CABINET DE CURIOSITÉS

Morgane Schaller is a Digital Entrepreneur & Blogger from Switzerland. After her studies in International Management and a few years of working experience in the watchmaking industry as a marketing expert, she decided to dedicate herself to her blog, a “Cabinet of Curiosities” that gathers different topics such as travels, culture, art and other epicurean curiosities.

Les Grisons: 3 jours en Basse-Engadine

  /  
8 novembre 2019

L’immensité, la pureté, le calme. Le sentiment de se sentir seul au monde. Un séjour aux Grisons c’est une aventure où l’âme en ressort grandi. Au 14ème siècle déjà, l’homme avait compris que la Basse-Engadine était un lieu à part. Une contrée propice à la détente, au délassement. On vient aux Grisons pour respirer l’air des montagnes, oublier les soucis du quotidien, goûter à la minéralité de son eau.

Mais ce qui surprend le plus en parcourant cette région, c’est son habilité à construire sa propre identité et à la conserver. D’abord il y a le Romanche, parlée par plus 60’000 personnes, reconnue 4ème langue nationale par la Suisse depuis 1938. Ensuite, il y a ses traditions, qui perdurent depuis des siècles et ne semblent jamais s’essouffler. En début d’année, j’ai vécu l’hiver, les paysages sous la neige, le froid qui glace les narines et ce silence presque insolent. Mon récit du mois de février est à retrouver ici: Un Paradis en Basse-Engadine.

Dans cet article, je vous emmène à la découverte de villages d’altitude qui dynamisent leur offre estivale par des activités plutôt originales. Je goûte aux bains de Scuol, et à son eau si réputée. J’explore un endroit complètement fou qui a traversé des siècles sans jamais perdre une miette de son charme. Pour finir, je reviens à Tarasp, la reine de la vallée, qui a résolument de nombreux talents cachés. Bonne lecture !


IN LAIN Hôtel Cadonau à Brail – 1ère étape aux Grisons

Après plusieurs heures de route, nous arrivons à notre première étape. L’heure tardive nous contraint à prendre possession de notre chambre sans passer par la case repas. Dommage, car le restaurant gastronomique de l’établissement est très réputé dans la région. Nous nous réveillons le lendemain matin dans un décor mystérieux et féerique. La rosée du matin. L’odeur de la fraîcheur de l’herbe. Le voile mystérieux du brouillard qui dévoile un pont digne d’un roman de science fiction. Cette ambiance si particulière me transporte complètement. Il n’y a pas meilleure façon de débuter ce séjour.

L’accueil, lui, est beaucoup plus chaleureux que les températures de l’aube. Une jeune serveuse en dirndl nous invite à prendre place à l’étage supérieur, où une jolie terrasse surplombe la vallée. Le petit-déjeuner est à notre goût: jus de fruits frais, confitures maisons, charcuterie & spécialités fromagères locales. L’estomac bien rempli, nous repartons déjà.

Plus d’infos: Relais & Châteaux In Lain Cadonau


Scuol et l’art du Sgraffite – 2ème étape aux Grisons

Scuol, c’est le village idéal pour commencer à explorer la Basse-Engadine. J’ai déjà eu l’occasion d’arpenter ses rues cet hiver, mais l’été, l’atmosphère est vraiment différente. Nous séjournons au Guardaval, un hôtel de style traditionnel parfaitement situé dans les hauts du village. En descendant vers la rue principale, nous admirons les jolies façades de maisons centenaires. Ces peintures murales qui décorent les porches et les façades se nomment “Sgraffite”. Ce mot vient de l’italien “sgraffiare” qui signifie gratter. Cette technique de décoration fut introduite aux Grisons au 16ème siècle, durant la Renaissance, et fait partie des nombreuses traditions vivantes de l’Engadine.

Le pont de Gurlaina est l’un de mes spots préférés et l’emprunter offre une perspective très intéressante sur la vallée. C’est également l’endroit idéal pour photographier l’église St Georges. C’est le symbole de Scuol. On la remarque tout de suite, perchée sur sa colline. Une autre attraction attire notre attention: la fontaine de la Dorfplatz (bas du village). Sa particularité? Un robinet d’eau gazeuse avec de l’eau de source. Intéressant, mais niveau goût c’est la soupe à la grimace: un mélange de fer et de magnésium. Je ne suis pas convaincue.

Pourtant, l’eau est la raison pour laquelle Scuol est un endroit réputé et fréquenté depuis de nombreuses années. Elle ose même se targuer du slogan: “Scuol, destination Wellness depuis 1369”.

Bogn Engiadina: tradition des bains

A mon tour de tester les bains. Scuol est si bien organisée qu’elle a ingénieusement construit une parcelle qui relie pratiquement tous les hôtels du village au centre thermal. En hiver comme en été, pas besoin de mettre le nez dehors pour profiter de sa cure d’eau de source !

A l’entrée, nous rencontrons le responsable marketing de l’établissement. Il nous propose de tester l’espace romano-irlandais. Une zone 100% nudiste. Comme à l’époque des romains, quoi! Pudiques s’abstenir. La partie “bains” est plutôt conventionnelle: une grand piscine chauffée, un tourbillon extérieur avec jets, un bassin d’eau salée, des grottes d’eau froide. Bref, c’est l’occasion de se détendre avant d’attaquer la suite du programme.

Plus d’infos: Bogn Engiadina


Tschlin et sa fontaine merveilleuse – 3ème étape aux Grisons

Nous arrivons à Tschlin, la prochaine étape de notre itinéraire. C’est un village a priori paisible, où rien ne semble pouvoir déranger la sérénité qui y règne. Nous prenons quelques photos des façades car nous repérons de jolis ornements couleur rouge ocre. Un homme nous interpèle en anglais “Come take a bath, it’s fun!”. Là, dans la fontaine, un groupe de touristes se baigne en sirotant une bière. De la vapeur s’échappe de ce bassin improvisé. Une cuvette remplie de rondins de bois chauffe l’eau de la fontaine.

C’est Somalgors74, une plateforme de projet et d’échanges culturels, qui a mis sur pieds cette expérience inédite. La plus petite piscine publique du monde! Quelques samedis d’été, la fontaine “Bügl Sura” est convertie en un mini-spa accessible à tous. Ils ont même pensé aux peignoirs customisés.

Cette initiative est une belle manière de nous rappeler que la fontaine du village a toujours été un acteur important dans la vie quotidienne rurale. En effet, elle était non seulement utilisée pour abreuver les animaux, mais également pour laver le linge. Un villageois était également nommé “maître de la fontaine” et se chargeait de s’occuper de l’entretien de cette dernière.


Sent à l’italienne

Il faut redescendre un peu pour rejoindre Sent. Ce village d’environ 1000 habitants fut rajouté au programme de façon très spontanée et nous ne regretterons pas ce choix. Sent, c’est le charme à l’italienne. Nombre de ses citoyens s’expatrièrent en Italie voisine au 17ème siècle pour faire fortune et affichèrent leur richesse en construisant de somptueuses maisons dans leur village natal. Les pignons de Sent (Senter Giebel), de style baroque, sont caractéristiques de cette période prospère et présents sur de nombreuses façades.

Sent est également le lieu de naissance de l’artiste Not Vital (c’est son vrai nom!) et il a choisi son village d’origine pour installer Parkin, un parc artistique uniquement accessible en été qui met en scène certaines oeuvres du sculpteur. Nous n’avons pas le temps de nous arrêter. La balade sera pour une prochaine fois.


Se laisser surprendre par Tarasp – dernière étape aux Grisons

Tarasp c’est le diamant brut de la région. Le site qu’il ne faut surtout pas laisser de côté lorsqu’on vient en Basse-Engadine. Tarasp c’est bien plus qu’un vieux château médiéval qui domine la vallée, mais c’est un site passionnant qui regroupe oeuvres d’art, édifices historiques et merveilles de la nature.

Büvetta Tarasp Trinkhalle

En feuilletant une vieille brochure touristique en noir et blanc, nous remarquons ce bâtiment vitré: un joli pavillon qui porte la mention de “Büvetta Tarasp Trinkhalle”. Nous apprenons que cette buvette est fermée au public depuis quelques années pour risque d’éboulement. Mais c’est décidé, nous passerons tout de même par là avant d’explorer les hauteurs du village.

Au 19ème siècle, l’engouement pour les cures thermales est tel qu’il est le principal responsable du développement touristique de la Basse-Engadine. La région de Scuol, et ses prétendues 20 sources thermales, n’échapperont pas à la tendance du moment. Les classes aisées séjournaient jusqu’à plusieurs mois dans la vallée pour jouir des vertus thérapeutiques des cures d’eau minérale et un régime strict était imposé. En effet, le dictionnaire historique de la Suisse révèle que “les patients devaient avaler quatre à quinze verre par jour” d’eau de source. C’est la raison pour laquelle la Trinkhalle fut installée à côté de l’ancien établissement des bains de Tarasp.

Nous arrivons aux portes de la Buvette. Par chance, Dominik, notre contact à l’office du tourisme, s’est arrangé pour avoir les clés. Nous nous engouffrons dans ce lieu chargé d’histoire, figé dans le temps. Quelques verres poussiéreux s’entassent encore sur le comptoir. Un vieux flyer vante les mérites de l’eau Emerita. On frissonne. Alors on imagine la belle société s’avancer lentement sur le parquet lustré, un verre d’eau à la main, en discutant du beau temps et des promenades du matin…

Not Vital, l’artiste châtelain

“The world’s too vast to live in a single place or three or four”. Ce message du poète sud coréen Ko Un trône fièrement sur un arbre en bronze à l’entrée du château de Tarasp. C’est une oeuvre de Not Vital, l’artiste natif des Grisons et dorénavant châtelain de Tarasp. En 2016, le sculpteur rachète le château, en vente depuis de nombreuses années. Il installe sa collection d’art contemporain dans les différentes pièces de son imposante demeure. Des visites guidées (en allemand et en anglais) ont régulièrement lieu.

Depuis que le nouveau châtelain s’est installé, le visage de Tarasp a radicalement changé. L’offre culturelle du village souhaite s’imposer à niveau international et Not Vital n’est jamais à court d’idées. Deux de ses créations forment déjà partie intégrante du paysage: une lune cylindrique flottant sur le lac et une maison pour regarder le coucher du soleil en forme de pyramide maya. Vous avez dit étrange ?

Lai Nair – La magie des Grisons

On se lève tôt le dernier matin. Dominik nous a proposé de le rejoindre pour une séance photo au lever du soleil. Le regard embué, les pieds gelés, nous le rejoignons, impatientes de découvrir Lai Nair. Le lac noir, en français.

Les brumes du lac sont audacieuses. Elles nous montrent le chemin en s’écartant silencieusement, pas après pas sur le ponton en bois. La magie de cet instant est tangible. Un monologue de la nature. Le soleil transparait doucement. Ses rayons réchauffent la peau. Les goûtes de rosée posées sur les feuilles s’évaporent lentement. Une prairie d’or s’illumine, dévoilant des toiles d’araignées tissées. Alors le jour prend tout son sens. Nous baignons dans ce paysage mystique, libérées de nos pensées. Comme une bénédiction.


Carnet d’adresses

Hôtel à Brail Relais et Châteaux In Lain Cadonau
Hôtel à ScuolBoutique hôtel Guardaval
Restaurant à TaraspSchlosshotel Tarasp
Café à Tarasp
(en face de la Trinkhalle)
Büvetta Sfondraz

WORK WITH ME

With her blog, Morgane wishes to make discover new horizons to a curious and open-minded audience from Switzerland mainly.