfique et très bien exécuté…

Plus d’infos à propos de l’hôtel et du spa: http://www.fairmont.com/montreux/

Afin de profiter au mieux de la région et de son lac, Montreux Riviera tourisme avait organisé des billets pour la fameuse balade en CGN (Compagnie générale de navigation sur le Lac Léman). Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à bord d’un bateau belle-époque, à sillonner les bords du lac en compagnie de retraités suisse-allemands et de curieux touristes asiatiques :)

Première étape : Château de Chillon

C’était la première fois que je l’approchais d’autant près ! Un château moyenâgeux qui fait rêver tous les passionnés de l’époque médiévale et qui impressionne par son emplacement stratégique et idyllique – Il est sur ma liste depuis des lustres ! Promis, la prochaine fois je m’arrête.

Plus d’infos: https://www.chillon.ch/

Deuxième étape : Le Valais

Changement de décor. A l’approche du Bouveret, la nature se dévoile. On longe une longue promenade de roseaux qui ressemble à un gigantesque marais. J’apprends après coup qu’il s’agit de la réserve naturelle des Grangettes, un site qui attire une faune et une flore très diversifiées, parmi elles plus de 60 espèces d’oiseaux ainsi que 27 espèces de libellules, mais également des grenouilles et des castors.

Plus d’infos: https://www.pronatura-grangettes.ch/

Troisième étape : Un village hors du commun    

Le bateau continue sa croisière en direction de Saint-Gingolph, une commune partiellement valaisanne qui doit sa réputation à sa frontière unique avec la France. En effet, le village est coupé en deux depuis 1569 !

Dernière étape : Vevey

Petite sœur de Montreux, Vevey est une des perles de la Riviera qui a compté parmi ses habitants l’illustre comédien Charlie Chaplin. Et justement, le Musée Chaplin a ouvert ses portes l’année passée… il ne faut absolument pas le louper car il réserve bien des surprises. Prévoyez large, un après-midi entier est nécessaire pour le visiter. 

Plus d’infos: http://www.chaplinsworld.com/

On peut compléter l’expérience croisière CGN en s’offrant un délicieux repas sur le ponton supérieur. Voilà une jolie promenade à réaliser cet automne en famille, en couple ou avec des amis! Plus d’infos: http://www.cgn.ch/

Photos:  http://mailysfortune.com/

Mes curiosités de septembre

Des papilles satisfaites, un guide de voyage original, un court séjour dans un des hôtels les plus connus de Suisse Romande, un appareil révolutionnaire, une marque de sacs en cuir made in La-Chaux-de-Fonds… Découvre les quelques petites curiosités qui ont rythmé mon été ! 


A la recherche d’un guide un peu différent pour mon voyage aux Etats-Unis, j’ai découvert complètement par hasard (dans un pop up store de la ville de Berne) la collection « Lost In ». La couverture ultra simpliste m’a tout de suite séduite, et c’est avec le guide de Los Angeles que j’ai préparé mon séjour en Californie. Le guide rassemble les meilleures adresses d’habitants aux styles de vie différents des uns des autres, dans le but d’avoir un bel aperçu des endroits les plus en vue du moment, et ceux qu’il ne faut absolument pas louper. Facilement transportable, il a trouvé sa place à côté de mon téléphone portable et mon appareil photo dans mon sac à main. 

Plus d’infos: https://www.lostin.com/


Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de déguster le menu 6 plats concocté par le chef Carlo Crisci à l’occasion du 35ème anniversaire de son restaurant situé à Cossonay. Les plats sont présentés dans une vaisselle soigneusement choisie, et la salle à manger décorée avec goût est le lieu idéal pour apprécier la cuisine inventive de ce chef étoilé. Une belle surprise gastronomique qui a ravi autant mes papilles que mes yeux. 

Plus d’infos: http://www.lecerf-carlocrisci.ch/

 Le menu des 35 ans 
Le menu des 35 ans 


Pour des boucles parfaites et réalisables en quelques minutes, mon coup de coeur c’est le Curl Secret de Babyliss, 2ème génération ! Un appareil innovant, ultra simple d’utilisation, idéal pour créer jusqu’à 36 types de boucles différentes. La nouveauté c’est évidemment la possibilité d’interchanger l’accessoire principal et de pouvoir choisir entre des boucles serrées ou larges, selon nos envies. Attention à bien choisir la température qui correspond à votre type de cheveux avant de l’utiliser, et le tour est joué ! Et bonus, un coup de spray fixateur suffit à faire tenir les boucles toute la journée ! 

Plus d’infos: Curl Secret


Plus familial et centré que sa grande soeur le Beau-Rivage Palace, j’ai adoré séjourner au non moins célèbre Lausanne Palace. Une nuit magique à profiter du lit box-spring géant de ma junior suite du 5ème étage – celui où Coco Chanel avait ses habitudes à l’époque et qui abrite également une suite en l’honneur de cette cliente privilégiée. Le matin j’ai eu la chance de profiter du Spa, un espace dédié à la détente, idéal pour échapper au stress de la ville environnante. Vous l’aurez compris, le Lausanne Palace est un petit cocon citadin, qui offre un confort sans pareil et un service aussi souriant qu’amical. 

Plus d’infos: Lausanne Palace


Voilà une petite trouvaille locale qui ravira les fashionistas de Suisse romande. La marque Noleti, basée à La-Chaux-de-Fonds propose une jolie collection de sacs en cuir, fabriquée à base de matériaux nobles, sélectionnée auprès des tanneries les plus réputées de France et d’Italie, Une passion pour le cuir au coeur des créations de la maison, qui se destine premièrement à la fabrication de bracelets de montres. J’ai choisi le modèle Léman couleur taupe pour m’accompagner aux Etats-Unis, la dernière des collections qui a tout pour devenir un must have de cet automne ! 

Plus d’infos: https://www.noleti.ch/fr/

Les petits trésors quotidiens par Bucherer

Quand il est question de joaillerie, au même titre que l’horlogerie, la Suisse n’a pas à rougir. Et pour cause, le premier bijoutier qui nous vient à l’esprit lorsque l’on souhaite acquérir ou offrir un cadeau précieux, c’est Bucherer. Pour la petite histoire, c’est en 1888 à Lucerne qu’ouvre la première boutique de la famille Bucherer. 125 ans plus tard, c’est à Paris en 2016 que la marque inaugura le plus grand magasin de joaillerie et d’horlogerie au monde. Une belle histoire qui continue à s’écrire, grâce notamment à la volonté de la marque d’évoluer avec son temps et de proposer aussi bien des pièces de marques de renommée que des créations dessinées par ses propres designers. 

Le mois passé, ce n’est pas dans le nouveau « temple du luxe » de Paris que je me suis rendue, mais dans la petite boutique de la Marktgasse 2 à Berne. Un magasin pas trop formel, où l’on ressent l’ambiance très familiale que la marque souhaite inculquer à ses employés. Un rapide tour d’horizon me permet déjà de repérer quelques pièces – des classiques discrets et élégants qui me ressemblent. 

La collection pour laquelle je suis venue ce jour-là s’appelle « DailyTreasures », des petits trésors quotidiens, à porter sans prétention et avec décontraction. Des pièces très estivales qui ont pour but de remettre au goût du jour la délicatesse du savoir faire de la joaillerie aux poignets et aux doigts des jeunes femmes. Mais Bucherer mise également sur la tendance actuelle de la superposition et propose des créations à assembler selon ses goûts et son humeur. 

Pour ma part, j’ai adoré la bague en or rose et diamants qui ose le pendentif en forme de petite fleur, ainsi que les jolies pièces en or rose également et surmontées d’élégantes perles de culture. Des bijoux à porter de jour comme de nuit, qui habillent aussi bien la silhouette qu’un vêtement haute-couture. Reste à savoir lequel/lesquels des DailyTreasures choisir pour affirmer toute sa féminité. 

Plus d’infos et prix sur: http://www.bucherer.com/fr/bijoux/tendances-bijoux-printemps-2017-de-petits-tresors-au-quotidien