Bellinzona la rebelle

On connaît le lac de Lugano, le festival de Locarno, les îles Brissago, mais qu’en est-il de Bellinzone? Nichée aux confins d’une vallée oubliée, cette ville du Tessin à priori bien moins attrayante que ses voisines, a choisi de tout miser sur sa sympathie, ses traditions et ses productions locales pour attirer de nouveaux visiteurs. Découverte de cette cité rebelle au sortir de l’ombre…

A chaque fois c’est le même constat. Il suffit de quelques heures de train pour qu’une fois arrivé au Tessin on se sente complètement dépaysé, et Bellinzone n’échappe pas à cette règle. Nous séjournons à l’hôtel « La Tureta » à Giubiasco, une des nombreuses communes à avoir accepté le regroupement avec la ville en avril 2017. Nous rencontrons Bettina Doninelli, maîtresse des lieux. Elle racheta avec son époux architecte le Palazzo Scalabrini et le transforma, après quelques pénibles travaux, en un bel hôtel. Les 42 chambres accueillent fréquemment les cyclistes en promenade mais l’atout majeur est sans nul doute la cave magnifiquement aménagée en restaurant gastronomique. Le chef prometteur Simone Lacaria propose des mets régionaux accompagnés d’une très belle carte des vins – une excellente adresse !

La ville vit les choses en grand pour accueillir ses premiers journalistes ! La soirée fut rythmée par une conférence sur l’architecture des caves à vin présentée par le maître Mario Botta dans le cadre de la fête des vendanges annuelle “PerBacco”, puis, l’habituel « standing dinner » nous permit de rencontrer d’importantes personnalités bellinzoneses et de goûter à trois variations de la fameuse polenta (qui a déjà goûté à la polenta noire ?).

La pluie incessante ce jour-là fut en parfaite harmonie avec le thème du parcours prévu pour la 2ème journée du press trip: “la voie de la soif”, un circuit historique original qui nous en apprit un peu plus sur la ville et sa relation avec la bière, la torréfaction du café, le vin, tout en suivant le chemin de l’eau…  Mais niveau gastronomique, Bellinzone a de multiples cordes à son arc, et nos estomacs furent victimes de tous les excès. Petit tour d’horizon:

La Chocolaterie Stella

Fondée en 1928, Stella est un acteur majeur de l’industrie du chocolat en Suisse. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: 300 clients dans 50 pays du monde entier, 85% de la production dédiée au private label et 65% entièrement bio et issue du commerce équitable, un catalogue référençant 1’500 produits différents sans aucune trace d’OGM. Sa force c’est bien évidemment sa flexibilité et sa capacité à s’adapter à presque toutes les demandes. Chocolat casher, halal, sans lactose, tous les challenges sont bons à prendre. Une prise de risque qui lui réussit car son chocolat vegan au nectar de noisettes a gagné le Sofi Award 2018 – et j’ai goûté ! Il est à tomber !

(Psssst… Chocolat Stella est également le fournisseur officiel des chocolats de l’armée suisse ;)

L’étrange laboratoire du professeur BUletti

Si le titre de ce paragraphe était un film, Franco Buletti serait sans nul doute l’interprète idéal. Depuis 25 ans, il s’implique corps et âme dans ses créations et adore surprendre sa clientèle avec de nouvelles gourmandises, quitte à tenter les mélanges les plus fous ! Son panettone est une référence et on peut même le trouver, durant les fêtes de fin d’année, dans plusieurs boutiques de Romandie. Mais sous ses airs de professeur Tournesol, Franco Buletti met un point d’honneur à mettre en avant les produits du terroir et s’approvisionne aussi souvent que possible dans la région.

La brasserie urbaine “Il Fermento”

Repenser le concept de la brasserie et remettre au goût du jour l’authenticité, l’amitié & le goût du terroir, telle était l’idée derrière “Il Fermento” lors de sa création en 2015. Aujourd’hui 4 brasseries partagent ces valeurs: celle de Bellinzone évidemment, mais aussi à Mendrisio, Lugano et Andermatt. “Il Fermento” c’est un endroit chaleureux où l’on déguste des bières 100% artisanales & Made in Switzerland. J’ai beaucoup aimé son ambiance bon enfant/très communautaire et les bières sont excellentes.


On l’a bien compris, Bellinzone et la gastronomie ne font qu’un. Pourtant l’art lui aussi est très présent et merveilleusement mis en scène par la Villa Dei Cedri, un édifice historique abritant un musée et entouré d’un jardin luxuriant. Situé au milieu de la ville, l’espace fut rénové et aménagé pour offrir au visiteur une expérience complète. On se promène à travers les différentes chambres de la Villa en prenant le temps d’admirer les oeuvres – la collection permanente couvre l’art de la seconde moitié du 19ème siècle à aujourd’hui. Ici on occupe et on ressent l’espace. C’est une invitation à écouter ses pensées, à (re)trouver la sérénité.

Un petit détour par le marché du samedi matin très animé avant de repartir. Dans le train je recevrai un message de Sara m’invitant à revenir à Bellinzone pour la fête d’automne en octobre. Je répondrai que je promets de revenir bientôt, peut-être en décembre pour le marché de Noël, ou en février pour fêter le roi du carnaval, ou peut-être simplement un jour de printemps ou d’été, une visite spontanée lors d’un moment d’accalmie.  

Pour planifier ta visite: Bellinzone tourisme

 Giubiasco
 Villa Dei Cedri
 Giubiasco
 Bellinzona
 Villa Dei Cedri
 Musée Villa Dei Cedri
 Bellinzona

Giubiasco Villa Dei Cedri Giubiasco Bellinzona Villa Dei Cedri Musée Villa Dei Cedri Bellinzona

Citytrip à Hamburg

Hamburg c’est le charme du nord. Une cité aux multiples facettes qui fait de la deuxième ville d’Allemagne un terrain d’exploration sans fin. L’omniprésence de l’eau guide nos pas et nous balade à travers des quartiers animés, en perpétuelle mutation. Hamburg c’est le reflet de cette Allemagne moderne, aux start-ups innovantes, mais elle nous montre également un visage plus sombre, celui de cette société révoltée contre un capitalisme forcé. Jeune, authentique et cosmopolite, Hamburg est sans nul doute l’une des villes les plus fascinantes de l’Europe d’aujourd’hui. Retour sur un city trip réussi. 


1er jour: 

Hamburg je « connaissais » déjà. Deux séjours m’avaient permis de me familiariser avec la ville ces dernières années. Et pourtant, lorsque je suis revenue cette fois-ci au mois de juillet, j’avais l’impression de découvrir un endroit entièrement nouveau. L’hôtel où nous logions est situé dans le quartier très vert de SternSchanze, au milieu d’un parc boisé. Le Mövenpick est l’un des lieux les plus atypiques de la ville, et pour cause, il habite un ancien château d’eau du 19ème siècle. Rénové péniblement durant plusieurs années (l’architecture unique du bâtiment fut difficile à moderniser), il ouvrit ses portes en 2007. L’intérieur est vraiment étonnant ! Les briques rouges d’origine furent conservées et quelques sons propres aux activités portuaires de Hamburg (bruit des mouettes, des bateaux) invitent les clients à s’imprégner de l’histoire de la ville. 

En sortant, on remarque que le voisinage contraste totalement avec le design de l’hôtel. SternSchanze est constellé de street art. Chaque centimètre de la voie publique est recouvert de dessins et de phrases à consonance anarchiste. C’est ce même endroit qui connaît chaque année des révoltes violantes. La dernière en date transforma ce quartier en zone de guerre lors du sommet du G20 en 2017. Mais la situation difficile ne changea en rien ma perception de SternSchanze. Fascinante. Les terrasses cachées dans les cours intérieures des immeubles cohabitent avec les boutiques de seconde main. Des petits trésors dispersés un peu partout. Pause photo oblige, on s’arrête dans un parc à l’allure d’un cirque. Les tags inondent le mur de grimpe. On remarque l’interdiction d’immortaliser les « habitants » du lieu. Trop tard, les regards et les remarques fusent. Peut-être qu’on ne s’y arrêterait pas la nuit. 

Notre promenade se termine à Sankt Pauli. Un quartier renommé de jour comme de nuit pour son ambiance festive et libertine. De jolies boutiques originales fleurissent à tous les coins de rue, mais pas le temps de se laisser aller au shopping, c’est déjà l’heure du repas. Soirée carte postale pour finir en beauté le premier jour de notre press trip: dégustation du fameux Fischbrötchen (les meilleurs se trouvent chez Brücke 10) et croisière musicale (un incontournable by Frau Hedi), avec en prime un magnifique coucher de soleil sur le port.  

2ème jour: 

Matinée sportive en cette deuxième journée. On se réveille tôt pour rejoindre le Supper Club. C’est parti pour une balade d’une heure et demi en paddle. Pas forcément motivée par la version lac, j’ai adoré naviguer sur les canaux de Hamburg. Quelle belle façon de découvrir la ville. On admire les magnifiques demeures qui bordent l’Alster tout en profitant de la végétation abondante de la rive. Obligation de goûter aux burgers du club en rentrant, la meilleure des récompenses pour nous faire oublier l’effort. 

L’après-midi, nous découvrons le nouveau symbole de Hamburg: l’imposant Elbphilharmonie. Conçu par Erzog et de Meuron, ce gigantesque bâtiment à la façade de verre fut construit sur le plus grand entrepôt de la ville de l’époque. Le moderniser fut un véritable challenge car la structure repose directement sur l’eau. Prévu initialement pour 2010, ce chef d’oeuvre fut finalement inauguré en 2017, après de nombreux millions de dépenses en surplus et beaucoup, beaucoup de controverses. Aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur, un tour s’impose. La terrasse panoramique offre une vue à 360° sur le port. Nous profitons de cette visite pour nous balader dans le tout nouveau quartier de Hafen City. Ultra moderne et encore peu habité, il commence gentiment à prendre vie, dynamisé par des expositions en plein air qui donnent un peu de couleurs aux briques rouges plus qu’omniprésentes. 

On ne peut cependant ressentir le coeur de Hamburg sans explorer le quartier des anciens entrepôts de la ville. Une « petite cité » reliée par de nombreux ponts dont les edifices sont actuellement utilisés comme showrooms par les grandes marques ou comme décor pour les shootings photo des magazines de mode. L’été, les plages artificielles deviennent des lieux de villégiature très prisés par les locaux. J’ai adoré Strand Pauli et son ambiance complètement décontractée et décalée. 

Bref, Hamburg semble être une destination suspendue dans le temps… un doux mélange entre le souvenir d’une cité autrefois parcourues par les marins en quête de toutes les folies et de cette perfection germanique qui impose l’ordre même dans le délire. 


Le carnet d’adresses de Hamburg Ahoi

Cafés: 

Elbgold (Quartier SternSchanze et ailleurs) 

Herr Max (Un adorable café, pour un brunch ou un tea time)  

Tornqvist (Où boire le meilleur café) 

In guter Gesellschaft (Un café zéro déchet) 

Gretchen’s Villa (Pour les filles) 

Restaurants: 

Bullerei (Quartier SternSchanze)

Happen Pappen (Vegan food)

Carmagnole (Un des meilleurs italiens de la ville) 

Schmitt Foxy Food (Où manger une curry wurst) 

Peacestanbul (Délicieuses spécialités turques) 

Brooklyn Burger Bar (Meilleurs hamburgers de la ville) 

Bistro Carl (Jolie brasserie avec vue sur le Elbphilharmonie) 

Pour boire un verre: 

Altes Mädchen (Quartier SternSchanze)

Möwe Sturzflug (Pour boire un Gin’) 

Boutiques: 

Scarpovino (Vin & Chaussures) 


Plus d’infos: Hôtel Mövenpick Hamburg

 Mövenpick hotel Hamburg 
Mövenpick hotel Hamburg 
 Croisière musicale Frau Hedi
Croisière musicale Frau Hedi
 Fischbrötchen du restaurant Brücke 10 
Fischbrötchen du restaurant Brücke 10 
 Un coucher de soleil à Hamburg
Un coucher de soleil à Hamburg
 Strand Pauli 
Strand Pauli 
 Strand Pauli 
Strand Pauli 
 Balade dans le quartier des vieux entrepôts de la ville 
Balade dans le quartier des vieux entrepôts de la ville 
 Vue depuis la terrasse du Elbphilharmonie 
Vue depuis la terrasse du Elbphilharmonie 
 A l'intérieur du Elbphilharmonie 
A l’intérieur du Elbphilharmonie 
 Dégustation du Fritz Cola - Le Coca-Cola allemand 
Dégustation du Fritz Cola – Le Coca-Cola allemand 
 Le fameux quartier de SternSchanze... et ses tags 
Le fameux quartier de SternSchanze… et ses tags 
 En bonne compagnie à Strand Pauli (JSBG & Sunday) 
En bonne compagnie à Strand Pauli (JSBG & Sunday) 
 Balade dans le quartier de SternSchanze
Balade dans le quartier de SternSchanze
 Paddle sur l'Alster
Paddle sur l’Alster
 Avec Dasha & Jessica 
Avec Dasha & Jessica 

Mes curiosités de l’été

 The New Renegade 
The New Renegade 

Attention, attention, voici une immersion totale dans ma vie de blogueuse. Dans cet article je vous parlerai de trois expériences vécues cet été: un voyage à Milan pour tester les nouveautés de la marque Jeep, un court séjour relaxant à Genève et quelques jours absolument mémorables passés en compagnie de la marque Phyto en Corse. Bref, bientôt une année après avoir quitté mon job et ma routine, je savoure ma liberté et mes curiosités à pleines dents. 

Bonne lecture !   


En Italie avec Jeep

En juin, j’ai été invitée à un press trip pas comme les autres: tester les nouveautés de la marque Jeep. Quelques minutes après avoir posté mes premières stories sur Instagram, je recevais déjà les commentaires envieux (de la gente masculine principalement ;) au sujet de cette excursion. Et oui, ce n’est pas donné à tout le monde de tester les nouveautés de la marque sur le très respecté (et secret) circuit Balocco, près de Milan. En quelques mots, le « Centro Sperimentale Balocco » est le terrain de jeu du groupe Fiat. C’est là où les différents prototypes sont développés et testés. L’espace est gigantesque et la sécurité est de mise. Evidemment, aucune des marques ne souhaite que des informations au sujet des futurs modèles ne soient dévoilées, c’est pourquoi il n’est pas rare de croiser des voitures zébrées, et pour le moins étranges, afin de flouter une éventuelle prise de vue. 

Pour en revenir à Jeep, ma première expérience avec cette marque remonte à l’enfance. Mes parents ont conduit une Cherokee couleur lie-de-vin pendant quelques années et j’adorais le confort de ses sièges en cuir. Partir en vacances à bord d’un 4X4 était un réel bonheur et être un peu surélevée, ça change tout, surtout quand on est gosse. 

Deux modèles étaient présentés ce jour-là: 

Jeep Renegade

Modèle lancé en 2014, restylé en 2018, la Renegade c’est l’entrée de gamme de Jeep. Simple et pratique, c’est une voiture tout-terrain pour la campagne et la ville. J’ai testé cette voiture sur la route et sur un circuit aux multiples épreuves (terrain bosselé, montées & descentes ultra-raides, eau jusqu’à hauteur des pneus, etc.), et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette jeep est à la hauteur de son succès (800’000 exemplaires vendus dans le monde depuis son lancement!). J’ai adoré l’option Hill Descent Control, qui freine la voiture automatiquement lors d’une pente raide. Le design intérieur est extrêmement simple mais doté tout de même d’une technologie moderne. 

Jeep Grand Cherokee Trackhawk

Un gros bolide qui impressionne, doté de 710 chevaux (ne voyant pas mon air étonné, on m’a alors expliqué que 710 chevaux c’est la puissance d’une Ferrari, tout de suite on change de tête ;), cette Grand Cherokee toute puissante au moteur vrombissant impressionne plus à l’extérieur qu’à l’intérieur. La voiture est lourde mais semble tout de même très bien assimiler le circuit de Balocco et ses virages chaotiques (estomacs sensibles s’abstenir). Son intérieur est aéré et sophistiqué, ses finitions sensibles à l’esthétique italienne. Une voiture tout de même très citadine qui ne passe pas inaperçue. 

Plus d’infos: https://www.jeep.ch/fr

 The new Jeep Renegade
The new Jeep Renegade
 Grand Cherokee 
Grand Cherokee 

En Corse avec Phyto – PhytoSummerFestival

Partir sur « l’Île de Beauté » avec une des marques les plus innovantes dans les soins capillaires était presque trop beau pour être vrai. Et pourtant, en juin je me suis envolée en Corse pour en apprendre un peu plus sur ces produits français qui m’étaient, je l’avoue, presque inconnus à mon départ. 

J’ai vite remarqué que ce voyage n’allait pas être comme les autres. Seule Européenne occidentale de la foulée (ou presque, la groupe comptait tout de même deux britanniques), j’étais entourée par une magnifique diversité de blogueurs venant principalement d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient. Normal, sachant que le pays number one de la marque c’est l’Iran. 

 Toutes les filles réunies, parmi elles: Lana El Sahely du Liban, Bahar Fashion Sandwich d'Iran, Blersworld du Kosovo, etc. 
Toutes les filles réunies, parmi elles: Lana El Sahely du Liban, Bahar Fashion Sandwich d’Iran, Blersworld du Kosovo, etc. 

Chouchoutées du début à la fin, l’organisation avait mis la barre très haute: Hôtel de luxe face à la mer, croisière sur un catamaran, souper sur la plage à la lumière des bougies et bien sûr présentation des produits de la gamme. En quelques mots, Phyto fut créée par Patrick Alès, l’inventeur du brushing. Ce dernier développa la marque dans le but de soigner les cheveux par les plantes, d’où le nom phytoterathrie. On notera quelques produits cultes de la marque: Phyto 7 (crème de jour, hydratation brillance aux 7 plantes), phytokératine (spray réparateur thermo actif), phytopolléine (élixir végétal stimulant du cuir chevelu), et la star de l’été phytoplage (voile protecteur !

Mes updates « produits » sont sur Instagram

 Hotel Marinca
Hotel Marinca
 La plage de sable ocre 
La plage de sable ocre 
 La piscine avec vue sur mer
La piscine avec vue sur mer
 Phytoplage, le produit idéal pour l'été 
Phytoplage, le produit idéal pour l’été 
 Premier repas avec l'équipe Phyto 
Premier repas avec l’équipe Phyto 
 La plage illuminée de bougies
La plage illuminée de bougies
 Dernière soirée avec Phyto 
Dernière soirée avec Phyto 

A Genève avec La Mer

Le spa La Mer, situé entre le 1er et le 2ème étage de l’hôtel Président Wilson, est sans doute le plus atypique de Genève. Pas de lumière feutrée, ni de musique lancinante, mais une vue imprenable sur la magnifique piscine de l’hôtel. Fan des produits La Mer, j’ai testé le soin signature de la marque (en exclusivité dans l’unique spa La Mer de Suisse).

Mais au préalable, une présentation de l’histoire des produits s’imposa. J’appris que le fondateur, Dr Max Huber, physicien de métier, se brûla lors d’une expérience en laboratoire et c’est suite à cela qu’il décida d’enquêter sur la meilleure façon de guérir ses blessures. Il fut donc le premier à utiliser les algues marines pour des soins du visage. Ce procédé appelé bio-fermentation dure 3 à 4 mois et implique le mélange de composants naturels tels que des algues marines, du calcium, du magnésium, du potassium, des vitamines, des huiles essentielles d’agrumes, d’eucalyptus, etc., bref, un concentré ultra-puissant qui a le pouvoir de transformer l’apparence de la peau, et que l’on trouve encore aujourd’hui dans le Miracle Broth, le produit phare de la marque. Et justement, mon soin signature ce jour-là intégra ce prestigieux composant et après une heure d’un rituel précis et délicat, ma peau fut aussi douce que celle d’un bébé. 

Conseil beauté: On se laisse séduire par le Gel Rafraîchissant génération intense, un must pour cet été, et on teste la lotion pré-soin, reçue il y a quelques jours seulement mais qui a déjà sa place dans ma trousse de toilette.

 Les produits utilisés lors du soin signature 
Les produits utilisés lors du soin signature 

Costa Navarino – Calme et Volupté

En juin 2018, Swiss inaugurera la ligne directe Genève – Kalamata, l’occasion de se laisser séduire par la partie sud-ouest du Péloponnèse, une destination à part entière du nom de Costa Navarino, qui ravira les épicuriens et les amateurs de contrées éloignées & préservées.

Récit de mon séjour dans ce petit paradis grecque où authenticité et nature étaient au rendez-vous. 


Une destination eco-friendly & responsable

La première chose que l’on remarque lorsqu’on arrive au Westin Resort, c’est l’odeur du jasmin qui flotte dans l’air. Une odeur tendre et chaleureuse qui nous invite à la détente. Fière de sa nature flamboyante, Costa Navarino a choisi de cultiver sa verdure et autres plantes aromatiques dans les jardins de ses deux hôtels, The Westin Resort & The Romanos, pour que tout le monde puisse profiter des couleurs des fleurs. 

La destination se différencie des autres sites touristiques grecques par sa volonté de préserver ses paysages et son authenticité. Se développer de manière responsable fait partie du quotidien et chaque petit effort est grandement apprécié, autant par les clients que par les indigènes. Production de son huile d’olive, consommation de produits locaux, préservation de la bio diversité, les initiatives sont nombreuses et diverses. 

Le site est si vaste que l’on s’y perd facilement. Petit conseil, téléchargez l’application « Costa Navarino » sur votre portable pour vous aider à vous repérer – au début ce n’est jamais facile, surtout la nuit ! 

Pour les épicuriens

Partir à Costa Navarino c’est aussi découvrir une région au riche passé historique. A quelques minutes du resort, la visite du joli village de Pylos et de ses ruines datant de la période mycénienne est l’excursion idéale. Obligation de passer par la surprenante plage de Voidokilia, en forme d’Oméga, pour le coucher du soleil ou une promenade le long de ses dunes.

Si vous raffolez de la cuisine méditerranéenne, vous allez être servis. Le site comporte 13 restaurants, proposant des mets différents toujours à base de produits frais et locaux. Mes préférés: le restaurant Flame, qui surplombe l’impressionnant parcours de golf, dont les spécialités de viande sont délicieuses et surtout le bar-restaurant de plage Barbouni, au design si particulier…

Pour les plus curieux, des cours de cuisine organisés par deux grand-mamans grecques dans une petite maison en pierre proche de Pylos sont organisés sur demande. J’ai adoré cette expérience super conviviale (et dansante…). 

Repos & activités sportives  

Malgré ses nombreuses chambres (le resort en compte 400), l’aménagement du site est propice à l’intimité. Une piscine privative et chauffée est même inclue dans la plupart d’entre elles – et ça, c’est vraiment le bonheur ! En ce qui concerne les activités sportives, vous ne serez pas en reste: spa, golf, courts de tennis, parc aquatique pour les enfants, bowling, yoga sur la plage, escalade, kitesurf, etc. La liste est longue et elle satisfera tout le monde.  

Le détail qui fait du bien: jet-ski et autres sports aquatiques bruyants sont absolument interdits ! La plage est donc parfaitement indiquée pour se ressourcer et lire son roman en toute tranquillité.


Un petit tour au paradis et puis s’en va. J’ai été très agréablement surprise par cette magnifique région de Grèce, qui mérite d’être découverte non seulement pour sa simplicité et ses paysages à couper le souffle, mais également pour sa contribution au tourisme durable et ses belles valeurs. 

Plus d’infos sur la destination: Costa Navarino

Vols directs depuis Genève à partir du 24 juin avec Swiss

Idée excursion: Blausee, Rougemont, Glacier 3000

Quelques jours avant Noël, j’ai échappé à l’effervescence des courses de fin d’année et autres marchés des alentours pour profiter de la neige en montagne. Quelle chance ! La féerie était au rendez-vous! Et dire que une année auparavant j’étais partie exactement à la même période et qu’il n’y avait même pas un flocon à l’horizon… Ce mois de décembre, j’avais donc été invitée à passer quelques jours à l’hôtel Rougemont (à quelques minutes de Gstaad), et pour compléter cette escapade, j’ai décidé de partir à la découverte de deux merveilles de la région: Le fameux Lac Bleu et le Glacier 3000. 


Blausee

Aussi connu que la Jungfraujhoch ou le Kapellbrücke de Lucerne chez les touristes asiatiques, le Blausee reste cependant une curiosité bien plus méconnue chez les locaux. Et pourtant, à peine le portillon d’entrée passé (oui, car impossible d’entrer sans payer, l’endroit étant préservé derrière une forêt rocheuse et dense), on ressent cette plénitude si mystique. Quelques mètres de marche et nous voici arrivés devant l’étrange lac bleu, vert ce jour-là, ou plutôt turquoise. L’eau est si transparente qu’il est presque difficile de se retenir d’y faire un petit plongeon. Le lac est relativement petit. On fait le tour rapidement. Mais n’hésitez pas à lever les yeux car les montagnes qui l’entourent sont majestueuses. Un endroit aussi magique qu’un conte de fées, qu’il est agréable de visiter autant en hiver qu’en été. 

Pour une pause petite faim ou tea time, le restaurant du Lac Bleu est idéal. On peut même y acheter des spécialités à la truite BIO, provenant du lac évidemment. Le parc naturel propose également un hôtel et SPA avec sauna, grotte de vapeur, hotpot et baignoire extérieure. 

Plus d’infos: https://www.blausee.ch/fr/


Hôtel de Rougemont

Pas de temps à perdre, mon excursion au Lac Bleu terminée, me voici en route pour l’endroit qui m’hébergera deux nuits: L’hôtel de Rougemont, situé au Pays-d’Enhaut, au coeur des alpes vaudoises et à quelques minutes de Gstaad. La nuit tombe vite en décembre, et c’est une magnifique ribambelle de décorations lumineuses, émerveillant la vallée, qui m’accueille jusqu’à l’arrivée. L’hôtel de Rougemont est un superbe chalet alpin dont l’intérieur allie charme et authenticité. Plus convivial que les luxueuses résidences de son voisin, le maître-mot est « chez-nous, chez-vous », une philosophie chaleureuse qui se ressent dès la rencontre avec le personnel. La suite où je loge est simple et fonctionnelle et offre un confort de grand standing. 

Mais la botte secrète de l’hôtel se trouve dans sa cuisine. Le chef Philippe Bouteille aime jouer avec les produits régionaux et propose des plats incroyablement goûtus. Ravioles de foie gras, fondue à la truffe, une explosion de saveurs que l’on redemande… Et pour cause, le lendemain nous fîmes une petite halte, avant de repartir, dans la fromagerie du village pour ramener à la maison les spécialités qui nous avaient convaincues. 

L’hôtel de Rougemont se différencie également par ses services, et le SPA propose, en complément à son offre sauna/hammam/jacuzzi/piscine, une carte de soins à tomber. Cerise sur le gâteau: le facial à la feuille d’or que j’ai eu le plaisir de tester et qui consiste à appliquer de l’or (oui, et du vrai!) sur le visage pour un effet ultra désoxydant et liftant ! On note également que, en ligne avec la démarche consciencieuse et locale de l’hôtel, le SPA utilise les produits BIO de la marque Pure Altitude. 

Plus d’infos: http://www.hotelderougemont.com/fr/


Glacier 3000

Un peu d’adrénaline pour parfaire ce séjour ! Avec du soleil c’est encore mieux ! A une trentaine de minutes de Rougemont, on peut emprunter la télé-cabine qui nous transportera au sommet du glacier. Une ascension panoramique qui dévoile la splendeur des alpes enneigées. De nombreuses activités sont disponibles une fois arrivés: Un domaine skiable gigantesque, des sentiers de randonnées, une Via Ferrata et bien évidemment le Peak Walk, un pont suspendu unique qui relie deux sommets (le View Point au Scex Rouge). D’une longueur de 107 mètres, il est offre une vue imprenable sur le Cervin, le Mont-Blanc, l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau. A faire absolument ! Le vertige n’est pas une excuse :) 

Et parce qu’on peut trouver des endroits designs même en altitude, les épicuriens seront ravis de se réchauffer dans le restaurant conçu par l’architecte-vedette Mario Botta! 

Plus d’infos: https://www.glacier3000.ch/fr

Le charme désuet de la Flandre: Bruges et Gand

Pourquoi voyager loin alors que de magnifiques destinations se trouvent à une heure de vol de chez soi ? Cet automne j’ai testé le HI BELGIUM PASS, une offre mise en place par les principaux acteurs du tourisme belge qui propose une expérience complète sans prise de tête, et inclut le vol (depuis Genève ou Bâle), les trajets en train ainsi qu’un pass d’activités pour découvrir deux villes à choix. Idéal pour les curieux en quête d’un séjour culturel et gastronomique. 


La première étape de mon voyage me mène dans la magnifique ville de Bruges, située au nord de la Belgique, à quelques kilomètres de la frontière hollandaise. Surprenante à bien des niveaux, la ville semble figée dans le temps. Grâce à sa proximité avec la mer, Bruges, dont le nom signifie « Brügge » (ponts en allemand) a connu un essor économique sans précédent durant le Moyen âge. Les Ducs de Bourgogne, qui privilégiaient la ville pour leurs séjours, ont fortement influencé son développement culturel et artistique et Bruges est encore à ce jour reconnue pour son implication dans la création de l’école des Primitifs Flamands, dont les oeuvre peuvent être admirées au Musée Groeninge. Mais son charme, elle le doit surtout à la longue période de trois siècles où la ville fut mise de côté au profit de cités plus accessibles, ce qui lui permis d’échapper aux guerres et changements architecturaux inévitables. Préservée des affres du temps, Bruges est fière de son patrimoine atypique et de son petit centre-ville idéal pour des visites à pieds. 

En se promenant dans les rues étroites, on remarque vite qu’en plus de son architecture, la ville est dotée d’un goût prononcé pour la décoration et le design intérieur. Des petites échoppes aux hôtels particuliers parfaitement restaurés, l’offre est impressionnante. 

Chanceuse, je loge lors de mon séjour dans une splendide demeure rénovée avec goût. La Maison Zenasni, c’est un travail de longue haleine accompli par son propriétaire Djamil Zenasni. Passionné par la décoration d’intérieur, il a également ouvert une boutique de garnissage de fauteuils dans la même rue. Le petit-déjeuner se prend chaque matin avec les hôtes qui logent également dans la maison. Un moment très convivial qui permet d’échanger sur les découvertes touristiques brugeoises de chacun. 

La ville est un véritable musée à ciel ouvert et chaque bâtisse raconte une histoire, que ce soit la plus ancienne chocolaterie de la ville, située un peu à l’écart du centre et de ce fait presque uniquement connue des locaux, ou la fameuse tour du Beffroi, qui symbolisait à l’époque l’indépendance communale de Bruges, et qui offre une vue absolument irrésistible depuis son sommet. 

Mais Bruges n’est pas uniquement une ville romantique, elle est également une des capitales de la dentelle, au même titre que Calais en France ou St Gall en Suisse. Son musée passionnant ainsi que son école au premier étage m’ont permis de me familiariser avec cette technique si particulière qui nécessite une concentration intense. 

A visiter absolument hors-saison pour profiter au mieux de ses petites ruelles sans se sentir oppressé par les touristes. Fin octobre était idéal. 


Mes adresses à Bruges 

Où loger:

Maison Zenasni: Mon coup de coeur à Bruges. Une maison d’hôte dans une demeure historique magnifiquement rénovée. Djamil, le propriétaire, est une personne passionnante et passionnée qui émerveillera votre séjour Brugeois. 

Où manger: 

Restaurant Patrick Devos: La salle à manger art déco est unique (un plaisir de prendre l’apéro au coin du feu…) et la gastronomie, créative et fraîche, offre un délicieux moment de découverte culinaire. 

Restaurant Bij Lieven: A deux pas de la Maison Zenasni se trouve ce petit restaurant au design épuré. La cuisine est tendance et les produits authentiques. J’ai adoré. 

A ne pas manquer: 

Musée Groeninge: Pour admirer les peintures si réalistes des Primitifs Flamands.

Centre de la Dentelle: Un musée interactif et super intéressant. A ne pas louper ! 

Chocolaterie Spegelaere: Le secret le mieux gardé de Bruges et des prix défiant toute concurrence ! 


A trente minutes en train au sud-est de Bruges se trouve Gand. Deuxième étape de mon séjour en Flandres. Contrairement à sa petite soeur, Gand, qui compte actuellement 250’000 habitants (deux fois plus grande que Bruges), a vécu une histoire bien plus mouvementée. En effet, au moyen-âge elle était l’une des plus grandes villes d’Europe (plus grande que Londres et surpassée de justesse par Paris) et s’est battue durant des siècles pour conserver ses libertés et privilèges, d’où sa réputation d’être extrêmement obstinée et têtue. Elle s’est même rebellée contre son propre prince héritier, l’empereur Charles Quint, qui, pour punir les Gantois, décida de retirer la cloche Roeland du Beffroi, qui était alors le symbole d’indépendance de la ville…

Mais malgré son passé agité, Gand n’a jamais perdu de sa splendeur. Elle s’est si bien développée qu’elle est reconnue à présent comme étant la destination la plus « verte » d’Europe et son authenticité est une étape clé pour les amateurs d’histoire et de culture. 

J’ai adoré suivre le parcours recommandé par « Visit Gent », qui propose de rayonner à travers la ville en visitant les attractions majeures, telles que Le Château des Comtes, Le Beffroi, les maisons du Quai aux Herbes, le quartier moyenâgeux du Patershol, etc. 

Cerise sur le gâteau, de nuit, Gand offre un spectacle d’illuminations absolument magnifique qui permet de voir la ville sous un angle totalement différent. Un jeu d’ombres et de lumières qui créent une ambiance unique et féérique. 


Mes adresses à Gand 

Où loger:

Hôtel Marriott: Situé dans un bâtiment historique, son emplacement est idéal pour découvrir la ville. 

Où manger: 

Belga Queen: Un des plus beaux restaurants de Gand. Le cadre est fabuleux (c’est un ancien entrepôt à grains sur le Graslei), le design/la lumière sont en parfaite harmonie avec l’authenticité de ce vieux bâtiment, et les spécialités de la mer proposées par la cuisine sont délicieuses. Y aller les yeux fermés (en réservant au préalable). 

Supérette: Un café bobo à la déco vintage fréquenté par les hipsters de la ville. Le brunch est une merveilleuse découverte. Complètement atypique. 

A faire: 

La Maison D’Aljin: Un musée qui recrée des scènes de vie du 20ème siècle. Un vrai retour dans le passé ! 

Le Musée du Design: On y va avant tout pour s’émerveiller devant sa magnifique façade du 18ème siècle, mais aussi parce que le design fait partie intégrante de l’histoire de Gand


Pour plus d’informations: 

http://www.visitflanders.com/fr/

Hi Belgium Pass

J’ai testé: être touriste dans son pays !

Vous avez probablement déjà pu constater ma passion pour la Suisse. Depuis l’ouverture de mon blog, j’ai eu la chance de découvrir de nombreuses régions de mon pays qui m’étaient encore inconnues et j’apprécie tout particulièrement sa diversité dans les paysages, dont la beauté est appréciable autant en été qu’en hiver. Octobre et ses couleurs orangées m’ont donc convaincu de goûter aux plaisirs de la charmante ville de Montreux et de son Palace pour deux petites journées.

Séduite par la cuisine andalouse du célèbre chef espagnol étoilé Dani Garcia venu spécialement à l’hôtel pour deux soirées exclusives, j’ai débuté mon séjour en goûtant à l’exceptionnelle énergie dont fait preuve le Fairmont Montreux Palace pour proposer et organiser des évènements originaux tout au long de l’année. Mais l’établissement est également réputé pour son temple du bien-être, un espace SPA de plus de 2000m2 idéal pour un weekend détente. Le soin revitalisant aux huiles essentielles testé ce jour-là fut particulièrement bénéfique et très bien exécuté…

Plus d’infos à propos de l’hôtel et du spa: http://www.fairmont.com/montreux/

Afin de profiter au mieux de la région et de son lac, Montreux Riviera tourisme avait organisé des billets pour la fameuse balade en CGN (Compagnie générale de navigation sur le Lac Léman). Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à bord d’un bateau belle-époque, à sillonner les bords du lac en compagnie de retraités suisse-allemands et de curieux touristes asiatiques :)

Première étape : Château de Chillon

C’était la première fois que je l’approchais d’autant près ! Un château moyenâgeux qui fait rêver tous les passionnés de l’époque médiévale et qui impressionne par son emplacement stratégique et idyllique – Il est sur ma liste depuis des lustres ! Promis, la prochaine fois je m’arrête.

Plus d’infos: https://www.chillon.ch/

Deuxième étape : Le Valais

Changement de décor. A l’approche du Bouveret, la nature se dévoile. On longe une longue promenade de roseaux qui ressemble à un gigantesque marais. J’apprends après coup qu’il s’agit de la réserve naturelle des Grangettes, un site qui attire une faune et une flore très diversifiées, parmi elles plus de 60 espèces d’oiseaux ainsi que 27 espèces de libellules, mais également des grenouilles et des castors.

Plus d’infos: https://www.pronatura-grangettes.ch/

Troisième étape : Un village hors du commun    

Le bateau continue sa croisière en direction de Saint-Gingolph, une commune partiellement valaisanne qui doit sa réputation à sa frontière unique avec la France. En effet, le village est coupé en deux depuis 1569 !

Dernière étape : Vevey

Petite sœur de Montreux, Vevey est une des perles de la Riviera qui a compté parmi ses habitants l’illustre comédien Charlie Chaplin. Et justement, le Musée Chaplin a ouvert ses portes l’année passée… il ne faut absolument pas le louper car il réserve bien des surprises. Prévoyez large, un après-midi entier est nécessaire pour le visiter. 

Plus d’infos: http://www.chaplinsworld.com/

On peut compléter l’expérience croisière CGN en s’offrant un délicieux repas sur le ponton supérieur. Voilà une jolie promenade à réaliser cet automne en famille, en couple ou avec des amis! Plus d’infos: http://www.cgn.ch/

Photos:  http://mailysfortune.com/

5 raisons d’adorer Los Angeles

Aussi longtemps que je m’en souvienne, personne ne m’avait encore vanté les mérites de la Cité des Anges. Tout ce que j’avais entendu avant cette année, c’était: « Los Angeles c’est vraiment moche », « Los Angeles ne vaut absolument pas le détour, San Diego et San Francisco sont des villes bien plus intéressantes » ou encore « 2 jours suffisent largement, il n’y a rien à voir à Los Angeles ». Mais ça c’était avant. Avant que je ne découvre La La Land au cinéma en janvier de cette année et avant qu’il soit consacré à la cérémonie des oscars un mois plus tard. 

Encore sous le charme de la musique du film, je me suis alors persuadée que Los Angeles valait la peine d’être non seulement visitée, mais également vécue. Billets d’avion dans la poche (Swiss proposait de super tarifs cet été), je me suis envolée début septembre à la conquête de la Californie pour la toute première fois de ma vie. 

A contrario de tous tes potes « voyageurs » qui se sont empressés de quitter la ville après avoir visité les studios Universal et pris la fameuse photo sur les étoiles de Hollywood Boulevard, j’ai essayé de trouver et de réunir les quartiers qui symbolisent au mieux l’énergie unique de Los Angeles, dont la population dépasse largement celle de la Suisse tout entière. Mission accomplie. Voici 5 raisons qui vont te donner envie de passer tes prochaines vacances dans la ville du cinéma. 


Raison 1: Parce qu’explorer la ville se mérite

Non, ne t’attends pas à arriver avec tes baskets et ton appareil photo autour du cou, et te laisser émerveiller par l’architecture du centre ville en te promenant tranquillement dans les ruelles pavées. Non. Non. Tout simplement parce que le concept de « centre-ville » que nous retrouvons dans toutes les capitales européennes (ou presque) est quasiment inconnu aux Etats-Unis, mais également parce que Los Angeles est une ville à taille inhumaine et qu’elle regroupe en elle-même plusieurs villes au caractère bien distinct. La clé pour visiter la ville, c’est d’arriver O-R-G-A-N-I-S-E et de choisir son quartier pour la journée. Il m’a fallu du temps pour bien comprendre la dimension de la ville et surtout pour mettre en place des itinéraires « sans perdre trop de temps », car qui dit grande ville, dit évidemment beaucoup de traffic, et en ce qui concerne Los Angeles, c’est clairement un euphémisme.

Avant de partir, j’ai opté pour le guide « Lost In: Los Angeles » qui m’a permis de trouver de super adresses par quartier, recommandées par les locaux (son petit format est également facilement transportable) et bien sûr, je suis toujours friande d’articles de blog qui offrent une vision un peu différente du circuit touristique trop commun. Voici ma sélection: 

Culture Trip: Un blog qui est gentiment en train de devenir LA référence pour les épicuriens et voyageurs curieux… moi je l’ai déjà adopté. 

LA Downtowner: Découvert un peu par hasard, ce blog made in LA propose des adresses situées exclusivement dans le quartier de Downtown. J’adore le design du site et grâce à lui j’ai découvert quelques bons restos. 

The Guardian: J’ai toujours trouvé quelques adresses intéressantes dans les articles de ce journal et je vous conseille d’aller jeter un coup d’oeil. Ils sont mis à jour régulièrement. 

Quant au moyen de transport à privilégier, moi j’ai opté pour Uber, et c’était à mon avis la meilleure décision. Les trajets en Uber Pool sont bon marché et on ne perd pas de temps à se parquer. Attention aux heures de pointe. 

Raison 2: Los Angeles regorge de quartiers charmants

Pour les premiers jours, nous avons opté pour un AirB&B dans le quartier de Venice Beach, afin de profiter de la plage située à quelques pas de là. Mais l’endroit que j’ai préféré dans ce quartier c’est le boulevard Abbot Kinney, un quartier tendance à l’architecture complètement asymétrique qui abrite cafés, restos et boutiques. L’endroit idéal pour profiter de l’atmosphère très californienne de cette partie de la ville. 

Si vous êtes à la recherche du repère des hipsters de la ville, Silver Lake est un incontournable. Ici, tout le monde est digital nomade ou artiste, s’habille avec des pièces vintage et prône l’authenticité, autant dans le look que dans la personnalité. Un esprit bohème et rebelle qui se ressent à tous les coins de rue. On s’y sent bien ! J’ai adoré me promener dans la partie de Sunset Junction

J’ai également beaucoup apprécié l’atmosphère de Melrose Avenue, l’endroit idéal pour une virée shopping. On y trouve un mélange de marques connues internationalement et boutiques vintage à l’offre incroyablement qualitative. C’est l’endroit des bonnes affaires ! Pour une expérience unique, rends-toi le dimanche au marché aux puces Melrose Trading Post, sur le parking de Fairfax High School. 


Raison 3: L’offre artistique est sans égal  

Bien que tournée initialement vers le cinéma, la ville a développé au cours de ces dernières années une offre artistique très attractive. A côté des traditionnelles galeries d’art qui offrent une belle visibilité aux artistes en devenir, Los Angeles propose également des musées à l’architecture impressionnante. On ne se sent même pas coupable d’y passer un après-midi, voire une journée complète, tant le lieu vaut la peine d’être exploré. 

LACMA: Un endroit connu, surtout sur les réseaux sociaux, grâce à l’oeuvre d’art « Urban Light » créée par Chris Burden en 2008, offerte au musée en 2015 pour célébrer son 50ème anniversaire, et qui consiste en un alignement de 202 vieux lampadaires restaurés datant des années 1920-1930. Outre cette création, qui symbolise le nouveau Los Angeles, le LACMA propose 10 pavillons d’expositions à différentes thématiques. 

Getty Center: Perché sur une colline qui domine la ville, ce somptueux bâtiment réalisé par l’architecte Richard Meier est sans conteste un des endroits les plus impressionnants de la ville. On peut notamment y admirer la gigantesque collection de son mécène Jean Paul Getty, milliardaire passionné de culture qui avait fait fortune dans le pétrole. 

Griffith Observatory: Ce magnifique bâtiment blanc de style art déco construit en 1935 offre un panorama exceptionnel sur Los Angeles. L’endroit parfait pour admirer l’étendue gigantesque de la ville… Réouvert en 2006 après 4 ans de travaux, on peut également y visiter l’intéressant planétarium et surtout admirer le coucher de soleil depuis son toit. 

Neutra VDL House: Un must pour les amateurs d’architecture, cette maison réalisée par l’architecte Richard Neutra en 1932 se situe dans le quartier de Silver Lake et se visite le samedi uniquement. Malheureusement fermée lorsque je souhaitais m’y rendre, la maison est sur ma liste pour mon prochain voyage. 


Raison 4: La ville des Véganes (même si tu ne l’es pas…)

La religion à Los Angeles c’est le véganisme ! Une culture qui s’est fortement développée ces dernières années un peu partout dans la ville. Le point positif avec cela, c’est la recherche de la créativité dans la cuisine et l’utilisation d’aliments sains et locaux dans le menu de tous les jours. Même les mexicains, friands de viande et sauces diverses, se sont mis à la cuisine végane, avec l’ouverture des excellents restaurants Gracias Madre que l’on retrouve maintenant un peu partout en Californie. Si vous voyagez avec des personnes sans régime particulier, pas de panique, la plupart des restaurants trendy proposent un mix qui convient à tout le monde.

A ne pas rater: le brunch chez Sqirl.

Pour les sushis, direction downtown chez Kazu Nori (ils sont à tomber!)


Raison 5: Pour son énergie ! 

Probablement la raison la moins évidente, si tu ne prends pas le temps de vivre Los Angeles pleinement… L’énergie dans cette ville est bluffante et je suis encore sous le charme. La ville est habitée par des rêveurs, des artistes, des designers, des personnes du monde entier qui mettent leur destin dans les mains de la City of Stars. Ils vivent (ou survivent) grâce à des petits boulots mais ils partagent un positivisme et un esprit de création hors du commun. Pour continuer ou commencer à rêver, on s’envole avec Lalaland


LOS ANGELES VUE PAR LAURIANE GILLIERON (Actrice et Miss Suisse 2005)

Un plaisir coupable: Le carrot cake vegan de Veggie Grill

Un endroit romantique: Laguna Beach 

Un endroit unique à LA: Le Getty Center, pour combiner l’art et la vue époustouflante

Meilleur restaurant vegan: Café Gratitude / Gracias Madre

Une boutique où dépenser tout son budget shopping: World Market 

Où boire le meilleur café: La boutique Nespresso à Beverly Hills

Le brunch le plus tendance: Le Pain Quotidien à Melrose / Urth Caffé  

Une échappée belle pour un jour ou un weekend: Santa Barbara 

Un spot pour repérer une star: Restaurant Catch 

Un endroit coup de coeur: Cinema Cinespia

Une musique: T-Pain – Buy u a drank

Un livre: All the lights we cannot see par Anthony Doerr

Un film: La Môme (Lauriane a rencontré Marion Cotillard lorsqu’elle a gagné l’oscar de la meilleure actrice)

Retrouvez Lauriane Gilliéron dans la série Quartier des Banques, bientôt diffusée sur la RTS

Dubai – Les petits secrets de la ville de tous les superlatifs

Honnêtement, la première fois que j’ai visité Dubai (c’était il y a 7 ans), j’ai n’ai pas aimé ! Trop d’artifices, peu de culture, pas de centre historique… et des plages artificielles avec vue sur des chantiers. Voilà l’image avec laquelle j’avais quitté Dubai à cette époque-là.

Et pourtant, mon dernier voyage a complètement changé ma vision de la ville… et je ne rêve que d’y retourner à présent ! 

 Il faut savoir pardonner, et donner une deuxième chance ! Cela s’applique dans le voyage également. Voilà la leçon que j’ai retenue après 10 jours passés dans le golfe persique. Repos et détente au programme, je n’avais pas réellement pris le temps de préparer ce voyage (d’habitude j’y passe des mois…), et c’est certainement la raison pour laquelle il fut une réussite – 2ème leçon apprise :)  


Petit secret N°1: Rester en dehors des sentiers touristiques

Voilà un secret bien gardé, surtout lorsque l’on parle de Dubai, une ville construite en quelques années, assoiffée par l’argent, le tourisme et les projets pharaoniques. Alors évidemment, rester en dehors du secteur touristique c’est difficile… Une photo de famille sans le Burj Khalifa en arrière-plan c’est pas très vendeur !

Mon conseil – et il ne vaut pas uniquement pour ce post-ci – n’achetez aucun guide, mais parcourez les comptes Instagram & Pinterest de quelques artistes/personnalités (photographes, fashion bloggers, peintres, etc.) de la ville afin de trouver des sites qui valent la peine d’être visités. J’ai découvert grâce à cela des quartiers que même certains locaux ignoraient ! 


Petit secret N°2: On se laisse séduire par le Design District

J’avais de la peine à dissimuler mon sourire lorsque j’ai découvert cette petite perle d’architecture, construite un peu en dehors du centre financier (et donc accessible en taxi seulement), il y a tout juste deux ans. Encore méconnu, ce quartier regroupe des centaines d’ateliers/showrooms, centralisés dans des bâtiments ultra-modernes à larges fenêtres, que l’on peut facilement visiter (la plupart des ateliers ne sont pas visibles de l’extérieur, alors n’hésitez pas à entrer dans les bâtiments et à demander aux personnes que vous trouverez à l’accueil).

Le site est aéré, en dehors du bruit de la mégapole et de sa circulation. Un vrai coup de coeur ! J’y ai découvert de magnifiques petits cafés et pop-up stores ainsi que des marques et concepts originaux qui valent vraiment la peine qu’on s’y attarde. 

Mes adresses préférées: 

  • One Life Kitchen & Cafe (le meilleur café du quartier, excellente slow-food)
  • Tossed (les salades sont délicieuses!)
  • Amato (une marque méconnue en Europe qui propose des robes de rêve, le showroom à lui-seul est une oeuvre d’art)

Pour plus d’infos: http://www.dubaidesigndistrict.com/


Petit secret N°3: On adore le côté hipster de BoxPark

Un quartier complètement à contre-courant et à l’opposé de l’atmosphère oppressante du gigantissime Dubai Mall ! On y trouve restaurants, cafés et petites boutiques, tous repartis dans des « box » comme son nom l’indique, des installations minimalistes qui se succèdent sur la rue. Une invention originale et extrêmement plaisante, car même si de grandes marques sont présentes, il est possible de découvrir de jolies créations à ramener à la maison. 

Mes adresses préférées: 

  • Markette (pour un brunch inoubliable)
  • Urbanist Store (une boutique comme je les aime, avec de super marques) 

Pour plus d’infos: http://www.boxpark.ae/


Petit secret N°4: La plus belle plage de Dubai est publique ! 

Pas le peine de débourser une petite fortune pour un hôtel avec plage, car celle qui fera chavirer vos coeurs est accessible à tout le monde – et ne vous inquiétez pas, Kite Beach est bien assez grande pour même vous laisser un peu d’intimité !

Un endroit qui figure à présent sur ma top liste de Dubai. Un peu perplexe au début, j’ai découvert une plage magnifique au sable fin et extrêmement propre. Les alentours sont eux aussi très agréables et de sympathiques cafés et food trucks se succèdent le long de la promenade, aménagée pour accueillir les nombreux joggeurs. 

Pour plus d’infos: http://www.visitdubai.com/fr/pois/kite-beach


Les bons plans des locaux: 

Dubai Secret:
Old Town Deira
Guilty Pleasure:
Romantic Place:
Only in Dubai:
  • Uber Chopper
Favorite restaurant:

Raffinement vôtre, mon séjour au Beau-Rivage Palace

Luxe et raffinement sont les mots qui résonnent, aussitôt la porte du Palace franchie. Impossible de ne pas s’extasier devant l’élégante architecture de l’un des plus beaux hôtels d’Europe, qui accueille depuis 1861 d’illustres hôtes, tels que Victor Hugo, Charlie Chaplin ou encore Coco Chanel…

 Un weekend au Beau-Rivage de Lausanne est une expérience inoubliable, qui nous transporte hors du temps, comme semblent nous le rappeler les innombrables documents du siècle passé, rédigés à la main par d’anciens employés de l’hôtel et accrochés dans les couloirs qui mènent jusqu’aux chambres.

Pas le temps de rêvasser dans le lobby ! L’accueil ultra-professionnel prend les choses en mains et m’accompagne au 3ème étage pour me faire découvrir la chambre qui m’a été attribuée. Je remarque tout de suite un détail intéressant. Toutes les chambres ont des clés! Des vraies! Une tradition que l’hôtel semble conserver avec fierté, car elles sont toutes accrochées à la réception, comme à l’époque.

La chambre est épurée, sans luxe ostentatoire, mais extrêmement bien conçue. Les tons beiges et grèges se mélangent à merveille avec les quelques touches de blanc minutieusement apportées, telle que la magnifique orchidée qui sépare le lit de la vue à couper le souffle.

Non, décidément, un séjour au Beau-Rivage ne serait pas parfait sans l’horizon qui se dégage sur la beauté du Lac Léman et le reflet des Alpes dans ce dernier lorsque le temps le permet.  

A peine le temps d’immortaliser le décor (j’ai testé pour la première fois la fonction « vidéo en direct » de Instagram) que je dois déjà filer. Direction le Spa « Cinq Mondes » pour un chignon express, parfaitement exécuté par les mains expertes de Giovanni, le nouveau coiffeur résident du Palace. Un génie de la chevelure au cœur grand comme ça, qui prendra tout le temps nécessaire pour réaliser la coupe parfaite. 

Le lendemain, finale de l’Open d’Australie oblige (OUI FEDERER), le lever fut matinal, mais interdiction de louper le petit-déjeuner, d’autant plus s’il s’accompagne d’un magnifique soleil, comme ce fut le cas ce jour-là! La salle du repas, que l’on peut comparer à une grande véranda, offre une vue dégagée sur le parc de l’hôtel, parfaitement entretenu, et propice à de jolies balades (.. et de jolies photos)! 

Et finalement, si c’était cela le vrai luxe? Se laisser aller, se reposer, profiter de l’instant présent, oublier sa routine… Le Beau-Rivage est un écrin de douceur bercé par une tendre nostalgie. Et lorsque notre séjour se termine, on ne peut s’empêcher de soupirer, en espérant y retourner le plus vite possible.

Plus d’infos: Beau-Rivage Palace

Le forfait St Valentin pour les amoureux: 

http://www.brp.ch/fr/forfaits/les-forfaits/vue/article/forfait-saint-valentin-2.html?no_cache=1